Source Database


This database aims to collect source material from Western Europe and especially the Holy Roman Empire of German States from 1200 to 1850. You are welcome to submit suggestions for source material via Email to JWettlaufer@email.uni-kiel.de

Bitte einen Suchbegriff eingeben:

1041 Einträge für gefunden

697XII. Si liber homo autem id fecerit tempore vetito, sit reus collistrigii, et qui eum detulit, habeat mulctae et aestimationis capitis dimidium. XIII. Si maritus absque uxoris scitu diabolis immolet, omnibus fortunis suis plectitor et collistrigio; si ambo diabolis immolent, sint collistrigii et omnium possessionum rei. XIV. Si servus diabolis offerat, sex solidos compenset vel cutem suam. XV. Si quis servis suis in jejunio carnem det, tam liberis quam servis collistrigium redimat.

820?3. Volumus atque iubemus, ut nullus de his qui nobis in nostro palatio deserviunt aliquem hominem propter furtum aut aliquode homicidium vel adulterium vel aliud aliquod crimen ab ipso perpetratum et propter hoc ad palatium nostrum venientem atque ibi latitare volentem recipere praesumat Et si liber homo hanc constitutionem 20 transgressus fuerit et talem hominem receperit, sciat se eundem hominem qui apud eum inventus fuerit in collo suo portare debere. primum circa palatium deinde ad cippum in quem idem malefactor mittendus est. Si autem servus fuerit qui hanc nostram iussionem servaref contempserit, similiter illum malumfactorem in collo suo usque ad cippum deportet, et ipse postea in mercatumg adducatur et ibi secundum merita sua 25 flagelletur. Similiter de gadalibus2 et meretricibus volumus, ut apud quemcumque inventae fuerint ab eis portentur usque ad mercatum, ubi ipsae flagellandae sunt, vel, si noluerit, volumus ut simul cum illa in eodem loco vapuletur.

1008... quod venientes Mediolanum tertio ab urbe milliario, nudis incedendo pedibus, episcopus codicem, marchio canem baiulans, ante fores ecclesia b. Arnbrosii reatus proprios devotissime confiterentur.

1086"in the Doomsday Survey it is stated that if any man or woman in the city of Chester brewed bad ale, he or she had the choice of paying a fine of four shillings, or else being placed in the cathedra stercoris".

1158duos lapides qui statuti sunt a capite ville usque ad finem ad collum deportabit

1167Si que mulier aliam percussent, vel convicium aliquid dixerit et super hoc testibus convicta fuerit aut quinque solides dabit aut in die festo coram populo circa ecclesiam duos lapides portabit.

zwischen 1169 und 118010. Si contigerit aliquem aliquid interciare de suo super latronem vel falsonarium in Rothomago captum et convictum, et possit ostendere, legali testimonio vicinorum, suum esse quod clamat, reddetur; et latro vel falsonarius judicabitur per communiam et ponetur in pillorico, ut onmes eum videant atque cognoscant, et si debet habere merc, fiet ei; et si forisfecerit menbrum vel amplius, reus et castallus tradentur justiciis domini regis ad faciendum de eo justiciam.

zwischen 1169 und 118015. Si quis in pillorico fuerit, non propter furtum set quia egerit contra statutum communie aliquid et aliquis ei exprobaverit ut faciat ei verecundiam coram conjuratis vel coram aliis hominibus, paccabit viginti solidos, quorum is cui exprobracio facta est habebit quinque solidos, et quindecim erunt ad negotia civitatis Rothomagi. Et si ille qui exprobraverit non velit vel non possit pagare viginti solidos, ponetur in pillorico.

zwischen 1169 und 118016. Si femina convincatur esse litigiosa vel maledica, alligabitur fune subter ascellas, et ter in aquam proicietur; cui si quis vir exprobraverit, paccabit decem solidos; si vero femina exprobraverit, decem solidos paccabit vel in aquam proicietur.

1174Bishop Peter of Vic in 1174 decreed that anyone who failed to use his new currency would be fined ten shillings if he were a probus homo, five shillings if a mediocris, and two shillings if de villanis who came from outside or de extraneis and that if he were de minoribus he would draw water on market days and be put in the pillory on other days.

ca. 2. Hälfte 12. JahrhundertLucrum Pistoris (Gain of the Baker): And if a Baker of Brewer be convicted that they have not kept the foresaid Assizes, the First, Second and Third time they shall be amerced, according to the Quantity of their offence; and that as often as a Baker shall offend in the weight of a farthing loaf of bread not above 2s. weight, that then he be amerced as before is said; but if he exceed 2s. then he ought to undergo the judgment of the Pillory without any redemption of money. In like manner shall it be done if he offend oftentimes and will not amend, then he shall suffer the Judgment of the Body, that is to say, the Pillory if he offend in the weight of a farthing loaf under two shillings weight as is aforesaid. Likewise the woman brewer shall be punished by the Tumbrell, trebuchet, or castigatorie, if she offend divers times and will not amend.

1182§44. Mulier que mulieri convitia dixerit duorum vel duarum testimonio convicta V solidos solvet, Domino IV solidos, Majori VI denarios et ei cui convitia dixerit VI et si nummos solvere noluerit, lapides portabit ad processionem die dominica in camisia et si viro dixerit convitia testibus convicta V solidos solvet, et si vir convitia dixerit mulieri X solidos reddet simili modo dividendos.

Ende des 12. Jahrh.Si vir cum legitima alicujus deprehenditur iuris est, ut ipse ab ea per vicos civitatis sursum et deorsum trahatur per veretrum.

1193Mulier que mulieri convicium dixerit, decem solidos dabit, vel duos lapides qui statuti sunt a capite ville usque ad finem collo deportabit

1193Mulier que mulieri convicium dixerit, si conviciata testimonium habuerit duorum virorum, vel viri et femine, vel duarum, si ad clamorem ierit, ipsa illa que convicium dixit decem solidos dabit vel duos lapides qui statuti sunt a capite ville usque ad finem collo deportabit. Decem vero solidi si dentur, in usus ville per manus burgensium expendantur.

1225Cumquec Flandrie comitissa, detento in carcere dicto comite Baldoino, recuperare Flandrie comitatum cordaque Flandrensium minime potuisset, ad eorum ignominiam et contemptum eum per maiores villas Flandrie fecit in quadriga distrahi et in patibulo quod pilorium dicitur cum duobus canibus hinc inde pendentibus hunc suspendi. Postremum vero, cum nec sic ad se retrahere eos posset, illum nec confessum de crimine nec convictum in patibulo quod gibetum dicitur apud Insulam Flandrie mori fecit. Sed, sicut a maiori parte magnatum et populi dictum est, super hoc crimen patricidii hec incurrit.

1230Art. IX Si quis de furto duodecim denariornm vel ampliùs per scabinos convictus vel confessas fuerit, debet suspendi. Si quis ullrà duodecim denarios et obolum, denarios falsos habere reperitur, debet amittere manum. Si quis raperet bursam vel alind continens duodecim denarios vel ampliùs, dextrum a millet polliccm. Si quis secundo, falsos dena rios habere reperitur, amiUet manum alteram, tertio patietur patibulum; et sic bursas vel aliud resecans secundo, pollicem secundo, tertio, sustinebit patibulum. Fur itaque, falsarius et resecator bursarum, in ceppo forum debent includi.

1232S'aucune fame dit laid de putain a sa visine, se cille s'en clame cele qui lo lait a dit, doit porter en chamise pieres, le dimenge, entor le monstier, et cele cui om a dit le lait, doit aler apres et tenir unes verges; et se celle qui le meffait a fait n'i wet aleir elle doit V sols d'amande les signors; si celle qui porte les verges rit apres, si redoit porteir les pierres ou paier les V sols au signors.

1250§ 109. So wie die wort bedraghen van valscher wareden, verbuert L libra, ende men salne setten drie daghe in die ladere of in den stoc; ende dan sel men hem gheven een teeken en sijn lier, ende men salne bannen VI jaer uter casselrie van Brugghe up zine oghen.

1263Femme qui dira lait à aultre femme, s'il est preuve par témoignage de deux hommes ou de deux femmes, elle payera cinq solz; au seigneur quatre solz; au mayeur six deniers, et celleà laquelle elle aura dit lait six deniers. Et selle ne veut pas payer l'argent, elle portera la pierre le dimanche à la procession en peure sa chemise

1268-1270Cum Folceko Tunneko fuit primo advocatus factus, confregit seras civitatis pot[e]nter et excepit ibi virum, qui deliquerat, et preconem et uxorem eius percussit. Postea cum potestate sua posuit virum in kakolph sine consensu consulum. Postea iacuit Warnemunde et posuit pram ultra portum, violenter prohibens exitum et introitum. Deinde accepit cuidam mulieri de Lubeke res suas violenter sine consilio. Postea accepit naves in portu, pro quo civitas dampnum sustulit et de regibus multis. Hein Folceko Tunneko intulit civitati grave dampnum pro quodam equo per furtum incausato, pro quo civitas expendit denarios suos indebite.

1270iuris vel emende de rixis seu contencionibus mulierum emerserit, que debent ferre lapides pro excessu

1277Si une femme dit vilain à un homme, elle payera cinq sols, et si elle ne veut pas payer, elle portera les pierres à la procession du dimanche, en chemise.

1279werth ock eyn echte man begrepen myth eynem losen wyffe, kan men dath tugen, dat sulffyge wyff sal eme nacketh treckenn [wyl he ock de schande losen, he schal de stat geffen iij mark sulffers]. Kumpt yth ock to rechte, he schal der stat geffen iiij mark sulffers, wyl he de schande losen; ...

1280? (14. Jh.)Si due mulieris rixantur ad invicem percutiendo se vel verbis contumeliosis, quod verkorene wort dicuntur, portabunt duo lapides super cathenam coherentes, qui ambo ponderabunt unum centenarium, quod teutonice dicitur enen cyntenere, per longitudinem civitatis in communi via; una primo portabit eos de orientali porta civitatis ad occidentalem portam et alia stimulabit eam stimulo ferreo fixo in baculo, et ambe ibunt in camisiis suis; alia tune assumet eos in humeros suos et reportabit eos ad orientalem portam et prima e converso stimulabit eam.

1288possidebit ... bodham angularem sub kakone

1292men schal se up den kack setten

um 1300(1)So welic man stelt honre ofte gense, oveth, col, ene borden hoyes efte holtes, den sal men uppe den kak stetten. (2)Wil he aver den kak losen mit gelde dat mach he don unde geheuen der stat j mr. soluers unde deme voghede iiij ore.

14. Jh.welleich leichtweib pagent mit den worten, die sy vermeiden solten wider ain burgerin, oder wider jr genossin, der sol der fronbot den pagstain an iren halls hencken vnd sol sy von gassenn ze gassenn treiben, vmb ir vnuczes pagen, mit ainem gartt, vnd die stat verboten, das ist ihr pueß

um 1300so sall datt wyff den mann nacket leyden (trecken): wyllen se averst tho beiden siden de schande losenn, dat steidt an denn Radtludenn

vor 1307ob er [mulner] daz [als Strafe geschuldete] gelt nit mag gehaben, so sol man in auf den pranger stellen [lat. Text: ponatur ad berlinam], als lang der herr wil

1332advocatus debet facere seu fieri patibulum, domum suspensoris, kakonem schuppham

1335Si une femme dit des injures - convicia - à une autre femme, en présence de deux hommes ou de deux femmes, elle payera cinq sols; au seigneur, quatre sols; au maire, six demers; a l' offensée, six deniers. Si elle ne peut payer son amende, elle portera des pierres, en pure chemise - in sua pura camisia - la procession dominicale.

1300-1350203. Nota jura piscatorum: Statuimus vnanimiter propter commune bonum ciuitatis, quod nullus piscator pisces ad forum, qui prut dicuntur, portare presumat, et quicumque dictum mandatum violauerit, omnes pisces cum predictis judex vel juratus eidem recipiat, qui primo super uenerit, quos in foro habuerit, et si bina vice perpetrauerit, tercia ad prangerium ponatur per diem, qua finita exibit ciuitatem intra annum et diem.

1300-1350218. De braxatoribns. Statuimus, quod nullus braxator interim, quod vnam braxat ceruisiam, alias braxare non debebit, nisi dicta braxatura totaliter perficiatur in vno braxatorio, ut ignis custodiatur, et dampna braxantibus non inferantur. 219. Ad idem (de braxatoribus). Eciam ordinatum est, quod quilibet braxator non minus quam quatuor strichones braxare debet, et non plus nisi duo vasa de triticeo strichone fundere debet, et tria vasa de ordeaceo, et ii strichonibus ordei, et vnum vas de vno strichone avene et non plus sub pena judieis: prima vice vnum vas ceruisie, et secunda vice duo vasa ceruisie, tercia vice ad prangerium, et postea perpetue de ciuitate.

135142. Who die Treger und arbeitende knecht stehen sullen. Die treger sullen stehen vnder dem gerichte vnd die arbeytende knecht vnder dem dache vff dem Wenigen Markte. welch treger oder knecht anderswo stehet, dan hie genannt ist, den wil man in das halsseysen spannen.

30. Juli 1356Si ainsi fist qu'ine feme fist fravols ou noise de faict ou de parolle, et qu'ung chastelain et ung conseil dissent que ce fuissent vilaines parolles, elle doibt donner deux sols, ou pourter autour de l'élglise, pour les deux sols, trois dimanches suivant l'ung après l'aultre, une pierre de demi cent poisant.

1362Ob in Unferer Stadt eine böfe Haut währe die da neue Mähre machete, oder trüge neue Mähre, un die eine fromme Frau oder Jungfrau berüchtigte und schändete, und daß zwei Bürgerfrawen höreten und bezeugeten daß, und darüber geklagt würde, So soll Sie zu Schanden bei dem Kacke stehen zwey Tage lang und soll einen Stein umb den Markt tragen Sich zu Schanden, und mal soll Ihr einen Woggen in die Hand geben und Weißen Sie aus der Stadt.

1363W. ... cum aliis quatuor false iuraverunt, sic quod lingwe ipsorum in prangerio precise fuerunt

1369§. 23. Si quae mulieres rumorem facerent, debeant portare lapiùem ad collum circa locum.

1370hat er dez geltz niht, so sol er ein hor in dem pranger sten

Ende 14. Jh.das man den vor die schepphen furit, ader uff den prenger sezt, ader deme gliche

Ende 14. Jh.wer den richter vnd bürger für dem rechten strafft, oder ihr einen freflichen schilt, der soll dreÿ marckhtag stehen auf dem pranger

1373iuxta domum iudicii et kakum

1374an den kaech slan

1374Ein Beispiel für die gesetzliche Androhung einer derartigen Strafe bietet das Schlettstadter Recht von 1374: "wer eine doppelte Ehe abschliellt, so1 drige sunnentag nachenander gan vor dem crütze umb die lütkirch mit einem rade, barfus, barhoubt und in dem hemede oder aber solich besserunge do für tun, als meister und rat erkennent".

1374XXVI. Von meyneides wegen. Es ist ze wissende, daz wir öch überein kommen sint, also were es, daz jeman, es were wip oder man, in unsrer stat mütwilleelich einen küntlichen meyneyd swüre vor unserm rate oder dem gerihte und des erzüget wirt mit drigen 2 oder mit vier erbern personen, die der rat erkennet, daz sü dar umb gilt zil gczügo sint, und öch in in den rat oder an geriht gebotten was, wer also eins meyneydes erzüget wirt, der sol vor abe von des wegen er gesworn het widertün, wo für er gesworn het, so verre sin lip und gilt gereichen mag, und bessert vorhin IIII libra, der werdent II libra unsrer frowen und II libra der stette, und swert dar zil für die stat und der stette und Burner ban, niemer dar in zü kommende, er sende denne vorhin in die stat solich briefe von dem stille von Rome, daz er den meyneydig verbessert habe. Het aber er nút der iiii libra ze gebende, so sol man ein leiter binden an den diepstogk und sol in daruff binden und im drige vinger ufbinden an der rehten hande und uf sin houbt einen geschriben brieff setzen, wie er meyneydig si, und sol uff der leytern sitzen ..., untz daz in der meister oder der rat ab der leitern heissent gan. Und sol dar nach für die vorgenant stat und benne sweren, niemer dar in ze kommende, er habe denne vor abe IIII libra geben und einen brief von dem stille von Rome braht, daz er den meyneyd gebessert habe.

1374Es suellen auch die wundenmaister elliu jar sweren, wenn si genomen werdent, von ieder wunden der stat ein ze nemen zway pfunt pfenning aun alle gnad und des nieman nihtz lazzen noch nihtz davon geben noch nemen weder an zechen noch anderhalben, und suellen auch niht lenger frist darumb geben dann ain halbes iar zem lengsten. Wer aber der zwair pfunt pfenning niht het den suellen si fuerbringen daz im die stat fuenf iar verboten werd und in daz achtpuoch werd geschriben. Und wuerd er darueber in der frist hie ergriffen, so sol man in stellen in den pranger und sol in durch die zen brennen und an die stirn und fuerbaz sol man im die stat ewiclich verbieten, und wuerd er darnach hie ergriffen, so sol man im die augen usstechen. Si suellen auch daz gelt allweg zwir im iare den bumaistern antwurten.

28. Februar 1375Suprà quamdam quadrigam ligatam, capite nudo, habentem, de super suum caput, unam coronam pergameni, in quâ erit in ejus circumferentiâ, à parte exteriori, scriptum in pluribus locis, grossâ litterâ, in gallico hoc verbum: Faulssaire, per lictorem seu bourellum, Parisiis, ad pillorium, in hallis nostris situa tum et ibidem ponendum, et per spatium duarum horarum remanendum, causam suae punitionis, per dictum bourellum, coràm populo, altâ voce dicendo et declarando per suum arrestum condempnat, et unâ cum hoc, eamdem Agnetam à regno bannivit atque bannit.

1379an den kaeke slaen

1381§ 12. Si mulieres ad invicem dixerint verba inuiriosa. Constituimus, ac Ordinamus quod Nulla mulier contra, et ad versus aliquam aliam mulierem, aurea, vel presuma aliqua dicere verba inuriosa, seu opprobriosa, Sub pena denariorum quadraginta, quos si non solverit portare debeat lapidem ex una porta ad aliam publice de muro veteri. Si autem ipsa verbam essent talia, que converterentur contra honorem alicuius muliebri sicut vocando Meretricem, omicida, medicinaryam, puerculli strangulatricem, furem aut alia verba contra honorem ut supra convertentia ut per sententiam Iuratorum vel sententiantium erit diffinitum. Cadat dicens ad ipsam penam duplam. Et compelli debeat ad faciendum sacramentum more solito, vel si facere noluerit teneatur adimplere ut in statuto supra situato sub Rubrica videlizet de pena danda proferrentibus verba Iniuriosa contra honorem alicuius persone, lucide continetur.

1381§9: Si que persona dixerit verbum iniuriosa contra deum vel santes. [...] Si vere dictor vel blasfemator non habuerit unde solvere, stare ac permanere debeat ad chatenam publice in plathea communis tribus diebus et tribus noctibus completis. Et si que persona tante temeritatis fuerit. quod percusserit sell dederi, vel depinxerit Figuram aliquam dei, seu ejus genitricis vel ut supra. cum curtello manu vel quomodocunque cadat ad penam duplam dicte pene. de quo adhibeatur similliter fides cuilibet fide digno.

um 1385ensal keyner vule visch vorkoufen ... bye der buse des kaxs

22. November 1387(83). Accord (22 novembre 1387) entre Jean Grenel, bailli d'Arras et les échevins d'Arras, ces derniers réclamant réparation pour les exploits suivants faits par les gens du bailliage au mépris de leurs franchises : deux garçons d'hôtel de la comtesse de Flandre et d'Artois avaient été battus dans Arras, deux autres fustigés de rue en rue et aux carrefours par les sergents à masse et menés devant le pilori de la ville où l'oreille leur fut coupée;

Ende des 14. JahrhundertsDy bodel staveld ok orveide/dengenen di gnade geschyd/als dy den stein dragen und di/stupe liden dy de ogen werden/utgebroken di de oren gelosen/oder dorch dy thenen gebrand/werden vor dat dor stavelt/ne em den eed und sprecht/Umme di bosheit di tu/hest began dar umme bist du/genedeliken getucbtiget des/salt tu met wrake nummermer/in arge gedenken und salt di stad/ynmer myden di wederfare dan von/den heren gnade als werlike help di god/und syn hilgen.

1396welch froew ouch iemant misshandlot mit schelten oder mit ander fraeflin werk, die veruallet soelicher fraeflin, das sy den lasterstain tragen sol von ainem stattor bitz ze dem andern

14. Jh.zundir ab dy dewberey tawg nicht eyn halben firdung unde der schuldige dorvor ist nicht gewest yn vormerkunge, zo zal man en nicht hengen, zandir bey den pranger zal man en offinbar mit rutten hawen [lat. Vorlage von 1268: sed juxta statuam in publico virgis cedetur]

15. Jh.Ap eyner vorlugemund sey vnd ap man yn moge von gehegeter bang getedingen der uf den prenger gesessen hat. [... ] Ich bin eyn besessin mitburger in dem wigbilde czu dresdin vnde habe mich generd mit vorsprechin ampte vnde habe eyn elich weip Nu wart ich besaget keigin meynen hern den burgn wy daz ich mit eyner frawen czuhilde vnde meyne ee obirtrete sagiten mir meyne heren wurde ich begriffin in den sachin sy welden mich straffen lassen Dornach vorliff es sich daz mich der richter in deme husze da dy frawe mit der ich beruchtig was ynne czu husze was vnde ving mich siczende bey eyme feuere so daz mich der richter nicht and nach begreiff uff eynerleye vntogund nach hanthaftiger tad vnde saczten mich mit gener frawen in gefenkenis darnach lisen mich dy heren mit der frawen siczen uf den prenger unde lissen mich offinberlichen also beschemen und weisten darnach dy frawe usz der stad unde habin mich in der stad gelasin nach also siczende nu wollen mich dy andern vorsprechin meyne genosen vmmb dese sache von meynen vorsprechin ampte vorwerffen und gein mir nicht tedingen vnde sprechin ich sey uffenberlich beschemit an dem prenger vnde der henger habe mich gepalstert (berührt) dorvmmb moge ich numme vorspreche geseyn noch keyns bedermannes wort gefüren vor gerichte meyene ich sint daz ich an hanthafftiger tad nicht begriffin bin [....]

15. Jh.de schalme bo deme kake slan

15. Jh.den sal man setzen up eyn leyder mit tzwen byrnenden kertzen in sym monde drey oren am kax

1401weret dat einer tho dem kake geslagen edder upgesettet worde

1403Gérarde, convaincue d'être cahouote (maquerelle) est condamnée d'être fouettée par les rues, mis au pilori avec un chapeau de paille sur la tête et banni.

1410die monick wert ... op een cake gheset

1412Alz dicke eyn elich man in deme frauwenhueschen betreten adder erfarn werd, daz er darynne gewest is, der sal den burgern 1 mark gr. geben ane widderrede. had er daz geld nicht, so sal er an dem pranger stehen adder uff die schuppe gesaczt werden.

1412Item, ob ain fraw die ander ubl handlet mit verpoten worten oder mit pösen worten, sol tragen den packstein oder sol der herrschaft verfallen sein 1 tal. d und dem richter 12 d.

1413dy sol den bagstein tragen über ir achsel auf dem rugk von dem rathaus hin umb für sand Jorgen kirchen und hin wider zu dem rathaus

1414Walis Hensilin von Bußwilre.. ein jor c, g, also daz er nit in die stat kome, tt, l, von des wegen, daz er wider got rethe, darumb er ouch in dem halsysen stund. Actum die bb. Symonis et Jude.

1415Un certain Lambert de Brabant but toute honte. Il avait enlevé une jeune fille de dix ans, l'avait d'abord emmenée au pays de Liège, puis était revenu habiter avec elle, en 1415, au faubourg de Brantignies. Il se la réservait pour femme légitime quand elle serait nubile. La sentence prononcée contre lui portait qu'il serait mis au pilori et jeté de flens et d'ordures par trois jours solennels et par jours de marché ». Le puttier (donc) « le mict et le lya hault sur une estacque publiquement par un joedi, jour de markiet », lui plaça une mitre sur la tête; et pour le mieux honnir, on avait ménagé au-dessus de l'estacque une plate-forme avec siège, où le public pouvait monter, souillant le patient Dieu sait comme.

1417 April 6.Item, noch meer soo is geordineert, soe wat vrouwen persoenen die met quaeden ende onreedelijken woarde zeggen en schelden, dat die dragen zullen oft sleypen groete sware steenen, soo groot als haere macht daer aff zal weesen ende oock alsoo verre als dat geardineert ende verdragen zal worden nae der misdaet.

1419die herren von Ziegenhain ... mügen ein diepstock lassen sezen in das dorff und ein halsysen darane

10. März 1420Bannissement prononcé (10 mars 1420) pour 3 ans et 3 jours contre Jaquemart le Coq et Jeanne Desponis sa femme, demeurant'devant la porte Saint- Vaast, pour avoir induit Gilletle Bruyant, femme d'un artilleur à faire « la volonté » d'un moine de Saint- Vaast, Jean Patequin.- La femme Desponts fut mise au pilori et flétrie à la joue droite de la clef de la halle échevinale (f°9).

1. Hälfte 15. Jh.22. Von den tregers. Denn tregers sal man geben IIII s vonn eynner thonne bir, denn kornn tregers auff die negeste treppenn eynn halb schott, vorth vonn iczlicher treppenn ein firichen; das sollenn die tregers haldenn bey der buse des kackes. Unde dye bir tregers sollenn keynne mittunge nemen von denen, den das bir ist, das sie verkouffenn (bey der buße des kakes. Keyn biertreger sal byer verkouffen) anders denne ynn gewisse schuldt unde handt; wirdt yener abetrünnigh, der es gekoufft hatt, der treger sal es beczalenn adder sal seynne wonunge entperenn.

1430/43wann der czuchtiger ymantcz ... stawpt am pranger ader ein or absneit, ein awg awspricht, die hand abhautt ader durch die czen pruet, von ytczlichem gepuren jm iv. groß

1431schuldige wir sy daz sy eyne pranger adir kagk in vnßin gerichte uffgericht habin

1431Coram nobis constituta Agnes, filia Jandrali pye memorie promisit coram nobis, quod perpetuum silentium tenere debet pro eo, quod castigata fuit in cippo, non minari pro eo nec civitati nec matri nec alicui amicorum nec hominum.

25. September 1420Condamnation (25 sept. 1431) d'un courtier et marchand de « waides » de Lille, qui avait vendu à des teinturiers de la cendre faite de « cauch », marchandise interdite et qui comme telle fut brûlée au pilori (f° 57 v°).

1433-1446 mehrfachdat my schude myt rechte und scholden myt eer (myt em) up den kaak hebben seten

1433ob hausgesössen weüber oder frauen auch mit einander raufen oder mit einander ainigerlei scheltworten an ainander kämen, dieselben sollen den pokstein dreimall umb den pranger tragen

1435...scholde den sten dreghen habben, darumme dat se Gisle Beringhus der bekerschen ovel sproken hadde...

29. Juli 1435Un nommé Raullin Lambert natif de Mons fut emprisonné, mis 3 heures au pilori et eut la langue percée d'un fer chaud pour avoir à la porte Ronville crié aux trois hérauts des ducs de Bourbon, de Richemont et d'Alençon » veez, messeigneurs comment j'ay esté batus pour soustenir les fleurs de lis ; dictes aus dis duez et contez qu'il n'entre mie en ceste ville, ne vous ; car les boves et celliers sont tous plains de gens d'armes pour les murdrier » (f° 85).

1437den soll man uff den kaick setzen

20. März 1437Emprisonnement (20 mars 1437) d'un drapier et d'un foulon convaincus d'avoir mis un faux sceau à des draps : ils furent condamnésà être exposés devant leurs. portes au pilori durant trois jours (fol 1).

1438die frauen in das halsisen slagen und mit ruden zu der stad usshauwen

1. Hälfte 15. Jh.hat einer gruwsamlich got gelestert, an brangen vnd ein naggel durch zungen, oder mit ruoten vssgeschlaggen

1444do ward ain Procurator, der hieß Zisling, uff die laiter für das münster gebunden, und ward von dem gaistlichen gericht verurteilt zu dem ewigen kerkher; er hatt des hoffes brieff gefelscht offtmalen. Im ward ain Infel uffgEsetzt, daran stund geschriben: falsator litteramm Curiae Constantiensis:

1446die zoude op die kaeck staen

1450Ob sich die weib mit einander schendaten mit unzimblichen warten, so sol mon in anhahen den pokstain, den süllen si tragen von ainem falltar zum andern, von ainem ort zu dem andern, und sol in der richter dingen einen pheifer und ir aigner man einem pauker.

1451, Juni 7Am Montag nach der Auffahrt des Jahres 1451 (7. Juni) stand vor dem Rat zu Zürich ein gewisser Deiner Reinbold von Alo(?) der sich zu Baden im Aargau allerhand Schmähungen gegen die Stadt Zürich hatte zu schulden kommen lassen. Er selbst sagt aus: er sige zu Baden in dem fryen bad gesessen. Da sigint lüt von Zürich und von den Eydgenossen ouch darinne gewesen, habent mit worten mit einandern gestritten und mangerley wort ein-andem geben. Also sye er ouch hin zu in dem wasser geswummen, habe geredt: man sage in Swaben: die von Zürich habint die Eidgenossen nit mit recht bekrieget und spreche: es hat mentschen sinn, das sy denen uff Griffense die gründ abslugent, und ich wölte, das sy die statt Zürich ouch erobret und denen in der statt ouch die schedel ahgeslagen hettint, und das er der wibern und kinden je gedecht ald geret hette: sy werint zers meineyd böswicht. das hab er nit geredt. Reinbold ward deshalb von X untz dz die glogg III stecht ins Halseisen gesteckt, sodann von dem Nachrichter hin zu der wasserkelchen geführt, dort ins Wasser geworfen und geschwemmt untz zu der nidern badstuben und wol under hin I getunkt. Zum Beschluss musste er ein Urfehde schwören - über die Büss und ein jar zwüschent Rüss und der Ar ze beliben und darüber nit zu komen und nach dem genanten jar uff miner Herren gnad.

12. Februar 14524. Eine boesse is verramet den overspelers unde kletteren, 5 wederstrevers godes unde der hilgen kirchen unde naturlichen Sachen, vrowen in den sees wechen etc. Bisse sint gewizet an dei Schandsteine tzo dragen tzo Paffrode van dem hohen altar um den kirchhoff unde weder an den hoen altaer alle sundage tuschen pinxten unde paeschen, als men mit dem hilgen sacramente um den kirchhoff geit unde solen vor den vanen gein, idlicher in sime hemede, blotes hovedes unde barvoed, unde solen er idlicher haven in eren henden veir kersen, idlich van einen punt wasses, to idlichem ume gange nuwe kersen, unde solen dei offeren ein vor dat hilge sacrament unde op idlich altaer ein, unde en solen in dei kirche niet weder gain, sei en haven er idlich van dem pastor off van den prester III sclege mit einer berkenroeden, unde van dem pastor unde prester wederum darvan gegeven eine marck Colsch pagaments to presencien. Unde solen vort dar stainde bliven, bis dei prester dei misse an gehaven had. Dei offerman sal en dei bodschop brengen unde dan solen sei dei steine weder brengen op dei vorss. stad. Wer sake, dat id sich also machte mid den kerspelsluden, mid dem pastor off prestere, dat men dissen umegane nid doin en mochte, so solen sei dar vor einen anderen sundach na pinxten dar voer doin, as vorss. is, so vake, as sich dat geborde,unde dit solen sei wol verborgen, dat sei dit holden wil len dem pastoere to Paffrode off dem prestere unde den kirchmesteren tuschen den eirsten sundach in der vasten unde den wissen vridach to sunne undergange. Off sei des nit en deden, so solen sei in den banne sin unde bussen der kirchen bliven unde bussen gemeinschop allen SOcristenen luden. Unde ein idlich cristenmeDSche, dei sei si°ied in der kirchen, dei sal sei melden dem pastoere off dem prestere. Unde wei dat breche, dei solde verweddet haven VI seh.,, half mime heren van Collen unde mime heren van dem Berge, unde dei ander helfte dem pastoere off dem prestere to Paffrode unde der kirchen to Paftrode so vake unde vele, as dat geschege, Dei lanthere mach disse broche ud doin peinden, also dat eime idlichem werde, dat em vellich is. Wer eimans, dei disse boesse nied doin en wolde, dei solde in dem banne bliven, gelich vorss. is, unde verbrocht haven XXIIII seh., half mime heren van Collen unde mime heren van dem Berge, dei ander helfte dem pastor to Paffrode off dem prestere unde der kirchen tzo Paffrode. Item men mochte karene hir vor gain. Ein karen is VII iar to born unde to brode, barvod, blotes hovedes nummer ein nacht dar dei ander unde uss dem vasse gegessen, dar hei sine vose inne wosche. Disser karen ein vor eine hovetsunde, VII vor ein overspeel, so vake unde so mannichworf VII kareen, hundert kareen vor eine ketterie, so vake und so veele, so mannich hunder(t) karene. Wei disse karene gain wolde vor sine sunde, dei en solde der schantsteine nied dragen.

1455hat her der buße nicht, so sal man on setze in das halsisen

14551455. des woensdag op sante elizabettedach hille van tuyll heeft eens den steen gedragen en is dair en baven weder in deventer gecomen en droech noch eens den steen en die burgemeester gerd van leide segede hoer toe queem sie weder in deventer soe solde men hoer richten an hoer lyff.

14551435. des zaterdags nae elizabelh helye zassen heeft den stien gedragen om des willen dat sie van enen quaden gerochte was en sie bevonden waert by enen anderen man op den bedde boeven oeren echten man. En die borgemeistere hebben har mede geseecht dat sie nummer weder in die stad van deventer koemen en sall. queme sie dair en baeven in die stad dat sal men har soe afnemen, dat dair een ander an dencken mach.

1458das der G. hat lassen vorbitten dy swarcze fremde muncz ... vnd dy an den pranger geslagen

1459Waar zij in vele steden en op vele tijden het goed der lieden gestolen heeft, zoals zij zelf beleden heeft, op de kaak zal moeten staan. Verder zal men haar een oor afsnijden en een sleutel in de lvang drukken, en bovendien zal zij de [schand]steen door de stad dragen en voor eeulvig tot een mijl buiten de stad verbannen lvorden, op haar leven.

1460bij die pene van in dat halsijser toe staan

1460Es mußte ein Frauenbild, die sich Schelten, Fluchen, Grabschneiden hatten zu Schulden kommen lassen, den Stein tragen, der ain halben Zenten hatte; denselben stein soll sy auf sye nemen vor dem Closter, und der geschworen amptmann sol ir vorge(h)n und unz zu den prucken und herwider zu dem Closter, und sol an ain paeck schlahen, und dobey sollen all man und frawen sein overlich nd wer ausßen peleybt, und dobey ist, der oder die sol daz wandeln mit XII regensp. den.

1463Item, so sich zwo frawen zuertrigen und schluegen und sich mit ainander, so seint si wandls phlichtig das si sollen tragen den purkstain von ainem ort unz an das ander.

1464ein offenwarer gotßswerer und lesterer ..., den sol man ... in den pranger stellen

1465We daer vissche edder voghelen stelt, und wort daermede begrepen, den sal maen to kake slaen.

14651465. Dorethea wairt uyt der stad gelacht omme dat sie oere onkuysheit op den kerckhoft bedreven hadde, dair sie twie reysen op bevonden waert. En oir waert mede geseecht queme sie weder bynnen deventer so solde sie den steen dragen.

1471daß man auf den kirchhoefen stockbrechen oder pranger machen soll, ... darin die mishandelnden bettler zu der zeit und weile, als sich das, so das volk am meisten gen und von kirchen geht, gebuert, damit sie dester mehr roethe, scham und ursach, ihre missethat zu lassen, empfahen

14. Juni 1477Oudit temps et ou moys de Juing, le samedi XIIIIe jour d'icellui moys, ung qui avoit esté de l'ostel du roy et qui avoit falcifié son signet et cellui de l'un de ses secretaires, et à ceste cause avoit fait et signées plusieurs lettres et baillées en diverses villes de ce royaume, où il avoit au moien d'icelles prins plusieurs sommes de deniers ou nom du roy et icelles à lui appliquées, fut pour ledit cas ledit (sic) delinquant son procès fait de par le prévost de l'ostel du roy ou son lieutenant et depuis envoyé audit lieu de Paris. Auquel lieu et pour ledit cas fut pilorié et mitré et puis flastré ou front, le poing coppé et banny du royaume de France et ses biens et heritages declairez acquis et confisquez au roy.

14781478. Lambert Roesing anders gehieten schipper in der wanderinge, een wynboeve heeft oirvede gedaen in forma meliori om des wille dat hy geerts ter brugge schotelen van de steem nam en bracht die tot des boedels [scherprigters] huys en verdobbelde die, dairomme hie in der stad stock geset waert en heeft die tonne gedraegen.

1480wiewohl er sein leben verwirkt, gnadenhalber, daß der meister ihn auf den pranger gestellt, darnach abgenommen, ihm beide ohren abgeschnitten, ihn mit ruten gehauen und er über den Rhein gehen müssen

14851485. Pauwell hoedemaker van dordrecht bem oirvede gedaen in forma meliori want hie in onser stat venckenisse gekamen is geweest want hie berochticht was dat hie twie wyve getrouwet sold hebben. dalr voir hie beschuldiget wert voir die banck. Dairop dat hie antworden dat hie anders geen echie wyfl' en hedde dan dair hie hynnen deventer mede huyssittende were en wold dair syn onschult vair doen, dairop die burgermeisters oir vrage wolden doen en bebben hem ein anderen dach gelacht weder te komen myt den wyve dair hie bysitt, dair sie alle beide weder qwamen en kanden dat sie echte luede weren en malkanderen getruwet hadden. Soe is gekamen een ander persoen van dordrechl en hefft geloenl enen hesegelden brieff myt des pasloirs segel van dordrecbt besegelt inholdend dal pauwelI ,"oirs. dieselve persoen geheiten Jacob Jobans dochter aldair witlicken getruwel en loe kercken geleit hefft, wairom hie in onser stal vencknysse gesat wert en dal gescbiet wcsende wert die ander persoen voirvlucbtich en seide sie hadden dat gesacht om oire vrunde en ma!!ihe wille en hie sacbte in den stock desgelyx en wold dair hy leven en. sierven , dal allel dat hie gesacht had nergent om geschiet en were dan dat sie geern by malkanderen gebleven hedden. Soe hebben hem Scepen en Rait genade ~edaen en op die voele gelaten by alsoe dat hle nuw op onsen lieven vrouwendach assumpt. sal gaen voir die processy bervoel barrebeen bloeishoefdes hebbende in elcker hant een beroende wasskerss elcke kerss van enen pont wass en brengen die een voir dal heiige Sacrament en die ander voir onser liever vrou· wen in die capelI en dair en teendens sall hie bynnen deventer myt synen echten wyve gaen sitten en doen als een guet man schuldich is. by alsoe weert saeck dat hie nae desen daghe myller ander persoen bevonden worde in geselscap heymelick ofT apenbair dat sal men hem richten an syn hoegeste enz.

1486welk man meß, mull effte swinedrek ... by deme dyke weret gedregen, den schall men sluten in dat halsysern

28 August 1486Lettres patentes (Beauvais, 28 août 1486) par lesquelles Charles VIII condamnel es blasphémateurs la première fois à une amende pécuniaire, doubléel a seconde fois, la troisième au pilori les jours de fêtes et de marché, la quatrième fois à avoir la langue percée d'un fer chaud. Cette ordonnance fut publiée à la bretèche d'Arras le 26 mars 1488

1488127. Gerückte were. Auch was vor wehere im rathusse ader wo der rath von der stad wegen schenken, gerückt wurden, sal sich der rath zu halden vnd die an den kagk slahen, vsgeschlossen zcwene jerlichen jarmargte sal sich vnser richter uff der borgk halden.

15. JahrhundertVon brotbecker, falsch gewandt, hantwercker, haut und har, kaufleute, saffran, tuchmacher, wandilkauf. Machte eyner gewant von flecken adir von czigenhoor adir von kuhoren und von wolle, das ist falsch. Macht er is auch von gutem worfe und von flocken adir schorhorn, wesil, das ist falsch, und vorleust sein hantwerck domete, und man sal czu ym richten, als recht ist, ut Institut. De capitis diminucione § Minor. Menget abir eynir tuschkan undir ortsaffran, es ist keyn falsch, sunder es ist sein wandilkauf. Menget er abir lantsaffran dorunder, das ist falsch, ut Instit. De ca. die ut supra'. Item wo becker die brot zu cleyne backen, die sal man schuppen, das ist auch gericht zu haut und hor, ut C. De pistoribus 1. Quicumque.

1492113. Item, so weiber gotslesterung thetten, als bi gott und sinen liben heiligen swuren und sere fluchen, sollen sie mit einem stein zu tragen gestraft werden, der hiervor under dem rathauß hanget, daselbs mit dem stein anzugeen bis zum hinderen thore und herfure zum fordern thore bis widder unders rathauß. und wo etliche weiber mehre dann zweimal mit dem stein gestraft wuerden, und das in mere geburt, den stein zu tragen, soll man heissen hinwegk faren.

1493Si aucune femme dit vilain laid, elle porterait, par quatre dimanches, une pierre de demi cent pesant, en pure cotte ... quand on chanterait la messe à l'heure de la procession, un jour autour du moutee (église). Si aucune femme mettoit main à autre, et témoignage en étoit, elle payeroit dix sols, ou elle ferait la procession dessus dite par huit dimanches.

1495Jörg Fund von Uberlingen uff den branger in das halsband zu stellen lind biß zu Vesper darinn lassen zu stend und darnach zu nemen und im die Zungen au den branger zu heffteu und da lassen zu stend biß er sich davon zerrt und lediget, und darnach über Rin zu gehnd und 10 jar ewencklich davor zu sin und widerumb niht neher ze komen, umb das er schwür gtan hat in die hailligen dryvaltikait, die vormals nie gehort sind.

1496"...das der (nachrichter) in zu dem branger fiere und im syne drey vinger, damit er den ayd geschworen hat, an der hand abhow."

1497wen aber einer daruber erfend wurde der aus dem wein trunkh dem hern oder gessten so sol er on alle genadt an dem pranger gesthrichen werden

1498welicher ... boeß swuer tuot, den wil man strafen ... an guot, turn, halsysen oder an sinen eren

1499ob indert wärn zwo die da mit einander kriegten, so sollen dieselbigen den wagstain tragen der da hat ein halbm zenten, wie das furgenomen wirt auf dem grunt umd die verschuldung.

um 1500wirt es geweist zu dem [Fron-] potn, das er in seinem ambt untreulich ... handlet, so sol man in ... von morgen hinz auf vesperzeit in den pranger stellen

16. Jh.Item auch peut er bei der peen des prangers, daz niemand sol swern bei got, bei seinem heiligen bluot, oder bei seiner und unser lieben Frawen oder der hailigen glidern.

16. Jh.die kaex bynnen der stadt Ercklentz to halden

16. Jh.eodem die ist ein schornsteinfeger von Sachsenhausen am halsisen gestanden und umb etlicher exceß willen an die stirn gebrant worden

16. Jhdie weiber mit der geigen [strafen]

16. Jh.Wo sich zow oder mer frawen in markt mit ainander entriegen und mit unzimlichen worten aine der andern auf ir trew und err reden, sich auch mit ainander raufen und schlugen, so sol der richter denselben den bogstain oder fidl an den hals henken und sol di mit den stain in dem markt auf und ab füren lassen und sollen nicht destoweniger nach irer tat, es sei von richter oder lantgericht, gestraft werden.

16.Jh.Item wan zwai weiber mit einander kriegten und aine der andern verbotene wart gäben, die sollen den pachstein tragen, aine von Jauen, die andere von der großen hoffwisen biß zu dem kreuz bei der prächel oder jede gebe ain halb pfunt phening zur straff.

16. Jh.Weliche frau unbeschaidne oder unzimliche wort trib, die sol den bachstain tragen das ganz pimerk aus und wider haim zu dem leitgeb, und ir man sol kaufen ain emer wein den nachparn; und si gibt nichts.

12.Juni 1503Fol. 198 vo. Gillemin Lenffant, bélître, qui a renié le nom de Dieu, est condamné à « porter le tonneau » par tous les carrefours, à être mis au pilori de la tête et des mains pendant deux heures et à être. banni pendant un an (12 juin 1503).

1506Stummhans aus Mönsheim, zu Leonberg gefangen, weil er zu Magstadt in einem herzoglichen Wirtshaus bei Nacht aus einer Kammer, in der er mit "Wagenleuten" gelegen war, zwei graue, ein weißes und ein rotes Tuch gestohlen und eines davon zu Vaihingen [an der Enz] verkauft hatte, vom Leonberger Stadtgericht jedoch in Anbetracht seines Alters, seiner frommen Frau und seiner Kinder statt strengerer Strafe dem Nachrichter an die Hand gesprochen, um ihn an den Pranger zu stellen, mit Ruten zum Oberen Tor hinauszuschlagen und ihm beide Ohrenabzuschneiden, gelobt bei Verlust seines Lebens, Stadt und Amt Leonberg unverzüglich zu verlassen und nur noch mit Erlaubnis des Landesherrn zurückzukehren, und schwört Urfehde.

1507offenlich in branger gestelt, bede oren abgeschnitten vnd des lands biss auff kundtliche erlaubung der oberhandt verweyst werden sol

1507/32dieselben bosshafftigen kupler oder kuplerin ... soellen ... des landes verweyst, in branger gestelt, die oren abgeschnitten oder mit rutten aussgehawen [werden]

nach 1511welher mit gott, seinen heiligen oder vatter und mueter schilt und fluecht oder schlecht, den soll man an den pranger stelln, oder [er] geb zu wandl 5 (pfund) (pfennig)

1516an den kagk genagelt

1517uf sontag nach mittelfasten hat Berlin Schlieferin um die kirche vor dem creuz umgetragen den klapperstein

um 1520wer aber das [Verbot des Fluchens und Schwörens] voracht ..., den wil ein rat ... an pranger stellen vnd mit ruten außhawen lassen. were aber dorunter eynich person, das ein erber rat erkennet, das solche straff zu schimpflich sey, wirt man die in einer andern ernstlich straff furnemen

1521das der oder die selbigen [Straftäter] ... inn den branger gestelt, vnd ... von dem iungen volck offentlich mit mist ... geworffen werden

15. oder Anfang 16. JahrhundertVF EIN ZEIT WAS EIN FRAW DIE HET BESCHULT das man sie offenlieh straffen solt, als an etlichen orten ist, vnd sie in das halszyssin stellen, vnd ir, ein brieff an die stirn machen, daran ir boszheit geschriben ston in etlichen stetten hat man ein korb. Ir man het sie zu lieb, darumb er billich bei den narren ston sol, vnd vberkam mit den herren vnd gab gelt für sie. Also er truog den lasterstein für sie, oder stünd für sie in das halszyssin. Wan es sich darnach begab; daß sie vneins wurden, vnd mit einander haderten, so verweisz sie es im, vnd sprach dannecht auch vor den frembden lüten, ich bin doch noch nit in dem halszyssin gestanden als du. Das war gar ein grose vndanckbarkeit, die schand die sie im vff hüb vnd verweisz, die sie hat verschult, sie solt die straff gelitten haben dy er leid. Also gat es noch mit Christo dem herren vnd mit vnsz, wir haben beschult, zu leiden vnd zu sterben mit unsem sünden vnd der sun gottes het menschliche natur an sich gaumen vmb der vbertreffenliehen liebin willin dy er zu vnsz hat, vnd hat für vnsz gelitten vnd gestorben des schantlichen dotz, vnd das verweissen im die menschen die gotzlesterer vnd gotsschwerer, das geschieht so du im sein hirn, lung, leber, krösz, wunden, anmacht vnzimlich wider seinen willen nennest vnd me verflucht bist du dan Cham (Genesis, 9.) Wan Cham entblotzet die heimlichen glider eines manschen. Du entblotzest die heimlichen glüder Jesu deins herren, der got vnd mensch vmb deinet willen worden ist vnd vmb deinet willen gecrütziget vnd gestorben, darumb sein die verszlin darüber gesetzt. Est amor ingratua eum non alt amator amatus. Illi pena datur qul semper amat nec amatur.

1525Heinrich Eirich, Bürger und Schlosser zu Vaihingen, wegen seiner zu Knittlingen begangenen Verleumdung der Ritterschaft und des gemeinen Adels, von denen einige zu Vaihingen eine Versammlung abgehalten hatten, gefangen und schwerer Leibesstrafe verfallen, aber auf Fürbitten seiner Freunde und Gönner der verwirkten Strafe enthoben, stattdessen an den Pranger gestellt und mit Ruten ausgeschlagen, gelobt eidlich, unverzüglich über den Lech zu ziehen und nie mehr wiederzukommen, und schwört Urfehde, in der er auch verspricht, Streitigkeiten mit württembergischen Untertanen nicht vor ein ausländisches Gericht zu tragen.

1526Mathis Lutz aus Bruchsal, wegen Eidbruchs, Auflehnung und anderer Delikte zu Vaihingen gefangen, peinlich beklagt und gerichtlich dazu verurteilt, dass ihn der Nachrichter an den Pranger stellen und danach von einem Tor zum andern schlagen und er aus dem Fürstentum gewiesen werden solle, gelobt, sich diesen Urteilsartikeln zu unterwerfen, schwört Urfehde und verspricht ferner, sich wohl zu verhalten. Lutz hatte auch zusammen mit anderen auf freier kaiserlicher Straße bei Knittlingen ohne Grund einen armen Pilger niedergeschlagen und damit den Landfrieden gebrochen; außerdem hatte er sich an den Bauernunruhen beteiligt. Siegier: Philipp Schertlin, Bürger und Richter zu Vaihingen.

1526Item, gottßlästerung, fluechen und schwörens halben soll einer erstenmalß acht tag im stock mit wasser und prot enthalten werden; zum anderen mal durch halßeisen am creüz offetnlich drei tag und nacht gestrafft werden; zum dritten mal solle er von der herrschaft ohn alle gnad verwisen werden.

1526Anno 1526 sind die Wiedertäuffer aufgestanden, haben sich stark ins Land vertheilet und zum Stoltz bey Frankstein also sehr zugenommen, daß die Pauern dasselbst bald halben theils wiedertäufferisch worden seyn. Welche nich, davon haben wollen ablassen, die sind am Pranger zu Franck gestrichen, auch einem jeden ein Ohr abgeschnitten und endlich zum Thor hinausgeführet worden. denn Herzog Carl hat sie im Lande nicht dulden wollen.

1528wo er [der auf fremdem Grund gefischt hat] nicht visch gefangen, soll er an dem pranger mit rueten gestrafft werden umb den bösen willen, ist er anderst ain gemainer man

1528Item, wer aber das sich eine frumme fraw desselben linden wandl wollt trösten und wolt ungeert sein, so ist ir mit recht anzuhahen den pugstain.

1529Dorothea Höfler, Ehefrau Hans Röslins von Ehningen, wegen begangener Diebstähle nacheinander zu Böblingen, Waiblingen, Pforzheim und erneut zu Böblingen gefangen, vom Untervogt Hans Keller angeklagt und dem Nachrichter übergeben, der sie eine Stunde an den Pranger stellt, mit Ruten ausschlägt, beide Ohren abschneidet und über den Rhein des Landes verweist, schwört Urfehde.

1530-1531Pour l’emprisonnement fait de Jehan Bouillet et Marie Drivessent dit Tacquin sa femme, demorans à Colfontaine, paroiche d’Ugie pour par eulx avoir batu et navret Melchior le Cras sergent du dit office, son office faisant, lesquelz avoient esté condamnez prysmerchy de leur mésuz en ceste partie à Dieu et justice aussi audit sergent et menet par ung sergent dudit office tout prisonnier audit lieu d’Ugie par ung jour solempnel. Et la endroit aller à la procession , derrière le curet, ledit Bouillet à teste et pied nudz aussi ladite femme à pied nudz et à l’issue d’icelle messe dire et déclarer tout en hault que les batures et les injures par eulx faictes et dietes ausdis sergent et à ses aydes qu’ilz avoient ce fait par chaleur et courou et qu’ilz en estoient dolans et repetans et qu’ilz l’avoient à faire et dire pour riens ne le feroient et que ce que fit en avoient avoit esté parce qu’ilz ne cognoissoient les mérites de justice. Et oultres plus la femme dudit Bouillet porter les pierres à son col à l’enthour du chimetier dudit Ugies et faire par chacun d’eulx le voyaige de saincte larme de Vendome

1531in dath halszyszeren gesäth darumme, dat sze des müllers knecht hebben den koep daergeslagen

1532so widder den beclagtenn die vrteill zu peinlicher straff enntlich beschlossenn wurdet, ... [soll man] denn vbelthatter darvor am marckt oder platz ettlich zeit offenntlich jnn stock, brannger oder hallsysenn ... stellenn

1532stellung jnn branger, abschneydung der oren oder ausshawunge mit ruten oder anderm

1532Straff der verkuplung vnnd helffen zum ehebruch § 123. Nach dem zum dickermal, die vnuerstendigen weibsbild, vnd zuuor die vnschuldigen meydlein, die sunst vnuerleumbt ehrlich person sein, durch etliche böse menschen mann vnd weiber, böser betrüglicher weiß, damit jn jr jungkfrewlich oder frewlich ehr entnommen, zu sündtlichen fleyschlichen wercken gezogen werden, die selbigen boßhafftigen kupler vnd küplerin, auch die jhenen so wissentlicher geuerlicher vnd boßhafftiger weiß jre hewser darzu leihen, oder solchs inn jren hewsern zubeschehen gestatten, sollen nach gelegenheyt der verhandlung vnnd radt der rechtuerstendigen, es sei mit verweisung des landts, stellung inn branger, abschneidung der oren, oder außhawung mit rutten, oder anderm gestrafft werden.

1532Vom ersten offentlichen diebstall, damit der dieb beschrihen wirt ist schwerer § 158. Item so aber der dieb mit gemeltem ersten diebstall, der vnder fünff gülden werth ist, ehe vnnd er an sein gewarsam kompt betretten würd, oder eyn geschrey oder nachtheyl machte, vnnd doch zum diebstall nit gebrochen oder gestiegen hat, ist eyn offner diebstall, vnnd beschwerdt jn die gemelt auffrur und berüchtigung die that also, daß der dieb inn branger gestelt, mit ruten außgehawen vnd das land verbotten, vnd vor allen dingen dem beschedigten der diebstal oder der werth dafür, so es inn des diebs vermögen ist, widerumb werden, Vnd soll zu dem allem inn der besten form ewige vrvhede thun. Wer aber der dieb eyn solche ansehnliche person, dabei sich besserung zuuerhoffen mag jn der richter (jedoch on der oberkeyt zulassen vnd verwilligung nit) burgerlich vnnd also straffen, daß er dem beschedigten den diebstal vierfeltig bezalen, vnd sunst allenthalben gehalten werden soll, als oben inn nechstem artikkel von heymlichem diebstall gesetzt ist.

1532Vom andern diebstall § 161. Item so jemandt zum andern mal, doch ausserhalb einsteigens oder brechens, als obsteht gestolen hett, vnnd sich solch beyde diebstal, auff gründtige erfarung der warheyt, als hieuor, von solcher erfarung klerlich gesetzt ist, erfunden, Auch die selben zwen diebställ, nit fünff gülden oder darüber werth seind, so beschwert der erst diebstal den andern, darumb mag der selbig dieb inn branger gestelt, vnd das land verbotten, oder inn den selben zirck oder ort, darinn er verwirckt hat, ewiglich zu bleiben verstrickt werden, nach gefallen des Richters, auch nach der besten form ewige vrphede thun, vnd mag den dieb inn disem fall nicht fürtragen, ob er mit dem diebstall, als vor vom ersten diebstall gemelt ist, nit beschrien oder betretten würd. Wo aber solche zwen diebstall fünff gülden oder darüber treffen, so soll es mit erfarung aller vmbstende, auch gebrauchung der rechtuerstendigen, wie hernach geschriben, auch als imm nechsten öbern artickel, steeth, gehalten werden.

1532Einfürung der vrtheyl vorgemelterpeinlicher leibstraff halb, die nicht zum todt gesprochen werden [...] Merck die nachuolgenden beschluß eyner jeden vrtheil Abschneidung der zungen § 198. Offentlich inn branger oder halßeisen gestelt, die zungen abgeschnitten, vnnd darzu biß auff kundtlich erlaubung der oberhandt auß dem landt verwisen werden soll. Abhawung der finger Offentlich inn branger gestelt, vnnd darnach die zwen rechten finger, damit er mißhandelt vnd gesündigt hat, abgehawen, auch fürther des landts bis auff kundtlich erlaubung der oberkeyt verweist werden soll. Oren abschneiden Offentlich inn branger gestelt, beyde oren abgeschnitten, vnnd des landts biß auff kundtlich erlaubung der oberkeyt verweist werden soll. Mit rutten außhawen Offentlich inn branger gestelt, und fürther mit rutten außgehawen, auch deß landts bis auf kundtlich erlaubung der oberhand verweist werden soll. Merck so eyn übelthetter zu sampt eyner auffgelegten rechtlichen leibstraff jemants sein gut wider zu keren, oder aber etwas von seinen eygen gütter zu geben verwirckt, wie deßhalb hieuor inn etlichen straffen Nemlich von falschlichem abschweren am hunderten vnd siebenden artickel anfahend, Item welcher vor Richter oder gericht, auch der vnkeusch halben, so eyn ehemann mit eyner ledigen dirn übet, am hunderten vnd zwentzigsten artickel anfahent, Item so eyn ehemann eynem andern, vnd dann die bösen besteltnuß zwifacher ehe betreffent, am hunderten vnd eyn vnd zwentzigsten artickel anfahend, Item so eyn ehemann eyn ander weib etc. gesetzt ist, dergleichen inn etlichen diebstelen, wie oben angezeygt etc. oder so sunst inn vnbenanten fellen dergleichen zuthun rechtlich erfunden würde, So soll solch widerkerung oder dargebung des guts mit lautem worten an die vrtheyl wie das geschehen solt, gehangen, beschriben vnd geoffnent werden.

1536ain yeder eebrecher, so zum ersten mal ... in thurn ... eingezogen, vier wochen dar in erhalten vnd mit wasser vnd brot gespeisset, aber zu vier sontagen herausser gelassen vnd die zwen lasterstain, so bey ainer yeden kirchen hangen sollen, drey mall vmb die kirchen zetragen, yedes mall biß zu endung der vier wochen widerumb eingelegt werde

1537im pinxtavent do stunt ein wiv baven up dem kake twe stunden lank, darum dat se unrecht to bedde gan was

15391539. Cathrina van zwolle perdeelsyrouwe is in onser stadl gevenckenisse gewest vermitz henrick rolman alhier onlanx gericht dair op gestorven is dat sy mede geholpen ende handtdadich gewest weer, dalr aver dat henrick rotman wynolt van weseke doetgeslagen hefft desmen mitten scarpsten aan oir versucht wolde hebben, dwelck oir nu vermitz sy bevruchlet en swanger was, verlaten is, dap den schandsleen gedragen ende ter brinckpoerte mit den scharprichter utgeleidet ende verhannet ut der sladt vrieheit en oir bevoelen by verburtenisse oirs Iyffs nummermeer byn. nen der stadt vrieheit te koemen en hefft dairop oirveede gedaen in forma.

1539"anno 1539 heft ein bose scentlike hor und definne den scantsteen umgedragen. Und de bodel mit den knechten hebben mit hornen vorher geblasen und se so dorch etlike Straten geleidet, und is darna ut dem dore geleidet und heft de stadt vorsweren most."

1548welcher oder welche ir ee brechen mit ainer ander personen, so auch in der ehe ist, sol auf den pranger nach der oberkait gehaiß selbs geen, daselbs pleiben den ganzen tag und so lang, bis er erpetten oder zwainzig gulden geben

1553Den knaben hat man in ansehung seiner Jugent an pranger gestelt und vorweist und ime sonst nichts getan in der hoffnung, Er werde es nicht mher thun vnd sich bessern.

15541554. Engele koirsen die hoysfronw van Condysken is in onser stadt gevanckenisse gewest vermitz sy in oirs nabers huyss oirs nabners winstock lot voel strengen affgesneden hem, is dairom gesat op die kaicke en hem den affgesneden winslock informa van enen kranss om den halss gedragen, en is oir die vrede gebaden mit oir nabuer Jenneken bessemaickers, dat sy sieh noch mit woerden noch mit wercken an die selve nyet ontgaen en sall by die pene, die dair op staet, enz.

9. Februar 1554Placard (Bruxelles,9 février 1554) de Charles-Quint contre ceux qui profèrent des paroles infàmes, exécra- bles ou déshonnêtese, t pourrissent ainsi les jeunes gensque leurs pères et mères ne réprimandent pas. Les délinquants seront pour la première fois condamnés à vivre trois jours d'eaue t de pain sec; n cas de récidive,- à s'excuser publiquement, et la troisième fois à être mis au carcan ou au pilori, à la discrétion des officiers impériaux, la quatrième fois à être bannis de l'Artois pour une durée de dix ans.

1555Eine dieser Täterinnen, die Witwe Martha Rimpfer zu Wildberg, wurde dort wegen ihrer Beziehung zu dem verheirateten Michel Meulin aus Weil der Stadt, der seine Frau Barbara, die Tochter des Hipschhans, und ihr Kind zu Iptingen hatte sitzen lassen, gefangen genommen und vor dem Stadtgericht angeklagt. Von diesem wurde sie dazu verurteilt, dass sie der Nachrichter mit Rutenschlagen und zwei Stunden am Pranger im Halseisen stehen lassen solle. Sie musste am 25. Mai 1555 Urfehde schwören und geloben, sich fortan fromm und ehrbar zu verhalten.

1557uth der Stadt Soltufflenn gesteupett

1559der oder die, so also mit gotslestern betretten, sollen drei feirtäg nacheinander offentlich am kreiz mit ausgespannten armen piessen. wolt aber hernach solliche straff nit helfen und [wurden] dergleichen leit zum andern und dritten mall betretten, sollen [sie] an den pranger gestelt, mit rueten ausgehaut und das gericht verpotten werden

1560[Gerichtsbarkeit des Rats über Vergehen, deretwegen die Täter] etwan auch in den prandel oder halseisen gesetzt und mit ruten ausgestrichen [werden]

1560Statt am Pranger mußte 1560 eine Dienstmagd, die das Kind ihrer Herrschaft fahrlässig im Bett erdrückt hatte, an drei aufeinanderfolgenden Sonntagen in einem weißen Kleid und einem weißen Tuch um dne Kopf und einer brennenden Kerze in der Hand vor dem Hochaltar der Marienkirche (der größten Kirche Danzigs) stehen "von Anfang des ambts und der Predigt bis ans ende".

1562Wendel Schmid aus Mönsheim, wegen Bruchs einer älteren Verschreibung und mehrerer genannter Diebstähle zu Vaihingen festgenommen, gefangen und vom Untervogt "vor Recht gestellt" und peinlich beklagt, jedoch statt der verwirkten harten Strafe in Ansehung seiner Frau, seiner kleinen Kinder, seiner Verwandtschaft und seiner Jugend, auch auf sein Versprechen hin, sich zu bessern, dazu verurteilt, dass ihn der Nachrichter eine halbe Stunde an den Pranger oder ins Halseisen stelle und von einem Tor zum anderen mit Ruten schlage, er selbst die Markung Mönsheim zeitlebens nicht mehr verlasse und alle Zechen und Gesellschaften meide, gelobt eidlich, diese Artikel an sich vollziehen zu lassen bzw. zu befolgen, von Diebstählen abzustehen und ehrbar zu haushalten, und schwört Urfehde.

In Leipzig gab im folgenden Jahre ein Händler aus Oldenburg falsche Thaler und Dreier aus, wurde aber zur Strafe an den Pranger gestellt und des Landes verwiesen.

Im Jahre 1564 wurde in Dresden ein Goldschmid aus Hayn, Paul Pfeil, gefangen gesetzt und, weil er falsche MUnzen gegossen hatte, nach der Bestimmung der peinlichen Halsgerichtaordnung zum Feuertod verurtheilt. Der Kurfürst billigte dies Urtheil, weil solche Bubenstücke, Verfälschung der Münze und Betrug so sehr gemein würden, dass man die Schärfe der Schwerts andem'zum Abscheu müsse ergehen lassen, wollte aber doch, weil der Verbrecher nur 9 fl. gr. gegossen hatte, die Strafe dahin mildem, dass ihm am Pranger beide Ohren abgeschnitten und ein falscher Thaler an die Stirn gebrannt und er damach auf Lebenszeit des Landes verwiesen werde. Da der verstockte Falschmünzer weder dieses für eine Gnade erkennen noch Urfehde schwören wollte und überhaupt gar keine Neigung zur Besserung zeigte, wurde er zum Tode durch das Schwert verurtheilt.

1572das kegenwertiger übelthäter seiner gewaldt und raubes sol dem scharffrichter übergeben werden, hinunter geführet, beleutet, und an allen vier orthen des marktes beschrien, an eine prange gestellt, mit ruthen gestrichen

1575Anneke Smering wird ,des Ehebruchs bezichtigt und in Haft genommen. Sie ist außerdem schon mehrmals auf Anforderung vor dem Rate nicht erschienen, wo sie sich wegen ihrer Diebereien verantworten sollte. Der peinliche Ankläger bittet, die Beklagte "zur Antwort in rechte anzuhalten". Die Beklagte bekennt, aus Armut gesündigt zu haben, und bittet, ihr zu verzeihen. Sie will sich bessern. Der "Peinliche Ankläger bittet, Beklagtin anzuhalten deß Ehebruchs halber zu Ja oder Nein zu antworten". Sie bekennt denselben und bittet, sie zu begnadigen. Auf Grund der Peinlichen Halsgerichtsordnung wird erkannt, daß "die Beklachtin sol In pranger gestellt, und mit ruthen außgestrichen und deß landeß so lange vurwiesen, biß sie mit gnaden da wieder einverstattet. Auf beschehene vurbitt ist gerichtlich nachgegeben, daß Beclagtin sol durch den Butell. außgeledt, und mit der Stube begnadet werden, und sich deß landes biß auf erlaubunge deß lanthern enthalten."

1577wenn ein weibesperson offentlich in der unzucht betreten ... were und gleichwol für eine magd im börtlein, krenzlein oder haren hergehen tete, der sollen zur buß, andern zur scheu, die har abgeschnitten, an den pranger genagelt und die person geschleiert und der stadt oder amts verwiesen werden

1577/83wer falsche muentze in unser stadt braechte ... soll ... am kacke gestaeupet werden

1577/83soll er an den kack in das halseisen offentlich andern zur abscheu gestellet ... werden

1578?[bei Zahlungsverzug der Bürgen soll dem Gläubiger das Recht zustehen,] gemeldte an pranger oder kirchtüren ... anzuschlagen

1580wo aber einer oder mehr under solchen lesterern und leichtfertigen personen erfunden wurde, so von solchem seinem schweren und fluchen nach geschehener vermanung nicht abstehen wurde, soll es der obrigkeit, geistlich oder weltlich, darunter ehr begriffen oder gesessen ist, nach gelegenheit der personen unvorzuglich angezeigt und der übertretter zum ersten an den pranger oder sonst eine öffentliche stedte, in ein halßeisen geschlagen und der gemeine vorgestellet oder sonst an geld gestraffet werden

1580?Straff der falschen Zungen an Weibspersonen. Ein merklicher Brauch hats da a der Weybern halb, wann irgent eine die ander neidischer Weise falschlich verklagt oder mit schmachworten ehrverletzlich verklagt, und zur Klagen konlpt: das sie, ein solche Thäterin, durch die Stattknechte an dem Wochenmarkt, wann alleweil Volk vorhanden, anderen zum Exempel herumb geführt wird und ein Klapper oder Lasterstein anl Halsz tragen muesz, bei 25 Pfund schwer, geformiert wie eines Weybes Haupt, so an ausz gestreckter Zung ein Malschlosz hat. Diese Straff wird wenig geringer dann des Prangers oder Halszeisens Straff gehalten.

1582deijenige, so daruber befunden, sollen an dei halseisen geschlagen werden

1582Wann ein weib öffentlich auf der gaßen mit verbottenen worten schilt, schendet oder iemands belaidiget, herentgegen auch ein mann einem weib dergleichen zuefieget, welche die oder der ist, solle umb 6s 2d gewandelt werden; hat sie es an dem guet nicht soll sie die geigen oder fidl tragen, der mann aber in stock gelegt werden.

1585einen Pranger an daß rathaus...dessen in der executio der mißtätigen personen inkuenftig zu gebrauchen, weil des prangers in ablesung der urtel allweg gedacht wird.

1585wänn ein nachpar wider den andern pleikugln oder kreuzhacken tregt, so solle der jenige, der damit betretten wiert, zu dem pranger gefurt, die rechte hant auf ein stock gelegt und die kugl oder kreuzhacken durch dieselbige geschlagen werden, oder verwandlt der lantgerichtsobrigkait fünf gulden

1586offenbare unzuechtige weiber, sollen in dieser stadt nicht gelitten, weder gehauset noch beherberget, sondern, da eine oder mehr betroffen, und ueberweiset, die sol der stadt verwiesen, und da sie in die stadt wiederumb kommen, und in ihrem suendlichen leben verharren, soll sie an dem pranger gestaupet, und bey ihrem freyen hoechsten der stadt verwiesen werden, es waere denn, daß sie glaubliche anzeig thun koente, daß sie sich jemand zur ehe versprochen haette

1587welcher in seines nechsten obs, kraut, rüeben oder erbiß ... ergriffen würdt, der solle deß tags um 1 (pfund) 5 ß und deß nachts mit dem pranger, abschneidung der ohren ... wie umb ander diebstal gestraft werden

1587-1725daz der oder dieselbe nach gestalt ihres verbrechens in der eißersten gefängnus mit wasser und brod oder offenlicher schandstraff an der lastersaul vor der kirchen, diejenige aber welche schwehre gotteslästerungen auszuestoßen sich erfrächen an hhab und guot, leib und leben sogar malefizisch gebiesset und gestraft werden sollen.

1588dasz halsgericht, kaich und pranger binnen und buten der freiheit ... gestanden ... und stehe der kaach ... binnen der frigheit

1593 Januar 3.Herzogs Heinrich Julius Constitutio wegen Ehebruchs, Hurerei zc. vom 3. Jan. 1593. — Anderweitige Verheurathung einer Person, deren voriger Ehegatte weder verstorben, noch durch Urteil und Recht von ihr losgesprochen ist, imgleichen fleischliche Vermischung einer ledigen oder verehligten Mannsperson mit eines andern Ehefrau, oder einer Ehefrau mit dem Ehemanne einer andern, ferner Blutschande und Nothzucht, sollen nach Verschiedenheit der Missethat, jedoch in alle Wege mit dem Tode bestraft werden. Halten vereheligte mit ledigen Personen zu, und der beleidigte Theil versöhnt sich mit dem schuldigen, so erfolgt eine willkührliche Geldstrafe; geschieht die Aussöhnung nicht, oder wird das Vergehen wiederholt, so wird solches ohne Unterschied mit Staupenschlagen und Landesverweisung, Hurerei aber in jedem Gerichte nach hergebrachtem Gebrauch, bestraft, im letzten Falle aber auf den Stand und das Vermögen des Verbrechers, und ob er sein eigenes, oder seines Vaters, Herrn, oder Wirths, Brod isset, ob er eine unberüchtigte Jungfrau, welche Standes und Vermögens halber ihm vorzuziehen ist, oder eine solche Person geschändet hat, welche durch Blutsfreundschaft oder Schwagerschaft so nahe mit ihm verwandt ist, daß er sich der Kirchenordnung gemäß nicht mit ihr verehelichen kann, bei der willkührlichen Erhöhung der Geldstrafe Rücksicht genommen. Treten mehrere der angeführten Umstände ein, oder wird die Hurerei wiederholt« oder bessert bessert sich der Gestrafte nicht: so erfolgt Entsetzung des Diensts, Amts und Ehrenstandes, oder der Thurm, Stellung an den Pranger, Ausklingelung mit dem Becken, Anhangung der Schandsteine, Landesverweisung, oder härtere Strafe, die der Landesherr sich vorbehält. In Klöstern, Kirchen, Fürstl. Schlössern, Frauenszimmern und Amthäusern begangene Hurerei wird an Manns- und Frauenspersonen mit dem Schwerdt, die in den Fürstl. Kanzeleien, Marställen, Apotheken, Mühlen, Brau- und Backhäusern verübte, mit öffentlichem Staupenschlage und ewiger Landesverweisung geahndet. Keiner, er sey geistlichen oder weltlichen Standes, soll bei landesfürstlicher Ungnade eine Konkubine halten; und ausser der Ehe erzeugte Kinder (Mantelkinder) sollen per subsequens matrimonium, oder auf andere Weise, legitimirt werden. Kuppler und Hurenwirthe sollen, nach Gelegenheit der begangenen Unzucht, entweder mit Gefängniß, Stellung an den Pranger, Ortsverweisung auf unbestimmte Zeit, oder wenn die Strafe keine Besserung wirkt, mit Staupenschlägen und ewiger Landesverweisung bestraft werden.

17. JahrhundertPeinlich wird allhier [zu Breslau] geachtet, was an Leben, Leib und Ehre gehet, also dass der Verbrecher entweder vom Leben zum Tode gebracht, oder von der Stadt mit Verlust der Ehre abgeschafft und gegen geleistete Urfehde relegiert oder zugleich am Pranger mit Ruten gestrichen oder sonst durch den Henker davor gestellt wird.

16.-17. Jh.in der richtzeugkiste ... lag ein papieren hut, daran ein paffen- und hurengelach gemahlet, so man den unzüchtigen pegken und kuplerin am pranger pflegt ufzusetzen

17 Jh.ein weiberangesicht mit ausgestreckhter zungen, daran ein mahlenschloß, alles von stein, ohngefähr fünff unnd zwanzig pfund schwär, gemacht, der klapperstein

16.-17. Jh.So erging es z.B. einer Frau, die ihr neugeborenes Kind vor fremder Leute Tür gelegt hatte und davongelaufen war, ohne sich um das kleine Wesen zu kümmern. Sie mußte eine Stunde lang mit einer Rute im Arm am Pranger stehen und für alle Zeiten die Stadt verlassen.

17. Februar 1600ff.Sibilla Häsin aus Augsburg ist kein untypischer Fall. Am 17. Februar 1600 war sie wegen verschiedener Diebstähle aus der Stadt geschafft worden. Etwa zwei Monate später'" kam sie heimlich zurück und wurde erneut straffällig. In den Gassen hielt sie Kinder auf denen sie - wie es heißt - "etliche sachen ... bößlich abgeschwetzt, dieselbs (die Kinder, C.H.) vnder erdichtem schei vnd namen an etliche orth von sich geschickt, vnd in mitels mit denen sachen, so sie den kindern abgenommen, davon gelauffen. Vnd solliehe verkaufft vnd versetzt". Der Rat verurteilte sie nun zu Ausstreichen mit Ruten. Die Häsin kehrte daraufhin unerlaubt bis März 1604 neunmal zurück. Die ersten fünf Male wurde sie dafür in den Eisen gezüchtigt und erneut verwiesen. Dann versuchte der Rat sie von der Rückkehr damit abzuschrecken, daß er sie einige Tage "in den finstern thurm (legte) ..., mit wasser vnd brot gespeist". Es nützte jedoch nichts. Weitere dreimal erschien sie in der Stadt, wurde in den Eisen gezüchtigt und aus der Stadt geschafft. Dann ging dem Schreiber an dieser Stelle endgültig der Platz aus. Er mußte für die weitere Behandlung der widerspenstigen Frau einen neuen Eintrag beginnen. Als die Häsin sich jedoch auch noch eines Diebstahls und einer Körperverletzung schuldig machte, wurde sie an den Pranger gestellt, ihr beide Ohren abgeschnitten und sie der Stadt auf ewig verwiesen.

1601welche person aber hüerüber schreiten der gotteslesterung oder uhnzucht halber betretten würden die sollen an das creutz welches albereit bey dem pranger deswegen aufgericht gestellet, oder mit anderer offentlicher buess und dazue am gueth nach aines jeden verbrechen, und vermüegen gestrafft und niemand verschonet werden

1601Straffe der jenigen / die ihre beschworne Urphede brechen. [354] Wird jemand / seiner straffbahren Verwirckung halben / durch Urthel und Recht / ohne Specificirung oder Ernennung einer gewissen Zeit / aus dieser Stadt und Gebiete religirt und verwiesen / auff den Fall sol solche Relegatiooder Verweisung auff zehen Jahr verstanden werden / Da auch einer / wegen seiner Mißhandlung und Verwirckung auff zwey / drey / oder vier Jahr / und also auff gewisse Zeit / jedoch weniger dann auff zehen Jahr / aus dieser Stadt und Gebiete wird relegiret / und aber mit Hindansetzung seiner beschwornen Urphede / vor Außgange solcher specificirtenJahre wiederümb in dieser Stadt und Gebiete wird betreten und behardet: So sol derselbe / von der Zeit seiner Wiederkunfft anzurechnen / dadurch nochmahls die nechstfolgende zehen Jahr lang dieser Stadt und Gebiete sich verlustig machen. Wäre aber jemand auff zehen Jahr verwiesen / und derselbe in den noch wehrenden zehen Jahren in dieser Stadt und Gebiete wiederümb finden lassen würde: Sol er dieser Stadt und Gebiete zu ewigen Tagen verfestet / Auch darüber nach Befindung seines Frevels / und muthwillig gebrochene Urphede / am Pranger mit Ruthen gezüchtiget werden. So nun ferner derselbe / der aus dieser Stadt also ist mit angehaffter Bedrauung verfestet und verleutet / hernach vergessentlich wieder auff dem friedlosen Lande wird betreten / und in gefänckliche Hafft gebracht / sol derselbe an seinem frey höchsten gestraffet werden. [355]

1601Artic. 27. Straffe der Blutschänder. Dieselbe / so eine Blutschande mit einander begehen / und in auff-oder absteigender Linien sich verwandt seyn / werden solcher Ubelthat halben mit dem Schwerdt am Leben gestraffet. Die aber mit den nahen Verwandten in linea collaterali, oder nahe beschwegerten Personen / unter welchen die Ehe zu Rechte verboten / solcheSchande begehen / werden entweder mit Ruthen am Pranger / oder sonst mit Verbannung oder Verweisung / nach Befindung der nahen Sipschafft gestraffet.

1603/05were aber jemandt auff zehen jahr [aus der Stadt] verwiesen, vnd derselbe in den noch wehrenden zehen jahren sich in dieser stadt vnd gebiete wiederumb finden lassen wuerde: soll er dieser stadt vnd gebiete zu ewigen tagen verfestet, auch darueber nach befindung seines frevels, vnd muthwillig gebrochener vrphede, am pranger mit ruten gezuechtiget werden

1603Item haben wir das recht: wenn sich zwo frauen miteinander kriegten, welche unrecht ist die trägt den bochstein.

1604[d. lästerlichen Schwörer] sollen für einen jeden solchen schwur ... einen schlichten frevel, d.i. zwey pfund ohn' alle gnade verbessern, auch den lasterstein küssen ...

1610ob er stihlt über zwei und ein halb pfunt pfenning, so soll man ihm zwicken mit dem einen ohr an dem pranger und soll sich selber abreißen und alsdann aus dem markt geschafft sein

1611wer solche [brunnen] beschimpft und freventlich mit garstigen stinkenden dingen oder mit einem aaß verunreiniget, soll sie selbst reinigen, und hernach, wann es die kaelte leidet, so lange an den pranger mit naßen kleidern stehen, biß der schade bezahlt und 1. fl strafe erleget

11. April 1611.1616 den ll April wurde eine lügenhafte, betrügerische Magd, Margaretha Kennerin, vor dem Rathhauß an den Pranger gestellt, nachmals der laster Stein Ihr vornen an den Halß gehengt, welchen sie auß dem Rathaus, da ein Schütz vorhergegangen, unnd platz gemacht, nachdem der Loew mit seiner pauckhen darauff er nur mit einem Schlegel tapffer geschlagem, sie aber zwischen 2 Stadtknechten mit dem Stein am Halß hinten nach, vor vnser frawenn Cappel hinab, vor die langen Kraeme hinumb, den fisch vnnd Herrn Markh hinnauff biß wider unter das Rathauß tragen, unnd wegenn ihres Betrugs solche öffentliche Schande außstehen mueßen, Ist auch darauff vonn 2 Stadt Knechtenn mit der Farb durch die Stadt zum Frawenthor hinaußgefuehrt, vnnd ihr die Stadt vnnd Landt vff 10 Meil Weges hind an die Zeit ihrers Lebens versagt wordtenn.

1615ist W. ... in die geig gespannt, ... die fürnemsten gassen durch den stadtknecht geführt worden

ca. 1618kleine leibstraf ... als in brangel oder halßeysin stellen

1618mit waßer und brot abgespeiset oder in die gig gespannen mit spott herumb geführt

1620Ist Steffen Henken, der sich selbst dem Teuffel gegeben er wölle bey seiner madammen Ihns hauss gehen und bey derselben Schlafen, des Halßeisens entlassen.

1620"Ist Steffen Henken, der sich selbst dem Teuffel gegeben er wölle bey seiner madammen Ihns hauss gehen und bey derselben Schlafen, des Halßeisens entlassen"

1621Es ließ sich der Zeit zu Londen ein Advocat gelüsten / in Beyseyn etlicher Parlamentsherrn / allerhand Gespött vnd schimpffliche Reden wider Pfaltzgraff Friderichen vnd sein Gemahlin / als vnder andern daß sie beyde jetzt wol deß Bierschencken in Engellandt sich behelffen möchten / außzustossen. Aber es bekam jhm vbel: dann er wurde von Westmünster auß / mit blossem Haupt / auff einem Pferdt hindersich sitzend vnd an statt deß Zaums den Schwantz in der Hand haltend / auff den Marckt geführet / allda in die Pillerey oder Pranger gestellet / vnd von dannen wider nach Westmünster gebracht; allda jhm die Ohren abgeschnitten / die Nasen geschlitzet / vnd ein Mahl an die Stirn gebrand worden. Hat also mit seinem Schaden vnd Schmach erfahren / daß mit grosser Herrn Vnglück kein Gespött zutreiben.

1622[ein unfolgsamer Zuchthäusler soll] zum dritten mal ... mit dem pranger, und zum vierten mal mit dem hoelzernen pferde gestrafet werden

1623so soll auch der landvogt ... in allen kruegen die maasse an stuebchen, kannen und quartieren fleißig besichtigen, was zu gering und klein, wegnehmen, durch den stockmeister an den pranger oder halseisen schlagen lassen

7. May 1627Montag den 7. May 1627: Lästermäuler. Dieweilen Lienhart Hartmann von Illzach Hausfrau und Tochter dem Pfarrer daselbsten übel nach geredet, sollen sie folgenden Tag miteinander den Klapperstein tragen, und ihnen auf den Rücken geschrieben werden: Mein Lästermaul und bösz geschrey, macht dass ich trag den Klapperstein.

1630der marktrichter zu Sieding soll ain wagstein [aL.: pachstain] am pranger hangend haben. und wann ain nachbaurin die ander mit worten schilt, so soll si ihn tragen von ainem orth an das ander wider zum pranger und soll dem richter darumben danken

1638nach volendten gehaimen malefizrecht füert man die person zu den offnen malefizrecht ... [zu einem Platz], daran ein pranger steet, alda man daß offne recht mit denen beisizern in gegenwart des sinders haltet, daß urtl gesprochen und das stäbl brechen tuet; also dan der arme sinder iber die pruggen und Lobnitz an die gewendliche richtstat in der Raister gemain zu der justicierung getiert wird.

1646Autre arrest de la Cour, portant confirmation de la condamnation du carcan prononcée par sentence du bureau de la ville, contre Etienne Doyen, gaignedenier, pour vol de vin sur le port

1653-1666If a single Man is found abed with a marry'd Woman, he is stripped naked to a little pair of Drawers; then daubing his face with lime, they run an Arrow through each Ear, and fasten a little Drum on his Back, which they beat at all the Cross-streets to expose him to Shame. This Punishment ends in 40 or 50 strokes of a Cudgel on the Man's bare buttocks, but the woman receives them with Drawers on.

1654-1697Item wann zwo frawen oder dirnen offentlich mit einander schlüegen oder raufeten oder sich schändeten, so sollen sie beide ohne alle gnad den bachstein allermäninig tragen.

1656[urtheil in leibsstraffen] der N. solle zu dem pranger gefuehrt, ihme alldorten sein lasterhaffte zungen, so weit sie auß dem mund zubringen, durch den freymann abgeschnitten, selbige an den pranger gehaefftet, und er so dann deß land-gerichts, stadt oder burgfriedens verwiesen werden

1656der N. solle zum pranger gefuehrt, ihme alldorten durch den freymann die vordern glieder an den fingern (mit welchen er den falschen eyd geschworen) abgehauen, solche an den pranger genagelt, letztlich er deß land-gerichts auff ewig verwiesen werden

1658ob gleich sollich kupplen zue heimblichen eheverlobung ... beschehe, sollen doch die kuppler oder kupplerin ... an dem pranger gestelt ... werden

1661daß alle ... obrigkeit, ... so sie iemandes betreffen, so entweder vor oder nach der tauffe in die bier- oder wein-haeuser mit dem kinde gehet und unfug treibet, ... an die pranger, hals-eisen oder in narren-haeuser stellen lassen sollen

1661mit einschließung in die daselbst gewidmete geigen ... verfahren

1664daß die gemeine prostibula, die da offentlich hurerey treiben und ein handwerck daraus machen, offentlich am pranger gestrichen und der stadt bothmeßigkeit zu ewigen zeiten verwiesen werden sollen

1667wer ... des überschreitens gar zu viel machet, der soll mit der ruhten castigiret oder mit anschließung des halßeisens oder schuelklotzes gestraffet werden

1667[d. Rechtsbrecher] soll ... uff den lasterstein gestelt und der statt verwisen werden ...

1673so ain hauer ... ainem unrecht haut ..., der ist wandlfellig und man soll ihm pinten an ainen pranger oder gahrn allermeniclich zu spott

1676Limberg an der Saltze verklagt Hans Engelke, daß dieser seine Frau "des abscheulichen Lasters der Zauberey" bezichtigt habe. Er wird am Sonntag bei der Scharre am Rathaus an das Halseisen geschlossen und gestellt. Nachdem sich seine nächsten Anverwandten und Freunde, Johan Aibert Schemmel im Sundern und Johan Herman Engelke, des Missetäters Schwiegersohn, mit je 50 Ga. für ihn verbürgt haben, wird ihm die Haft erlassen.

1677Ancke Laub wird wegen abermals begangener Unpflicht ans Halseisen gebracht und abends um 6 wiederum von den Ratsdienern gelöset. Sie muß dann innerhalb 24 Stunden die Stadt räumen. Wegen ihrer Armut kann sie keine Bürgen stellen

1678 / 1. MaiIl dit que la peine du Violon, ainsi appelée en cette Province, qui est un instrument de bois en forme de carcan, est inouïe en France; que les crimes ont leur punition marquées par les Ordonnances: le blasphème est puni pour la 1 et 2fois d'une amende pécunière et de punition corporelle pour la récidive.

1680daß ... R. ... wegen kirchendiebstahl eingezogen ... [und mit] stellung ahn den pranger oder käecks ... gestraft worden

1682Arrêt de la cour des Aides qui condamne Claude Guillé, au carcan du poteau, aux halles de la ville du Mans, avec un écriteau, pour avoir supposé un autre nom que le sien en une obligation, afin de voler à l'adjudicataire des gabelles, un quart de sel, en 20 livres d'amende et aux dépens

20. Februar 1682Défense (20 février 1682), aux bourgeois et habitants qui quittent Arras, d'abandonner leurs enfants, sous peine d'être fustigés ou attachés au carcan ; la bourse commune des pauvres et la ville pouvaient à peine supporter les charges des enfants trouvés

1685, Juli 9Le 9 juillet 1685, Marie Parmentiers, Françoise du Quesne, Catherine Hallins, Marie-Joseph Houdart, Susanne le Clercq, Marie-Jennet Lotieux, Jean Desmaret dit connestable des maquereaux, estant tous sept suffisamment atteint et convaincuz d'estre vagabons sans adveu ny domicile, putaines, prostituées et maquereaux publique, ont estez razez à la teste, exposez pendant deux heures ù la vergoigne et en après conduit et chassez hors de la ville au sond (sic) du tambour avec deffence d'y revenir sans la permission de messieurs du Magistrat sous peine de fouet.

1687die unzuechtige personen [weibespersonen, so in unehren geschwaengert sich befinden], so vor abgestatteter strafe sich davon machen, nicht wieder in die stadt gelassen, sondern ihre namen auf einer gewissen an den pranger zu heftenden tafel oeffentlich angeschlagen [werden sollen]

1688Arrêt de la Cour des Aides qui condamne au carcan les nommés Deslandes et Lacquerier, habitants de l'Hery et de Saint Cir pour la fraude de tabac par eux commise

1693..., der aus dem ihm zur Wache anvertrauten bording einen halben Scheffel Weizen gestohlen hatte und dabei von einem Speicherwächter ertappt worden war, verurteilt, an mehreren ordentlichen Markttagen drei Stunden lang im Halseisen an dem Pfeiler vor dem Zuchthaus zu stehen.

1693Zwei andere Bordnigsknechte, die von ihrem Schiff heimlich zwei Säcke Weizen an Land gebracht hatten, wurden unter anderem verurteilt, mit zwei Säcken auf dem Rücken zwei Stunden lang am Pranger zu stehen.

1696den 23. weinmonat ist ein blutschand doplet begangen gstraft worden mit ruthen biß auf das blut und auf den brangen gestelt

1696diese [Gehilfin bei Mordversuch] hat zwar nach schärfe der rechte verschuldet, dass sie mit dem schwerdte vom leben zum tode gebracht werden möge, hat aber aus besondern uhrsachen eine stunde lang, mit dem schwerdt in den händen haltend, am pranger gestanden, und hiernach mit 30 gutten streichen den staubbesen bekommen

1696So wurde 1696 ein Dienstmädchen, das seine Herrschaft mit Hilfe anderer Frauen empfindlich bestohlen hatte, "nach bewandnis ihres Zustandes" nur mit ruten unter dem Arm auf den Pranger gestellt und aus der Stadt verwiesen.

16991699 und in den folgenden Jahren wird mehrfach das "Drillhaus" erwähnt. Es befand sich auf dem Marktplatze, so daß die Bestrafung" in conspectu vieler Menschen" erfolgen konnte. Am 5. Juli 1699 wird Margarethe Liesabett Böntinggs in das vom Bürgermeister und Rat, nach Gräfl. Erlaubnis, angeordnete und von einigen Bürgern hier auf dem Stadtrnarkte aufgerichtete Drillhaus eingesperrt und weidlich herumgedrillet. Nach einer Stunde wird sie durch die Stadtdiener herausgelassen und durch sie bis aus dem Schlagbaum begleitet und damit aus der Stadt verwiesen.

18. Jh.[Geldstrafe für Beleidigungen:] Wer unter gemainen volk, es sein frau oder mann, dem anderen verbottene worte gibt, der geben dem richter 72 d und gewinnen des klager huld. gibt aber einer oder eine ain erbern mann der ein burger und gesessen ist verbottene wort, der geb dem richter zwei pfund pfening zu wandel und gewinn des klager huld. hat es aber der pfening nicht, so werds geschlagen an den pranger; ist es aber ein weib, so trags den pokstein.

18. Jh.?[Scharfrichterlohn:] den namen an den galgen oder pranger anzuschlagen 30 [Kreuzer]

18. Jahrh.A Nosseigneurs de parlement. (Pour Jean-Imbert Durand et Claude Lefebvre, condamnés à la peine du carcan et au bannissement, comme complices d'un commerce frauduleux fait par Antoine Chassolier, leur associé

18. Jahrh.Arrêt de la cour du parlement qui condamne Pierre de Villemont, compagnon voiturier de vins par terre ; au carcan pendant trois jours de marché avec écriteaux devant et derrière portant ces mots : Chartier piqueteur de vin, pour avoir piqueté des tonneaux de vin, et les avoir remplis d'eau

18. Jahrh.De par le roi. Extrait du jugement prévôtal, qui condamne Edme Renvoyé à être mis au carcan pendant deux heures, ayant écriteaux devant et derrière portant ces mots : "Séditieux et perturbateur du repos public"... et Charles Lemaire à un plus ample informé et prison de trois mois. (20 juillet.)

18. Jh.?gaack, worein die feld- und gartenfrevler durch den büttel geworfen werden; ... die zu deren behufe gehörigen wippen mit körben sind ... in stand zu bringen

18. Jh.Ob eine fraue der anderen zu nachend kombt mit worten oder mit werken oder zu kuerz thuet, die haben verwandlet, daß sie die borgsteiner oder füedel tragen.

1765-1790Der Oberst Szeluky, der betrogen hatte, kam an den Pranger, der Fürst Podstatsky-Lichtenstein, der falsche Banknoten gemacht hatte, mußte öffentlich die Gasse kehren.

1707Arrêt de la Cour de Parlement qui confirme une sentence du bailliage du Palais par laquelle les nommés Claude Thomas et Claude Freguet ont été condamnés, savoir ledit Thomas a être attaché au carcan sur le préau de la Conciergerie du Palais l'espace de deux heures et ledit Freguet d'assister

Erstauflage 1709, hier Exemplar 1714 verwendet.Item seynd noch andere wilkürliche Straffen [außer der Landesverweisung] gebräuchlich. als das PrangersteIlen. in Stock schlagen. in der Geigen führen. item ichtwas. mit deme man eigentlich gesündiget. an Halß zu hencken. als da seynd. falsche Gewichter. Mäßlen und dergleichen: Item vor die Kirchenthür mit brennenden Kertzen und Ruthen zu stellen. so wider die Meineydige Zeugen. theils Orten: Item. die im dritten und vierdten Grad befindliche Blutschänder. practiciert wird.

1710Arrest de la cour de parlement qui condamne le nommé Beauvais, charretier et Bisson, vuidangeur, au carcan au port Saint-Paul, avec écriteaux devant et derrière : Charretiers, piqueurs de vin, pour avoir percé les pièces de vin qu'ils conduisaient. Et arrest (du 20 mai 1710) portant entérinement des lettres de commutation de peine

1713Deux arrêts du parlement, par lesquels Jacques Le Bel, cordonnier, soldat au régiment de Bresse, et Jean Hoursy, dit Baptiste, soldat au régiment des gardes, ont été condamnés au carcan et aux galères, chacun pour trois ans, pour vol d'épée. Extraits des registres de parlement. (23 janvier 1713.)

1714Arrêt de la Cour de Parlement qui condamne le nommé Nicolas Forest d'être mis et attaché au carcan et banni pour 3 ans avec amende et dépens pour la rebellion par lui commise envers Pierre Blanchard, huissier a verge au Chatelet, faisant les fonctions de Sa Charge

1715ihre nahmen und bildniße sollen an den galgen geschlagen, auch die auf die duella gesetzte straffe am pranger durch den hencker in ihrem bildniß exequiret werden

1716[Aufgabe des Scharfrichters:] das so bald bey hoff das hierzu bestimbte glöckhlin angezogen und geleüthet würdt, er sogleich den armen sinder in seinem zimmer von dem statt knecht ybernehmen und mit seinen aignen strickh und bandten, wie gewöhnlich und so vill hierzu nättig ist, binden und auff den branger [zur Urteilsverkündung] neben sich stellen solle

1717Achtzehntens, welcher dem andern in weingarten verbottene wort gibt, der ist wantl verfahlen zwaiundsibenzig pfenning, es seie mann oder weib. und da die weiber dem wantl nicht zu zahlen hetten oder kain wantl hulfe, solle man ihnen den pergstain an halß henken und sie deßen ehenter nicht leedig laßen, sie haben dann zuvor bei ieden hauß in ganzen dorf ein vatter unßer und englischen grueß gesprochen.

1719Arrest de... parlement... qui condamne le nommé Pierre Henry, cocher de place, au carcan par trois différents jours de marché, pendant deux heures chaque fois, à la croix du Trahoir et à la porte de Bussy, et aussi par trois différents jours de marché, rue Saint-Martin, vis-à-vis la rue aux Ours, avec écriteaux... portant ces mots. Cocher de place insolent et violent...

1722Arrêt de la Cour de Parlement par lequel Eloi Le Febvre, greffier commis du Prevôt de l'Ile, est condamné au carcan et au bannissement...

1722Arrêt de la cour de parlement, rendu contre Pierre de Cressel, valet de chambre insolent, condamné au carcan... avec écriteaux et au bannissement

1723Arrest du parlement qui confirme la sentence rendue par... le lieutenant général de police, le 3 aoust 1723, contre le nommé Martin Grumail, laquais portant canne, condamné à estre mis au carcan, à l'amande de 12 livres et à un bannissement de trois ans...

1723Arrêt de la Cour de Parlement rendu contre Louis Navarre, archer de robe-courte, et le nommé Crebey, dit Tourraine ou Tourangeot, soldat ledit Navarre, atteint et convaincu de prévarication et de supposition d'ordres pour arreter differents particuliers ; sous ce pretexte en avoir extorqué de l'argent, pour réparation de quoi, condamne au carcan... et ensuite mené aux galères... à perpetuité...

1723bey straff deß thurmbs, geigen tragen, schanzen

1724Arrêt de la Cour de Parlement qui condamne le nommé Duval dit Bellefleur, au carcan dans la cour du prieure de Saint Martin des Champs

1724Jugement dernier (de police) qui condamne le nommé François Galopin, mendiant insolent, au carcan et au bannissement...

1724Jugement rendu en dernier ressort par M. le lieutenant général de police et... les officiers au siège présidial du Chastelet, qui condamne le nommé François La Roche, mandiant, au carcan et au bannissement de cinq ans, pour avoir fait rébellion

1724Jugement rendus par... le lieutenant général de police, l'un contre Louis Le Maire, mendiant, condamné au carcan et aux galères pour cinq ans ; l'autre contre Marie-Anne Bourbon, accusée d'avoir voulu exciter une émotion contre les archers des pauvres

1725De par le Roi. Jugement rendu en dernier ressort par... le lieutenant général de police et... les conseillers au siège présidial du Châtelet, qui condamne le nommé Edme-Philbert Benoist au carcan et aux galères pour cinq ans,... pour avoir demandé l'aumône, contrefaisant l'estropié... (16 février 1725.)

1725De par le Roi. Jugement rendu... par M. le lieutenant général de police... qui condamne le nommé Edme-Philbert Benoist, au carcan et aux galères pour 5 ans... pour avoir fait violence aux archers de l'hôpital général

1725Jugement rendu en dernier ressort par... le lieutenant général de police et... les conseillers au siège présidial du Chastelet, qui condamne le nommé Edme-Philippe Benoist au carcan et aux galères pour cinq ans... pour avoir demandé l'aumosne contrefaisant l'estropié, et pour avoir fait violence aux archers de l'hospital général

1726Arrêt de la cour de parlement, confirmatif de la sentence rendue par M. le lieutenant criminel, qui condamne le nommé Michel de La Haye, manoeuvre, à être mis au carcan rue des Rosiers, vis-à-vis de l'hôpital Saint-Gervais, et ensuite au bannissement de trois ans, pour excès, violences et voies de fait commis à coups de bâton dans ledit hôpital. Du 31 mai 1726...

1726Arrest de... parlement, confirmatif de la sentence rendue par... le lieutenant criminel, qui condamne... Michel de La Haye, manoeuvre, à estre mis au carcan, rue des Roziers, vis-à-vis l'hospital Saint-Gervais, et ensuite au bannissement de trois ans, pour excès, violences et voyes de fait commis à coups de baston dans ledit hospital

1726Arrest de... parlement qui condamne le nommé Jacques Martin, dit Chevalier de Lyon, à estre mis au carcan, et en 3 ans de bannissement, pour avoir volé des draps dans l'Hostel-Dieu

1726Arrêt de la Cour de Parlement qui condamne le nommé Jacques Dumay, dit Picard, cocher de placé, à être attaché au carcan avec écriteaux devant et derrière portant ces mots : Cocher de place violent et au bannissement pour trois ans

1726Arrêt de la Cour de Parlement qui condamne le nommé Jacques Martin, dit chevalier de Lyon, à être mis au carcan et en trois ans de bannissement, pour avoir volé des draps dans l'Hotel-Dieu

1726Arrêt de la Cour de Parlement qui condamne le nommé Michel de La Haye, manoeuvre, à être mis au Carcan, rue des Rosiers vis à vis l'Hopital Saint Gervais et ensuite au bannissement de trois ans, pour excés, violences et voies de fait, commis à coups de baton dans ledit hopital

1727Arrêt de la cour de parlement, confirmatif de la sentence rendue par M. le lieutenant criminel, qui condamne Jean Dumont à être attaché au carcan, à la Halle, pendant trois jours de marché consécutifs, et le troisième desdits jours à être fouetté et flétri de la lettre V,... pour avoir volé du fruit sur le carreau de la Halle. Du 2 septembre 1727

1727Arrêt de la cour de parlement, qui condamne le nommé Pierre Helot ou Regnault, dit Saint-Agnan ou Du Moustier, à être attaché au carcan rue Neuve-Notre-Dame, par trois jours consécutifs, au-devant de la principale porte de l'Hôtel-Dieu, ayant écriteaux devant et derrière portant ces mots : "Voleur de draps dans l'Hôtel-Dieu"... Du 27 novembre 1727...

1727Arrest de... parlement, confirmatif de la sentence rendue par... le lieutenant criminel, qui condamne Jean Dumont à estre attaché au carcan à la halle pendant trois jours consécutifs, et le troisième desdits jours estre fouetté et flétri de la lettre V, et en trois ans de bannissement, pour avoir volé du fruit sur le carreau de la halle

1727Arrest de... parlement, confirmatif de la Sentence rendue par M. le lieutenant général de police, qui condamne le nommé Ballavoine a estre attaché au carcan par trois jours consécutifs de marché et en neuf années de bannissement, pour avoir fait plusieurs exactions sous les faux titre d' huissier et d'exemt...

1727Arrest de... parlement qui condamne le nommé Pierre Helot, ou Regnault dit Saint-Agnan, ou du Moustier, à estre attaché au carcan rue Neuve Nostre-Dame par trois jours consécutifs, au-devant de la principale porte de l'Hostel-Dieu, ayant écriteaux devant et derrière, portant ces mots : Voleur de draps dans l'Hostel-Dieu, et y demeurer le temps et espace de deux heures chaque jour, et au dernier desdits jours, fouetté, flétri de la lettre V, et en neuf années de bannissement...

1727Arrêt de la Cour de Parlement qui condamne François Morgue Delorme d'être attaché au carcan devant la principale porte du Palais..., ayant deux quenouilles avec écriteaux portant ce mot ?Bigame?, à être flêtri d'un fer chaud, en forme des trois lettres G. A. L. et aux galères pour neuf ans

1727Arrêt de la Cour de Parlement qui condamne le nommé Ballavoine a être attaché au carcan par trois jours consécutifs de marché et en 9 années de bannissement, pour avoir fait plusieurs exactions sous le faux titre d'huissier et d'exempt

1727Arrêt de parlement qui condamne Ballavoine à être attaché au carcan par trois jours consécutifs de marché, et en 9 années de bannissement pour avoir fait plusieurs exactions sous le faux titre d'huissier et d'exempt

1727Jugement (du baillage de Chalons) rendu contre le nommé Pierre Chaillot Meunier demeurant à St Hilaire au Temple en Champagne, atteint et convaincu d'avoir mêlé de la craie battue dans les farines destinées pour la consommation des troupes du Roi, lequel à été appliqué au carcan et condamne aux galères

1727Jugement rendu en dernier ressort par M. le lieutenant général de police, qui condamne le nommé Charles Le Comte, mandiant de profession, à estre attaché au carcan de la rue Bussy et en neuf ans de bannissement, pour avoir exercé des violences et voyes de fait contre les archers de l'Hospital Général...

1728Arrêt de la cour de parlement, confirmatif de la sentence rendue par M. le lieutenant général de police, qui condamne Julien Goupil, garçon boucher, à être attaché au carcan pendant trois jours... pour avoir vendu de la viande pendant le carême. Du 26 avril 1728

1728? oder auch 1764?Arrest de la Chambre (des comptes de Paris) qui condamne au carcan Jean Rometal pour avoir proféré paroles injurieuses contre l'autorité du Roy et esté trouvé jouant à des jeux illicites sur le grand degré

1728Arrest de... parlement, confirmatif de la sentence rendue par... le lieutenant général de police qui condamne Julien Goupil, garçon boucher, à estre attaché au carcan pendant trois jours de marchez consécutifs, ensuite garder prison pendant trois mois, en 3000 livres d'amende, et à estre déchû de pouvoir parvenir à la maistrise de boucher, pour avoir vendu de la viande pendant le Carême

1728Arrest... de Parlement confirmatif de la sentence rendue par M. le lieutenant général de police, qui condamne Julien Goupil, garçon boucher à être attaché au carcan... pour avoir vendu de la viande pendant le carême...

1729Arrêt de la cour du parlement, confirmatif d'une sentence rendue par M. le lieutenant criminel du Châtelet de Paris, qui condamne Louis Belot à être attaché au carcan sur le quai de la Vallée, un jour de marché, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : "Voleur de volailles sur le carreau de la Vallée", et... battu et fustigé nu de verges,... flétri d'un fer chaud en forme de la lettre V sur l'épaule droite, et en cinq ans de bannissement... Du 3 mars 1729

1729Arrest de... parlement confirmatif d'une sentence rendue par... le lieutenant criminel du Chastelet de Paris, qui condamne Louis Belot à estre attaché au carcan sur le quay de la Vallée un jour de marché, ayant écriteau... portant ces mots : Voleur de volailles sur le carreau de la Vallée, et audit lieu battu et fustigé nud de verge... flétri d'un fer chaud en forme de la lettre V... et en cinq ans de bannissement...

1729Arrêt de la Cour de Parlement qui condamne Pierre Desplanches d'être appliqué au carcan et au bannissement pour un an de la ville et ressort de Laon et de cette ville, prévoté et vicomte de Paris.... pour avoir enlevé et volé les ormes et bois de différents particuliers

1729Arrêt de la cour du parlement, confirmatif d'une sentence rendue par M. le lieutenant criminel du Châtelet de Paris, qui condamne Louis Belot à être attaché au carcan sur le quai de la Vallée, un jour de marché, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : ?Voleur de volailles sur le carreau de la Vallée?, et... battu et fustigé nu de verges,... flétri d'un fer chaud en forme de la lettre V sur l'épaule droite, et en cinq ans de bannissement... Du 3 mars 1729

1729Arrêt de la Cour du Parlement qui condamne Arnault Klasen au carcan avec écriteaux portant ces mots ?Voleurs de raisins? et à un bannissement pendant cinq ans

1729Arrêt de la Cour du Parlement qui condamne Louis Belot à être attaché au carcan sur le quai de la Vallée un jour de marché ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : Voleur de volailles sur le carreau de la vallée ?et audit lieu battu et fustigé nu de verges... flètri d'un fer chaud en forme de la lettre V sur l'épaule droite et en 5 ans de bannissement

1729Jugement rendu par M. Hérault, lieutenant général de police, et les conseillers au présidial du Châtelet, commissaires du conseil en cette partie, qui condamne Scipion Toussaint a être attaché au carcan dans la place du Palais-Royal, vis-à-vis l'Opéra, pendant trois jours de spectacles consécutifs, ayant écriteaux devant et derrière portant ces mots : Domestique violent envers la garde de l'Opéra, et en neuf ans de bannissement

17291729 mußte eine schwangere Diebin drei Tage lang je eine Stunde am Pranger stehen. Das Gericht hatte "in Ansehung des Zustandes gegenwertiger Inquisitin die gelindigkeit der Schärffe" vorgezogen.

1730Arrest de... parlement qui condamne le nommé Jean Leroy à estre attaché au carcan par trois jours consécutifs, ayant écriteaux... portant ces mots : ?Laquais portant les habits de son maistre, avec canne et épée, insolent et violent envers sondit maistre?, et en trois ans de bannissement...

1730Jugement rendue par M. Hérault,... lieutenant général de police, et... les conseillers au siège présidial du Chastelet, commissaires du conseil en cette partie, qui condamne François Le Tellier, libraire et imprimeur à Mante, Jacques-Claude Defroques, Guillaume-Joseph Namur et Antoine-Joseph Wantier, dit Bajazet, trois de ses compagnons imprimeurs, à estre attachez au carcan en place de Grève, et ledit Le Tellier en trois ans de bannissement hors du ressort du parlement de Paris, pour avoir imprimé plusieurs ouvrages prohibez touchant les disputes présentes en matière de religion...

1730Jugement rendu par M. Hérault, lieutenant de police et les conseillers au siège présidial du Châtelet, qui condamne Martin Baudrier, dit des Chaises, au carcan et en trois ans de bannissement pour avoir colporté des ouvrages imprimés et prohibés

1730Jugement rendu par M. Hérault, lieutenant général de police, et les conseillers au présidial du Châtelet, commissaires du conseil en cette partie, qui condamne Fr. Le Tellier, libraire et imprimeur à Mantes, et trois de ses compagnons imprimeurs à être attachés au carcan en place de Grève, et ledit Le Tellier en trois ans de bannissement hors du ressort du parlement de Paris, pour avoir imprimé plusieurs ouvrages prohibés touchant les disputes présentes en matière de religion

1730Jugement rendu par M. Hérault, lieutenant général de police, et... les conseillers au siège présidial du Chastelet, commissaires du conseil en cette partie : qui condamne le nommé Martin Baudrier... au carcan et en trois ans de bannissement du ressort des parlemens de Paris et de Rouen, pour avoir colporté sciemment des ouvrages imprimez et prohibez... et le sieur Neveu, curé de la paroisse de Nostre-Dame des Champs, près... Rouen, en cinq ans de bannissement du ressort desdits parlemens, pour avoir retiré chez lui et fait colporter lesdits ouvrages...

1730Jugement rendu par M. Hérault, lieutenant général de police et MM. les conseillers au siège présidial du Chastelet, commissaires en cette partie, qui condamne le nommé Martin Baudrier, dit des Chaises, au carcan et en trois ans de bannissement du ressort des parlemens de Paris et de Rouen, pour avoir colporté sciemment des ouvrages imprimez et prohibez, au préjudice des deffenses portées par l'article II de la déclaration du roy, du 10 may 1728, et le sieur Neveu, curé de la paroisse de Nostre-Dame des Champs, près... Rouen, en cinq ans de bannissement du ressort desdits parlemens, pour avoir retiré chez lui et fait colporter lesdits ouvrages...

1730Achtens: Diejenige, welche fruchten und sönstige sachen in dem feld oder obst und gemus aus denen garten stehlen , sollen mit gefängnus, käcks, trillhaus oder gar mit der landesverweisung gestraft werden. Edict vom 15. 7bris 1730.

1731Arrest du parlement, confirmatif d'une sentence du Chastelet qui condamne Antoine Janton, gagne-denier, à estre attaché au carcan au carrefour Saint-Germain l'Auxerrois, pour avoir en courant à cheval avec violence renversé un homme et une femme... de laquelle chûte la femme a esté blessée...

1731Arrêt de la Cour du Parlement qui condamne Jacques Charlemagne Dumontal a être attaché au carcan, ayant écriteaux devant et derrière, portant ces mots ? Voleur de grains et avoine pendant la moisson? et banni pour cinq ans

1731Arrêt de la Cour du Parlement qui condamne Pierre de Villemont, compagnon voiturier de vins par terre au carcan pendant trois jours de marché, pour avoir piqueté des tonneaux de vin et les avoir remplis d'eau, avec écriteaux devant et derrière, portant ces mots ?Chartier piqueteur de vins?

1731Arrêt de la Cour du Parlement qui condamne un huissier pour prévarication dans les fonctions de sa charge, d'être appliqué au carcan et banni pour neuf ans

1731Jugement rendu en la Chambre de la commission par M. Hérault, lieutenant de police et MM. les conseillers au siège présidial du Châtelet, qui condamne Antoine Patron et J. J. Grillot à être attachés au carcan, pour avoir imprimé plusieurs ouvrages prohibés touchant les disputes présentes en matière de religion

1731Jugement rendu en la chambre de la commission par Monsieur Hérault,... et Messieurs les conseillers au siège présidial du Châtelet... qui condamne Antoine Patron et Jean-Joseph Grillot dit La Planche à être attachés au carcan pour avoir par le dit Patron imprimé plusieurs ouvrages prohibés touchant les disputes présentes en matière de religion... et ledit Grillot dit La Planche travaillé et contribué à l'impression desdits ouvrages...

1731Jugement rendu par M. Hérault, lieutenant général de police, et les conseillers au présidial du Châtelet, commissaires du conseil en cette partie... qui condamne Ant. Patron et Jean-Jos. Grillot, dit La Planche, à être attachés au carcan, pour avoir imprimé plusieurs ouvrages prohibés touchant les disputes présentes en matière de religion, et Marie-Anne Mothron et Pierre Depréaux au blâme, pour avoir ladite Mothron travaillé à l'impression desdits ouvrages, et ledit Depréaux favorisé sciemment lesdites impressions dans une maison qu'il avait loué à cet effet rue de la Clef

1731Jugement rendu... par M. Hérault,... lieutenant général de police, et... les conseillers... du Chastelet... commissaires du conseil en cette partie, qui condamne Antoine Patron et Jean-Joseph Grillot... à estre attachez au carcan, pour avoir... imprimé plusieurs ouvrages prohibez touchant les disputes présentes en matière de religion, au préjudice des deffenses portées par la déclaration du roy du 10 mars 1728... Et les nommez Marie-Anne Mothron et Pierre Depreaux au blâme, pour avoir ladite Mothron travaillé à l'impression desdits ouvrages, et ledit Depreaux facilité... sciemment lesdites impressions dans une maison qu'il avoit louée a cet effet, rue de la Clef, fauxbourg Saint-Marcel...

1732Arrest du parlement, confirmatif d'une sentence rendue par... le lieutenant criminel, qui condamne le nommé François Saint Denis, gagne-denier, à estre attaché au carcan sur le quay de la Vallée, par trois jours de marché consécutif, ayant écriteaux... portant ces mots : (Voleur sur le carreau de la Vallée)... et en trois ans de bannissement...

1732Jugement rendu par délibération de conseil et jugement dernier par M. Hérault,... lieutenant général de police, qui condamne le nommé Antoine Cortet ; compagnon drapier... à estre attaché au carcan en place de Grève, ayant écriteau... portant ces mots : ?Mandiant violent portant canne?, et en trois ans de bannissement...

1733Jugement rendu par M. Hérault, lieutenant général de police, et les conseillers au présidial du Châtelet, commissaires du conseil en cette partie, qui condamne Gabriel de Liège, J.-J. Devaux et Claude Larcher à être attachés au carcan, pour avoir imprimé plusieurs ouvrages prohibés et contraires à la religion

1733Jugement rendu... par M. Hérault,... lieutenant général de police, et... les conseillers au siège présidial du Chastelet... commissaires en cette partie, qui condamne Gabriel de Liège, Jean-Jacques Devaux et Claude Larcher à estre attachez au carcan, pour avoir imprimé plusieurs ouvrages prohibez et contraires à la religion et à la tranquillité publique...

1734Jugement rendu par délibération de conseil, et en dernier ressort, par M. Hérault,... lieutenant général de police, et... les gens tenans le siège présidial au Chastelet... commissaires du conseil en cette partie, qui condamne Louis Torion à estre attaché au carcan et en cinq ans de bannissement, et Marie-Louise de Saint-Sevère, dite Paris, aussi en cinq ans de bannissement, pour avoir faussement dénoncé Catherine-Thérèse Meusnier comme faisant commerce de tabac de contrebande

1735Arrêt de la cour de parlement, confirmatif de la sentence de M. le lieutenant criminel au Châtelet de Paris, qui condamne le nommé Michel Maille, gagne-denier, à être attaché au carcan, à être fustigé, marqué de la lettre V, et au bannissement pour trois ans, pour avoir volé du bois dans un bateau. Du 17 mai 1735...

1735Arrest de... parlement, confirmatif de la sentence de M. le lieutenant criminel... qui condamne le nommé Michel Maille, gaigne-denier, à estre attaché au carcan... fustigé, marqué de la lettre V et au bannissement pour trois ans, pour avoir volé du bois dans un batteau...

1735Arrêt de la Cour de Parlement confirmatif de la sentence de Monsieur le lieutenant criminel au Chatelet de Paris qui condamne le nommé Michel Maille, gagne denier, à être attaché au carcan, à être fustigé, marqué de la lettre V et au bannissement pour trois ans, pour avoir volé du bois dans un bateau

1735Arrêt de la Cour du Parlement qui condamne Pierre-Romain Levert d'être attaché au carcan, ayant écriteaux devant et derrière, portant ces mots ?Voleur de poissons? et aux galères pendant trois ans, préalablement marqué des trois lettres G.A.L. et a sursis à faire droit sur l'accusation intentée contre Jacques Giffard

1736Arrest de... parlement, confirmatif de la Sentence de M. le lieutenant criminel au Chastelet... qui condamne... Jean-Baptiste Decque, dit la Palme, soldat au régiment des gardes françoises, à estre attaché au carcan... fustigé, et au bannissement, pour avoir volé un drap dans l'Hostel-Dieu...

1736Arrest de... parlement, confirmatif de la sentence de M. le lieutenant criminel... qui condamne Thomas Cheron à estre attaché au carcan pendant trois jours consécutifs, à estre foueté et flétri dans la principale cour de l'hopital de Bicestre, pour avoir fait rébellion contre la garde dudit hopital et avoir frappé d'un coup de couteau un des soldats de ladite garde...

1736Arrêt de parlement confirmatif de la sentence de M. le lieutenant Criminel au Chatelet de Paris qui condamne le nommé Jean Frontin, dit Duval, à être attaché au carcan, à être fustigé et au bannissement pour avoir volé dans les prisons du Grand Chatelet

1736Arrêt... de parlement qui condamne Thomas Cheron, au carcan, ayant écriteaux portant ces mots : rebellionnaire armé d'un couteau, et ensuite à être fustigé et flétri pour avoir fait rébellion et blessé un garde de l'hopital de Bicêtre avec un couteau

1736Jugement rendu par M. Hérault et les conseillers au présidial du Châtelet, commissaires du conseil en cette partie, qui condamne Cl. Jourdain à être attaché au carcan et au bannissement, et les nommés Andre de la Tour, Marcoulf de la Tour, Jean. P. Vergnaisse, Ch. Hochereau et Hochereau le cadet à être attachés au carcan, pour avoir imprimé plusieurs ouvrages prohibés, scandaleux et contraire à la religion

1736Jugement rendu par M. Hérault et les conseillers au présidial du Châtelet, commissaires du conseil en cette partie, qui condamne plusiers particuliers au carcan et au bannissement, pour avoir établi une imprimerie clandestine et y avoir imprimé plusieurs ouvrages prohibés, scandaleux et contraires à la région

1736Jugement rendu par M. Hérault, lieutenant général de police, et les conseillers au présidial du Châtelet, commissaires du conseil en cette partie, qui condamne plusieurs particuliers du carcan et au bannissement, pour avoir établi une imprimerie clandestine et y avoir imprimé plusieurs ouvrages prohibés, scandaleux et contraires à la religion

1737Arrest de... parlement, confirmatif de la sentence de M. le lieutenant criminel au Chastelet... qui condamne le nommé Jean Pavy à estre attaché, au carcan, fustigé, flétri, et au bannissement, pour avoir volé un drap dans l'Hôtel-Dieu...

1737Arrest de... parlement, confirmatif de la sentence de M. le lieutenant criminel... qui condamne les nommez Jean-Pierre Huet, dit Corbeille, et Guillaume Lejay, soldats aux gardes françoises, d'estre attachez au carcan, flétris et aux galères pour trois ans, pour avoir volé des raisins dans les vignes...

1737Arrêt de parlement confirmatif de la sentence de Monsieur la lieutenant Criminel au Chatelet de Paris, qui condamne le nommé François-Vincent Liger, commandant des archers de l'hopital, à être attaché au carcan par 3 jours consécutifs, flétri et aux galéres, pour avoir prévariqué dans les fonctions de son emploi

1737Arrêt de parlement qui condamne Jean-Pierre Ravinets, d'être attaché au carcan ayant écriteaux devant et derrière, portant ces mots : (Prisonnier violent,) ce fait banni pour 3 ans

1738Arrêt de parlement portant condamnation au carcan dans les prisons du Fort-L'Evêque et bannissement de 5 ans contre Henri Melingue, pour excès et violences envers un guichetier

1738Arrêt de parlement qui condamne Jean Dombry gagne-deniers, d'être attaché au Carcan, avec écriteau devant et derrière, portant ces mots, voleur sur les ports de cette ville et le bannit pour 3 ans

1738Arrêt de parlement qui condamne Joseph Sciterre et Nicolas Maindouze, d'être attachés au carcan avec écriteaux devant et derrière portant ces mots : Voleurs de chandeliers, dans l'hotel royal des Invalides, et bannis pour 3 ans

1738Arrêt de parlement qui confirme une sentence rendue par le lieutenant général du bailliage de Chaumont en Vexin le 6 novembre 1737 et condamne Marie-Anne Macaire, épouse de Guillaume de La Croix, brigadier des gardes du corps du roi, propriétaire de la terre de Bachivilliers, où elle n'a point la haute justice, d'abattre et retirer le poteau, avec carcan qu'elle a fait planter en la place publique

1739Arrêt de la Cour des monnaies, qui condamne le nommé Etienne Chabin dit le Duc à être pendu à un potence... pour avoir fabriqué de fausses espèces et le nommé Jean Chabin à être attaché au Carcan l'espace de deux heures... et à être enfermé pendant toute sa vie

1739Arrêt... du parlement, qui condamne Marie-Anne Jacquet, veuve Lamblot à être mise au Carcan... et bannit ladite veuve... pour avoit volé des échalas dans une vigne...

1740Arrêt de la cour de Parlement qui condamne Pierre Gasse, d'être attaché au carcan, ayant écriteaux devant et derrière (Voleur de poisson) et aux galères pendant 3 ans

1740Arrêt de parlement qui condamne les nommés Alexandre Bouret et Antoine Vernay à être attachés au carcan et aux galéres, pour avoir usé de violence envers l'un des guichetiers des prisons du grand Chatelet, et excité une émeute dans lesdites prisons

1740Arrêt de parlement qui condamne Pierre Gasse, d'être attaché au carcan, ayant écriteaux devant et derrière (voleur de poisson) et aux galéres pendant 3 ans, préalablement marqué des 3 lettres G. A. L.

1744Arrest de... parlement, confirmatif de la sentence de M. le lieutenant général de police au Chastelet... qui condamne le nommé Sébastien Arnoult à estre attaché au carcan et au bannissement pour cinq ans ; et le nommé Jean Dujour d'assister à ladite exécution et au bannissement pour trois ans, pour avoir usé de violences et voyes de fait envers le guet...

1744Arrest de... parlement, confirmatif de la sentense de M. le lieutenant criminel au Chastelet... qui condamne le nommé Jean Delaune, dit la Joye, soldat au régiment de Noailles, à estre attaché au carcan pendant trois jours de marché consécutifs, flétri, et aux galères, pour s'estre travesti et avoir voulu engager de force, le sabre à la main, et à heures indues, dans les rues de... Paris...

1744Arrêt de parlement qui condamne le nommé Jean Delaune, dit la Joye, soldat au régiment de Noailles, à être attaché au carcan pendant 3 jours de marché consécutifs, flétri et aux galères, pour s'être travesti et avoir voulu engager de force le sabre à la main et à heures indues dans les rues de Paris

1744Jugement rendu par le lieutenant général de police et les conseillers au siège présidial du Chatelet qui condamne les nommés Sellier, maitre imprimeur à Soissons et Duval, dit le Grenadier, ci-devant maitre imprimeur à Bayeux, au carcan et au bannissement pour 5 ans, pour avoir imprimé des ouvrages contraires aux bonnes moeurs et à la tranquillité de l'état

1744Jugement rendu... par M. Feydeau de Marville,... lieutenant général de police, et... les conseillers... du Chastelet, commissaires du conseil en cette partie, qui condamne les nommez Sellier, maistre imprimeur à Soissons, et Duval... ci-devant maistre imprimeur à Bayeux, à estre attachez au carcan et au bannissement pour cinq ans, pour avoir imprimé des ouvrages contraires aux bonnes moeurs et à la tranquillité de l'Estat ; et la nommée Marie-Nicole Legivre, veuve Richebourg, aussi au bannissement pour cinq ans, pour avoir donné lesdits ouvrages à imprimer et cherché à les introduire dans Paris...

1746Jugement souverain (de Bertier de Sauvigny, commissaire du Conseil d'Etat) qui condamne Gilles Breton, facteur du bureau de la poste aux lettres d'Etampes à être mis au carcan et à un bannissement de la généralité de Paris pendant trois ans

1746Jugement souverain de l'intendant Bertier de Sauvigny, commissaire du conseil, qui condamne Gilles Breton, facteur au bureau de la poste aux lettres d'Etampes, au carcan, avec un écriteau portant ces mots : Facteur de lettres, fabricateur de fausses taxes, et à un bannissement de la généralité de Paris pendant trois ans

1747Arrest... du parlement qui condamne... Louis Grandjux, soldat au régiment des gardes françoises... à être attaché au carcan, flétri et aux galères pour neuf ans, pour s'être faussement supposé exempt et avoir en cette fausse qualité racolé avec violence et voyes de fait...

1747Arrêt de parlement qui condamne Léonard Barbier, soldat aux gardes, d'être fustigé nu de verges, ayant la corde au col, et ensuite attaché au carcan, en la place de grève, ayant écriteaux portant ces mots : Racoleur avec violence et à main armée, flétri d'un fer chaud et aux galères à perpétuité

1748pranger, kaak, postellum, ein gemeiner, mehrentheils erhabener ort, dahin gewisse missethaeter, an ein hals-eisen geschlossen, oder mit schand-steinen behaengt, u.d.g. zum spott des volcks und ihrer schande aufgestellet werden. der pranger gehoert zu den obergerichten. er ist zwar eine peinliche, doch nicht eigentlich eine leibesstraffe, wohl aber eine vorbereitung zu derselben, darum er auch neben einer leibes-straffe kan erkant werden

1748Arrêt de Parlement, confirmatif de la sentence de M. le lieutenant général de police au Châtelet de Paris, qui condamne les nommés Etienne Giroroux, dit Saint-Etienne, et Louis Dupont, cavaliers au régiment de Rumin, à être attachés au carcan et aux galères, pour avoir fait des engagements par force et mauvais traitements, et le nommé Antoine Thibaut, aubergiste à être pareillement attaché au carcan et au bannissement, pour avoir retiré chez lui des particuliers qu'il savait être engagés par force

1748Arrêt de parlement qui condamne les nommés Etienne Giroroux et Louis Dupont, cavaliers au régiment du Rumin, à être attachés au Carcan, et aux galères, pour avoir fait des engagements par force et mauvais traitements

1748Jugement rendu par M. Bertier de Bauvigny, intendant, qui condamne J.-B. Gribaumont, dit la Grandeur, cavalier au régiment du roi, à servir le roi comme forçat sur des galères pendant neuf années, pour avoir enlevé d'entre les mains d'un exempt et d'un cavalier de maréchaussée deux soldats qui avaient été par aux arrêtés, et avoir blessé ledit exempt ; Jean Fourdraine, dit Bon-Coeur, grenadier au régiment de La Fère, a être attaché au carcan et banni pendant trois ans de la généralité de Paris, pour avoir insulté plusieurs personnes de Beauvais et avoir maltraité un particulier pour l' obliger de force à s'engager

1749Arrêt de parlement qui condamne Claude Gervais, dit Bellau, gagne-deniers et soldat aux gardes, à être attaché au carcan au port au Plâtre, ayant écriteaux devant et derrière, portant ces mots, Voleurs de bois dans les chantiers pendant la nuit

1749Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Duguet et Pierre-Louis Berthier à être attachés au carcan sur le port au charbon de la Tournelle, ayant écriteaux devant et derrière, portant ces mots : Gagne-deniers, Voleurs sur le port public

1749Arrêt de parlement qui condamne le nommé Nicolas Tergé, au carcan, au fouet et à la marque et à un bannissement de 3 ans, pour avoir volé et coupé des cordes fermant les trains de bois flotté à bruler, sur le port du quai l'Evêque de cette ville de Paris

1749Déclaration... portant que les condamnations à la peine du pilory et à celle du carcan qui seront prononcées par contumace seront transcrites dans un tableau, et ce tableau attaché dans la place publique... [Enregistrée au Parlement le 11 août 1749.]

2. Hälfte 18. Jh.[...] und nichts Schärferes mit ihr vorzukehren war, mit den Kragen an dem Hals und einer Ruthe in der Hand eine Stund lang neben den Pranger gestellt und hernach in der ganzen Stadt ad terrorem herumgeführt [...] zu ihrer fünften Korrektion auf ein Jahr lang in das Zuchthaus nach Buchloe, worin sie jedoch nur 3/4 Jahre ausharren musste, kondemniert, nach hero aber ao 1763 zu Sh. in Verhaft gebracht und weilen sie bei und um H. über mehr denn 20 Stück Gänse, nicht minder alldort eine Bettzieche und Tischtüchel, dann zu M. ein Kissenziechel, in der Pfarrkirche zu S. aber von dem St. Annaaltar das Altartuch gestohlen, zu H. ihre 6. Korrektion eine halbe Stund lang an den Pranger gestellt, zum halben Schilling mit Ruthen ausgehauen, und nach Abschwörung der Urphed aus dem ....schen Landen auf ewig relegiret, dann zumal sie nicht lang und kaum den 4. Monat hernach das verwiesene ....sche Territotium und sogar den Ort Sh. selbsten wider die abgeschworene Urphed abermalen ohne Scheu betreten und aus der Pfarrkirche daselbst von dem St. Antonsaltar das Altartuch entwendet, da man sie hierüber in der Nacheil ergriffen und festgesetzt, zu ihrer siebenten Korrektion aufs neue 1/2 Stund lang an den Pranger gestellt, zum ganzen Schilling ausgehauen und gebrandmarkt und wiederholter Urphedabschwörung der ....schen Lande wiederum auf ewig verwiesen worden seye, [...] [die Diebin wird später nach weiteren Diebstählen und Vergehen zum Tode mit dem Schwert durch den Scharfrichter verurteilt, S. 250]

1750Arrêt de la cour des aides qui confirme une sentence de l'élection de Paris du 16 décembre 1749, qui déclare Pierre Lamotte, commis à la barrière de Bercy, convaincu de s'être laissé subornés et d' avoir facilité la fraude, le condamne au carcan, à être banni pendant 3 ans et le déclare incapable de posséder aucun emploi

1750Arrest de la cour de parlement, confirmatif de la sentence de Monsieur le lieutenant général de police du Châtelet de Paris, qui condamne le nommé Jean Laumosnier à être attaché au carcan, pour avoir piqueté et bu à des pièces de vin qu'il conduisait d'Orléans à Paris

1750Arrest de... parlement, confirmatif de la sentence de M. le lieutenant général de police... qui condamne le nommé Jean Laumosnier à estre attaché au carcan, pour avoir piqueté et bû à des pièces de vin qu'il conduisoit d'Orléans à Paris...

1750Arrêt de la cour de parlement confirmatif de la sentence de Monsieur le Lieutenant-général de police du Châtelet de Paris qui condamne le nommé Jean Laumosnier à être attaché au Carcan, pour avoir piqueté et bu à des pièces de vins qu'il conduisait d'Orléans à Paris

1750Arrêt de parlement portant condamnation au carcan et à un bannissement de 3 ans, contre Jean Riane Beaumesnil, dit La Fontaine, laquais insolent et violent envers son maitre

1751Arrêt de la cour de parlement qui condamne Nicolas Georges, domestique, à être attaché au carcan pendant trois jours de marché consécutifs, et aux galères, etc., pour avoir maltraité son maître. Du 26 novembre 1751

1751Arrêt de parlement qui condamne Charles Bonnin, domestique au carcan, à être flétri et aux galères, pour avoir été insolent envers sa maitresse

1751Arrêt de parlement qui condamne Claude Goillot, dit Comtois, à être mis et attaché au Carcan, aux galères pour 3 ans et flétri des 3 lettres G.A.L. et ledit Antoine Conard, d'être pareillement attaché au Carcan et banni pour 3 ans, lesdits deux accusés, cochers de place

1751Arrêt de parlement qui condamne Pierre Pizel dit La Pierre, domestique sans condition, au carcan et au bannissement, pour avoir été insolent envers son maitre

1751[Erster Teil, Viertes Kapitel, $ 1] Fleischlich Vermischung zwischen ledigen Leuten, wird folgendermassen gestrafft, und zwar das Erstemal soll die Mannes=Person, wann se unvermoeglich ist, auf 8. oder 14. Tage in dem Springer oder Eisen offentlich vorgestellet, und zur Arbeit hirunter angehalten; die vermoeglich aber, mit gedachten Springer oder Eisen zu Haus gebuesset werden. Die Weibs=Person hingegen wird nebst ebenmaeßiger Geld=Straff, 4. oder 5. Tage in der Geigen zu Haus gebuesset, oder da sie unvermoeglich oder frech ist, in Staedten und Maerkten zur Gassen=Saeuberung, anderer Orthen aber zur offentlichen Arbeit angestrengt. ...

1752Arrêt de parlement qui condamne Charles Regnaud, gagne-deniers et fossoyeur, au Carcan, à la marque et aux galères pour 3 ans, pour avoir spolié les cadavres et en avoir volés les suaires

1752Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Paquet au carcan et au fouet (pour vol) ; fait défenses aux juges de Rodemach et tous autres de prononcer des dépens en matière criminelle, lorsqu'il n'y a point de partie civile, et de condamner les accusés au bannissement hors du royaume, mais seulement de leur ressort

1752Arrêt de parlement qui condamne Romain Covet, garde-moulin, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour 5 ans, pour vol de bois fait nuitamment dans un chantier

1753Arrest du grand Conseil ... condamnant divers, entre autres Français - Joseph Sérot, qui, attaché au carcan, sera affublé de deux écriteaux portant [Ecrivain signant des lettres du nom d'autrui]

1754Arrest de la chambre royale... du Louvre qui condamne J. Chevance et Nic. Tavernier à être attachés au carcan en la principale place du village de Cuisy... ayant écriteaux... portant ces mots : ?Voleurs de bois?, et à un bannissement de trois ans...

1755Arrêt de parlement confirmatif de la sentence du Chatelet qui condamne Francois Normand, domestique dans les Auberges, au fouet, à la marque, au carcan et aux galères ; et Juliette Moisan sa femme pour avoir volé nuitamment des artichauts dans les marais

1755Arrêt de parlement qui condamne Antoine Duvivier, Noël-Philippe Lavoye, Jean Ludet et Guillaume Martin au carcan et au bannissement pour 3 ans, pour avoir tenté à mains armées de se sauver de l'Hôtel-Dieu

1755Arrêt de parlement qui condamne Etienne Felice, Pierre Fortelle, Louis Bruer, François Le Comte, Pierre Roger et Guillaume Fayel au carcan et au bannissement pour avoir violenté, blessé et causé de l'émotion dans l'Hôtel-Dieu

1755Arrêt de parlement qui condamne Louis de Vouzy au Carcan, à la marque et aux galères, Anne Langlois aussi au carcan et ladite Anne Langlois, ensemble Germain Niot, au bannissement pour 3 ans

1755Arrêt de parlement qui condamne Maximilien Lortihois, prisonnier dans la conciergerie du palais, au Carcan et à la marque, au préau de ladite prison et aux galères, pour avoir frappé un guichetier à coups de couteau, pour avoir voulu s'évader

1755Arrêt de parlement qui condamne Pierre Bellé et Jacques Boutet à la marque et à 3 ans de galéres ; et François Boudinet, Georges David, Guillaume Gascoin, François Germond, François et Louis Robin au carcan et aux bannissement, le premier de 5 ans et les autres de 3 ans, pour avoir braconné avec armes et bâtons

1755Jugement souverain rendu en la prévôté de l'Hôtel du roi et grande prévôté de France, qui condamne les nommés Pierre Force et Janvier, graveur en bois et tous deux compagnons cartiers, a être attachés au carcan à des poteaux qui seront plantés à la Croix du Trahoir, ayant écriteaux devant et derrière portant ces mots : Fabricateurs de fausses cartes... Du 13 janvier 1755

1755Jugement souverain rendu en la Prevoté de l'Hotel du Roi qui condamne les nommes Pierre Force et Janvier à être attachés au carcan à des poteaux qui seront plantés à la Croix du Trahoir, ayant écriteaux devant et derriere, portant ces mots ?Fabricateurs de fausses-cartes...?

1755Jugement souverain, rendu en la Prevôté de l'Hôtel... qui condamne les nommés Pierre Force et Janvier, a être attachés au carcan... ayant écriteaux... portant ces mots : Fabricateurs de fausses cartes...

1756Arrêt de parlement qui condamne Felix-Joseph Grignon, dit Duplessis de La Pommeraye, brocanteur, à la marque, au carcan et aux galères, pour avoir trompé plusieurs particuliers

1756Arrêt de parlement qui condamne Françoise Chabanoue au fouet, à la marque, au carcan et à être détenue dans la maison de force de l'Hopital général, pour avoir volé un enfant

1756Arrêt de parlement qui condamne Joseph Papillon, garçon perruquier, au carcan et au bannissement, pour violences et voies de fait envers les syndics et clerc de la communauté des maitres perruquiers

1756Arrêt de parlement qui condamne Lavoye, Bataille, Jean-Alexandre Leoté, et François Lainé, à être attachés au carcan en la principale cour intérieure du chateau de Bicêtre, de midi à 2 heures, pour avoir eu part à l'émotion séditieuse arrivée dans la salle de force dudit lieu

1756Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Charles dit Bourgeois, manouvrier, au carcan, à la marque et aux galères, pour avoir mendié nuitamment et avec insolence

1757Arrêt de la cour du parlement qui condamne différents particuliers aux galères, au bannissement et au carcan... pour avoir composé, imprimé... des vers scandaleux et des ouvrages impies et licencieux...

1757Arrêt de parlement qui condamne Alexandre Pillon au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé deux planches

1757Arrêt de parlement qui condamne André Dulonchamp, cardeur de laine, Philippe Guenebet, Pierre Closse, garçon charron, Michel-Isidore Meunier, garçon boulanger, et Laurent Bourianne au carcan et au bannissement, pour excès violences et voies de fait

1757Arrêt de parlement qui condamne Edme Lheureux au carcan et au bannissement, pour avoir voulu s'évader avec violence ; et Joseph Blin et Edme Gauthier, à assister audit carcan et au bannissement, pour avoir favorisé ladite évasion

1757Arrêt de parlement qui condamne Etienne-Audot Brenot, marchand pelletier, au carcan, à la marque et aux galères, pour crime de bigamie

1757Arrêt de parlement qui condamne Jacques Lebrun, soldat au régiment des gardes françaises, au carcan, à la marque et aux galéres, pour violences et voies de fait

1757Arrêt de parlement qui condamne Jean-Bertrand, porteur pour les blanchisseuses, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour avoir volé du linge

1757Arrêt de parlement qui condamne Jean Dumaine au carcan, à la marque et aux galéres, pour excès, violences et voies de fait

1757Arrêt de parlement qui condamne Jean-Paul Rousseau, garçon cordonnier, au carcan, à la marque et aux galéres, pour avoir volé nuitamment et avec effraction, du poisson dans des boutiques de pêcheurs

1757Arrêt de parlement qui condamne Pierre Laclef, voiturier par terre, au carcan, pour en avoir piqueté du vin et en avoir donné à boire à d'autres

1758Arrêt de parlement qui condamne Anne Lemoine, au carcan, au fouet, à la Marque, et à être détenue dans la Maison-de-Force, pour avoir volé une hotée de linge

1758Arrêt de parlement qui condamne Bonenfant et Decamp, soldats dragons, au carcan et au bannissement, pour avoir racolé par ruse et violence

1758Arrêt de parlement qui condamne Francois et Joseph Baudouin, valets-de-Chambre-perruquiers, au carcan, à la marque et aux galéres, pour avoir usé de violence et même de voies de fait à coups d'épée

1758Arrêt de parlement qui condamne François Legendre au carcan du préau de la conciergerie, au bannissement pour 3 ans et en 3 livres d'amende, pour avoir escroqué de l'argent

1758(Arrêt de parlement qui condamne François Tillier à être attaché au carcan à un poteau, au port Saint Nicolas de midi à 2 heures, ayant écriteau portant ces mots : bachoteur exacteur et violent.)

1758Arrêt de parlement qui condamne Jean Benoiston au carcan, à la marque et aux galères, pour rébellions, violences et voies de fait commises envers la maréchaussée en fonctions

1758Arrêt de parlement qui condamne Jean Dumont, porteur d'eau, au carcan, à la marque, au fouet et au bannissement, pour avoir volé du linge dans l'hôtel-Dieu

1758Arrêt de parlement qui condamne Pierre Duvernois, gagnedenier, au carcan et au bannissement, pour avoir usé de violence envers les gardes des ports

1759Arrêt de parlement qui condamne François Bardoux, journalier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galéres pour avoir volé du bois dans la Campagne

1759Arrêt de parlement qui condamne François Libert, garçon perruquier, au carcan, à la marque et aux galères, pour violences par lui commises à coups d'épée

1759Arrêt de parlement qui condamne François Quinette, égoûtier, au carcan, à la marque et aux galères, pour avoir volé des boulons de fer dans le grand égoût

1759Arrêt de parlement qui condamne les nommés Michel-Simon Sellier, Claude de Varenne et Etienne Gallois, au carcan, à la marque et aux galères pour 9 ans pour violences par eux commises à coups de couteau envers leur garde au chateau de Bicêtre

1759Arrêt de parlement qui condamne Marc Maris, garçon couvreur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé du plomb dans l'Hotel-Dieu

1759Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Ballargeau, Denis Gasnier et Jean Boudignon, dit Grelipy, au carcan, à la marque et aux galères pour avoir volé des laitues nuitamment dans les potagers du parc de Saint Vrain ; fourni les armes pour braconner et ledit Boudignon, également suspect d'avoir tiré un coup de feu sur le garde de ladite terre

1759Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Petit, ci-devant archer, au carcan, à la marque, et au galères, pour avoir prêté son ministère, sous un faux ordre de magistrat, au nommé Ducoudray, dit Deschamps, escroc public

1759Arrêt de parlement qui condamne Pierre-André Morlet, plumet-porteur de charbon, au carcan, au fouet, à la marque, et aux galères, pour avoir volé nuitamment dans un bateau au port des Quatre Nations

1759Arrêt de parlement qui condamne Pierre Fedé, Charles Chicot, Antoine Gastine et Jean Prouvencher, voituriers, au carcan et au bannissement, pour avoir volé du vin nuitamment tant dans leurs auberges que sur les routes

1759Arrêt de parlement qui condamne Pierre Galliez, garçon maçon, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé du plomb

1760eine execution in leichten verbrechen, es sei mit peitschen, an pranger oder in die breche ... stecken

1760Arrest de la cour de parlement, qui condamne Léger Riquet, garde sur les ports, et Anne Jacob sa femme, sçavoir ledit Riquet, au carcan, à la marque et galères, pour avoir tiré du vin des tonneaux de la halle au vin, étant en faction ; et ladite Jacob, au bannissement, pour avoir participé au vol de son mari

1760Arrêt de parlement qui condamne Albert Perrier teinturier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé des oeufs sur le carreau de la halle

1760Arrêt de parlement qui condamne Charles Guérin, dit Chamberry, domestique, au carcan, à la marque et aux galères, pour avoir été insolent et usé de menaces envers son maître

1760Arrêt de parlement qui condamne François Mariot, soldat, au carcan, à la marque et aux galères, pour avoir volé du linge à l'hôtel-Dieu

1760Arrêt de parlement qui condamne François Viennet, dit Genest, et Charles Manillier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé des bijoux dans les spectacles publics

1760Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste-Hypolite de Gerondelle de Lingendes au carcan et au bannissement de 9 ans, pour spoliation de direction

1760Arrêt de parlement qui condamne Joseph Dourdan, domestique sans condition, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement, pour avoir volé des mouchoirs dans les spectacles

1760Arrêt de parlement qui condamne Marie-Anne Denise, dite Lemire, au carcan, au fouet et à la marque, pour avoir volé des chemises dans l'hôtel-Dieu

1760Arrêt de parlement qui condamne Michel-Bousse, laboureur et Jeanne-Claude Mainbré sa femme, au carcan et au bannissement, pour avoir fait rébellion contre la maréchaussée en fonctions

1760Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Mutel, blanchisseur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé dans des troncs d'église

1760Arrêt de parlement qui condamne Pierre Prudhomme au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé un mouchoir et un livre dans l'église de Notre-Dame

1760Jugement rendu par le lieutenant général de police qui condamne Emmanuel-Jean de La Coste au carcan pendant trois jours et au Galères à perpetuité ; Louis Vanquetin à assister à l'exécution et aux galères pour 9 ans

1761Arrêt de parlement confirmatif de sentence rendue au bureau de la ville, qui condamne Etienne Tirant, compagnon tonnelier, à être attaché à un carcan, à la porte Saint Bernard, pour avoir volé des futailles sur le port

1761Arrêt de parlement qui condamne Camille Saint Paul, au carcan, à la marque et aux galères pour avoir été escroc, se disant exempt du guet, en se servant de faux ordres du roi

1761Arrêt de parlement qui condamne Catherine Henry, revendeuse, au carcan pendant 3 jours consécutifs, dans la principale cour de la Salpêtrière et à être enfermée dans ladite maison pendant 9 ans pour avoir frappé à coups de couteau une autre fille

1761Arrêt de parlement qui condamne Charles Prothin, bailli du comté de Brandeville, notaire et procureur de la prévôté de Sivry-sur-Meuse et Nicolas-Eloy Thévenin, cordonnier à la Charité sur Loire, contumax, au carcan en place de grève à être marqué des lettres GAL. et aux galères, pour impostures et calomnies

1761Arrêt de parlement qui condamne Christophe Chavin, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement, pour avoir volé un mouchoir à la Grève, pendant le temps d'une exécution

1761Arrêt de parlement qui condamne Constantin Varska, marchand forain, au carcan et au bannissement, pour avoir été escroc dans le tirage d'une loterie non autorisée

1761Arrêt de parlement qui condamne Jacques Catel, manoeuvre à maçon, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé du linge sur un étendoir de blanchisseuses

1761Arrêt de parlement qui condamne Jacques-Nicolas Jouin de Sauseuil, généalogiste, au carcan et au bannissement, pour différentes escroqueries

1761Arrêt de parlement qui condamne Jean-Charles-Frédéric Mayer, ci-devant capitaine dans les hussards de Prusse, au carcan et au bannissement pour avoir escroqué les marchands

1761Arrêt de parlement qui condamne Jean-Francois Carme, Compagnon sculpteur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour avoir volé un mouchoir dans l'église de Notre-Dame

1761Arrêt de parlement qui condamne Jean Goby, apprentif cordonnier, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement, pour avoir volé pendant une exécution, un thermomètre et quelques deniers comptants

1761Arrêt de parlement qui condamne Jean-Martin, fruitier, au carcan au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé des mouchoirs dans l'église des Capucins

1761Arrêt de parlement qui condamne Jeanne-Elisabeth Goullard, veuve de Jacques-François Sardine, fruitier-oranger, au carcan et au bannissement pour 3 ans, pour avoir ameuté la populace et tenu des propos séditieux

1761Arrêt de parlement qui condamne Jean-Pierre Trinquelaire père, travaillant en journée, Marie-Anne Feuillebarbe sa femme, revendeuse, François-Jean Planchenot, étudiant en chirurgie, Anne Hervelue fille, ouvrière en linge, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour avoir supposé des noms chimériques de noblesse

1761Arrêt de parlement qui condamne Jean Radou, dit Rambouillet, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement, pour avoir volé une valise à la douane

1761Arrêt de parlement qui condamne Jean Sellier, brocanteur, au carcan, à la marque et aux galères pour avoir volé de l'argenterie dans les cabarets

1761Arrêt de parlement qui condamne Louis-Léopold-Casimir-César de Barbins, ci-devant décrotteur, marmiton, laveur de vaiselle, garçon de cuisine, soldat, et actuellement sans état, au carcan, à la marque et aux galères, pour avoir été escroc et imposteur insigne

1761Arrêt de parlement qui condamne Louis Trouillard, manouvrier et Jean Trouillard, son fils, au carcan, à la marque et aux galères, pour supposition de personnes

1761Arrêt de parlement qui condamne Marcellin-Christophe Dupuy de Chabannes, sans état, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement, pour avoir volé des boucles d'argent chez différents orfèvres

1761Arrêt de parlement qui condamne Marie-Anne Antoine, fille ouvrière en modes, au carcan, au fouet, à la marque, et à être détenue dans la maison de force de la Salpêtrière pendant 3 ans, pour avoir volé du linge à l'hôpital de Sainte Catherine

1761Arrêt de parlement qui condamne Marie-Geneviève Bled, veuve Jacques Godeau, domestique, au carcan, au fouet, à la marque et à être détenue dans la maison de force de la Salpêtrière, pour avoir volé une chemise dans la dite maison

1761Arrêt de parlement qui condamne Mathieu Mabille, sans état, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé des oeufs sur le carreau du marché de l'Apport-Paris

1761Arrêt de parlement qui condamne Nicole Jobier, fille travaillant pour les chapeliers et Marguerite Ancelin, ouvrière en bonnets d'enfants, au carcan, au fouet, à la marque et à la maison de force de la Salpêtrière, pour avoir volé des fruits dans la Campagne

1761Arrêt de parlement qui condamne Pierre Florant, garçon tailleur, au carcan, à la marque et aux galères, pour avoir frappé à coups de couteau un garçon de cabaret aux Porcherons

1761Arrêt de parlement qui condamne Pierre Lefevre, gagne-denier au carcan pendant 3 jours de marché consécutifs, à la marque et aux galères, pour avoir été exacteur, concussionnaire et violent

1761Arrêt de parlement qui condamne Simon-Raymond Dumaine, se disant écuyer, ancien officier, lieutenant dans les chasses du roi, au carcan pendant 3 jours consécutifs, à la marque et aux galères, pour avoir falsifié une lettre de change

1761Arrêt de parlement qui condamne Thomas Duval, voiturier, au carcan, au fouet à la marque et aux galères, pour avoir volé du linge à l'hotel-Dieu

1761Jugement souverain des Requêtes ordinaires de l'Hotel du Roi qui condamne Henri Francois de la Solle a être mis au carcan marqué des trois lettres G. A. L. et aux galères pendant 3 ans pour crime de faux

1762pranger ... ist derjenige erhabene ort, wo die missethaeter zur oeffentlichen schau ausgestellet, und an ein halßeisen angeschlossen werden

1762die stellung an dem pranger ist eine beschimpfungsstrafe, welche ehedem mehrentheils mit einer leibesstrafe verknuepft war

1762Arrêt de la cour de parlement, chambre de la Tournelle, qui condamne Cerf Lévy au carcan, à être battu, fustigé et au bannissement, pour avoir caché dans la maison du nommé Jolivaldt des peaux dont il avait enlevé la marque de la régie des cuirs... Du 1er décembre 1762

1762Arrêt de parlement qui condamne Cerf Lévy au carcan, a être fustigé et au bannissement, pour avoir caché dans la maison du nommé Jolivaldt des peaux dont il avait enlevé la marque de la régie des cuirs, et avoir de suite averti les employés de ladite régie pour en faire la reprise

1762Arrêt de parlement qui condamne Antoine Colinet, cidevant cuisinier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé un canard

1762Arrêt de parlement qui condamne Charles Debout dit Picard, domestique, au carcan et au bannissement, pour avoir usé d'insolence envers ses maître et maitresse, et avoir voulu lever la main pour doner un soufflet à sa maitresse

1762Arrêt de parlement qui condamne Charles Picot, voiturier, à être attaché au carcan et au bannissement pendant 3 ans, pour insolences, violences et voies de fait envers la maréchaussée en fonctions

1762Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Pellerin, dit Villeneuve, ci-devant commis, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir, sous fausses lettres et faux ordres, escroqué plusieurs marchandises

1762Arrêt de parlement qui condamne Louise Le Petteur au carcan, au fouet, à la marque, et à être détenue dans la maison de force de la Salpêtrière, pour avoir volé des mouchoirs dans une église

1762Arrêt de parlement qui condamne Louis Malsot, à être attaché au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour avoir volé du bois de la coupe des Champs-Elysées

1762Arrêt de parlement qui condamne Marguerite Maignan, domestique, à être attachée au carcan pendant 3 jours consécutifs et détenue dans la maison de la Salpêtrière pendant 3 ans, pour insolences, excès et voies de fait envers les maitre et maitresses

1762Arrêt de parlement qui condamne Marie Collet, fille domestique au carcan, au fouet, à la marque et à être détenue dans la maison de force de l'hopital général de la Salpêtrière, pour avoir volé des artichaux dans un marais

1762Arrêt de parlement qui condamne Marie Maillot marchande de beurre et d'oeufs, au carcan, au fouet, à la marque, et à être détenue dans la maison de force de l'hopital général de la Salpêtrière, pour avoir volé du linge, sur les étendoirs des blanchisseuses

1762Arrêt de parlement qui condamne Marie-Marguerite Langlois, femme de Maurice Lotz, soldat, au carcan, au fouet, à la marque et à être détenue l'espace de 9 ans dans la maison de force de l'hopital général de la Salpêtrière, pour avoir dépouillé des enfants

1762Arrêt de parlement qui condamne Michel Bouillon, maneuvre à maçon, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour avoir volé du plomb

1762Arrêt de parlement qui condamne Pierre Hubert, domestique, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, comme faussaire et escroc de livres

1762Arrêt de parlement qui condamne Pierre Valetot, gagne-denier sur les ports, au carcan, au fouet, à la marque, et aux galères, pour avoir volé des planches dans un chantier

1762Arrêt de parlement qui condamne René-Victor Degouenne du Harda, écuyer, au carcan, à la marque et aux galères, comme fourbe et faussaire et Pierre-Antoine Le moine, sans profession, au carcan et au bannissement comme escroc

1762Jugement présidial et en dernier ressort, rendu par délibération de conseil, en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Pierre Bonjour, greffier des affirmations et présentations du parlement de Besançon, au carcan en la place de Grève, à être marqué des lettres GAL. sur l'épaule droite, ensuite conduit ès-galères du Roi pour neuf ans, pour, étant repris de justice, différentes manoeuvres et escroqueries par lui commises à Paris

1763Arrêt de parlement qui condamne Armand Le Roux, Cocher de place, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans, pour avoir volé deux chemises et un tablier sur des étendoirs de blanchisseuses

1763Arrêt de parlement qui condamne Claude-François Damour, dit François, courtier de chevaux, au carcan et au bannissement pour 3 ans pour avoir escroqué des chevaux

1763Arrêt de parlement qui condamne François Bardin et Pierre-Edme Capelle, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé des marchandises pendant l'incendie de la foire Saint-Germain

1763Arrêt de parlement qui condamne François Guyon, carabinier dans le régiment royal de Pologne ; Pierre Verrey, dit Dijon, soldat dans le régiment Royal-Marine, et Blaise Roblot, boulanger, au carcan, à la marque et aux galères, pour violences, insolences, tapage et voies de fait dans le coche d'Auxerre

1763Arrêt de parlement qui condamne François Guyou, carabinier dans le régiment royal de Pologne ; Pierre Verrey, dit Dijon, soldat dans le régiment royal Marine, et Blaise Roblot, boulanger, au carcan, à la marque et aux galères, pour violences, insolences, tapage et voies de fait dans le coche d'Auxerre

1763Arrêt de parlement qui condamne François Lefevre, garçon jardinier, au carcan, à la marque et aux galères, pour 5 ans, pour avoir volé des fruits et des légumes dans un jardin

1763Arrêt de parlement qui condamne François Villedieu, marchand forain, au carcan, et au bannissement pour 3 ans, pour avoir escroqué au feu une bourse de quarante louis d'or

1763Arrêt de parlement qui condamne Jacques Pepin, journalier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir fait différents vols dans des hotelleries de Campagne

1763Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Coste, dit Coste, ci-devant dragon, et Charles-Alexandre Clopin, domestique sans condition au carcan pendant 3 jours consécutifs, à la marque et aux galères pour 9 ans, pour avoir été insolents et violents envers des dames sur le grand chemin

1763Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Quidet dit Saint-Jean, domestique, à être attaché au carcan pendant 3 jours consécutifs, à la marque et aux galères, pour avoir tiré une épée et avoir menacé d'en maltraiter un particulier

1763Arrêt de parlement qui condamne Jean-François Feradiny de Pistois, au carcan, à la marque et aux galères, pour avoir formé le complot de voler un prétendu trésor dans la Grand'Chartreuse, près Grenoble

1763Arrêt de parlement qui condamne Jean-Louis Gillet, cocher de place, au carcan et au bannissement pour 3 ans, pour avoir retenu indûment une tabatière d'écaille à gorge d'or, qu'on avait laissée par oubli dans son carrosse, et l'avoir, quoique réclamée, vendue à son profit

1763Arrêt de parlement qui condamne Jean Maubert, marchand de peaux de lapin, et Pierre Bouquetot, journalier, au carcan, au fouet, à la marque, et aux galères pour 3 ans, pour avoir vendu à leur profit deux chevaux volés dans la campagne

1763Arrêt de parlement qui condamne Jean Varlet, soldat, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé un drap sur un étendoir de blanchisseuse

1763Arrêt de parlement qui condamne Louis-François Clemencel, compagnon chapelier, au carcan, au fouet à la marque et aux galères pour 3 ans, pour avoir volé 3 paires de bas et une chemise sur des étendoirs de blanchisseuses

1763Arrêt de parlement qui condamne Louis Gabriel, au carcan avec deux quenouilles, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour bigamie et faux

1763Arrêt de parlement qui condamne Marie-Anne Thiboust, fille, faiseuse de boutons, au carcan, au fouet, à la marque, et à être détenue dans la maison de force de l'hopital général de la Salpêtrière, pour avoir volé une chemise à l'Hotel-Dieu

1763Arrêt de parlement qui condamne Marie Régnier, femme de Francois Pourcelet, au carcan, au fouet, à la marque et à être renfermée dans la maison de force de l'hopital de la Salpêtrière pendant 3 ans pour avoir volé du linge dans un étendoir de blanchisseuse...

1763Arrêt de parlement qui condamne Mathurin Laigniel dit Daniel, compagnon couvreur et soldat, au carcan, au fouet à la marque, et aux galères pour 5 ans, pour avoir volé deux goutières de plomb, sur une maison de la rue du Marché Pallu

1763Arrêt de parlement qui condamne Modeste Godema, compagnon orfèvre, au carcan pendant 3 jours consécutifs, au fouet, à la marque et aux galères pendant 9 ans, pour avoir volé des tabatières et des mouchoirs

1764Arrêt de la chambre (des comptes de Paris) qui condamne au carcan Jean Rometal pour avoir proféré paroles injurieuses contre l'autorité du roi, et été trouvé jouant à des jeux illicites sur le grand degré. Du vingt-cinq octobre 1564

1764?Arrêt de la chambre des comptes condamne au carcan Jean Rometal, pour avoir été trouvé jouant à des jeux illicites sur le grand degré

1764Arrêt de parlement qui condamne André Bossieux, Compagnon chapelier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé des mouchoirs dans l'enclos de la foire Saint-Germain

1764Arrêt de parlement qui condamne Antoine Santis, pilotain, au carcan pendant 6 jours consécutifs, au fouet, préalablement marqué des lettres GAL. et aux galères pour 9 ans, pour avoir volé des habits chez les marchands

1764Arrêt de parlement qui condamne Claude Magot, manoeuvre, au carcan, au fouet, à la marque, et au bannissement pour 5 ans, pour avoir volé des mouchoirs pendant le temps d'une exécution

1764Arrêt de parlement qui condamne Elisabeth Oudin, au carcan, au fouet à la marque, et à être détenue et renfermée pendant 3 ans, dans la maison de force de l'hopital général de la Salpêtrière, pour avoir volé des artichaux dans un marais

1764Arrêt de parlement qui condamne Emmanuel Cuvier, dit Saint Vigor, compagnons passementier, au carcan, au fouet, à la marque, et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé des mouchoirs dans l'église des Capucines

1764Arrêt de parlement qui condamne Etienne-François Saillard, compagnon couvreur, et Nicolas Mauger, manoeuvre à couvreur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pendant 3 ans, pour avoir volé du plomb

1764Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Colin, marchand de toile, au carcan, à la marque et aux galères pour 5 ans, pour avoir déclaré faussement avoir été assassiné en se maltraitant lui-même

1764Arrêt de parlement qui condamne Jean Gilbert, dit Varennes, garçon maréchal, Jean Device, compagnon couvreur, et Edme Device, compagnon charpentier au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 9 ans, pour avoir volé des volailles dans différentes bassecours du village de Claye

1764Arrêt de parlement qui condamne Jean Mahuet, compagnon tonnelier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé dans l'Hôtel-Dieu un couperet et un martinet

1764Arrêt de parlement qui condamne Jean Montet, porteur d'eau, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans, pour avoir volé une tabatière de carton, dans une boutique de la foire Saint-Germain

1764Arrêt de parlement qui condamne Joseph-Claude Lobnitz, baron du Maine, Capitaine réformé, à la suite du régiment de Bucklay, Irlandais, au carcan pendant 3 jours consécutifs, et au bannissement pour 9 ans, pour s'être induement décoré de la Croix de Saint Louis, et avoir, comme escroc, enlevé des bijoux et vaisselles, d'argent à différents orfèvres

1764Arrêt de parlement qui condamne Marie-Anne Lavigne, laveuse à la Salpêtrière, au carcan, au fouet, à la marque, et à être détenue dans la maison de force, pendant 3 ans, pour avoir volé des taies d'oreiller et un tablier dans le bateau dudit hopital

1764Arrêt de parlement qui condamne Toussaint Pierrard, batelier, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 5 ans, pour avoir volé des mouchoirs, pendant le temps d'une exécution

1765Arrêt de parlement qui condamne André Dolbé, travaillant au bois flotté, au carcan pendant 3 jours, au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans, pour avoir été trouvé saisi de plomb volé

1765Arrêt de parlement qui condamne Anne Batin, domestique sans condition, au carcan, au fouet, à la marque et à être renfermée dans la maison de force de l'hopital général de la Salpêtrière, pour 3 ans, pour avoir volé une chemise dans l'Hotel-Dieu

1765Arrêt de parlement qui condamne Antoine Naumann, garçon perruquier, au carcan, à la marque et aux galères pour cinq ans, pour escroquerie et crime de faux

1765Arrêt de parlement qui condamne Catherine Lepineux, au carcan, au fouet, à la marque et à être détenue pendant 3 ans, pour avoir volé nuitamment des mouchoirs, sur le rempart, à différentes personnes qui regardaient les parades

1765Arrêt de parlement qui condamne Charlotte Fouquelin, au carcan, au fouet, à la marque, et à être détenue dans la maison de force de la Salpêtrière pendant 3 ans, pour avoir volé 2 oies sur le carreau de la Vallée

1765Arrêt de parlement qui condamne François Labricq ouvrier carrier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans, pour avoir volé un drap à l'Hotel-Dieu

1765Arrêt de parlement qui condamne Jacques Guersain de Chambuis et Jean Bouist, au carcan dans la cour des Consuls, à la marque et aux galères pour 3 ans, pour crime de faux et supposition de personnes

1765Arrêt de parlement qui condamne Jean François Morin, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans pour avoir volé des draps à l'hôtel-Dieu

1765Arrêt de parlement qui condamne Louis Garo et Georges Bonnet, cavaliers de maréchaussée, en la généralité d'Orléans, résidence de Thoury, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir escroqué et partagé ensemble des deniers appartenant à des prisonniers qu'ils conduisaient dans les prisons

1765Arrêt de parlement qui condamne Marguerite Bresne, écosseuse de pois, au carcan, au fouet, à la marque, et à être détenue pendant 3 ans, dans la maison de force de la Salpêtrière, pour avoir volé sur le carreau de la halle, un oeillet et 14 paniers de framboises

1765Arrêt de parlement qui condamne Marguerite Roubault, veuve Guerault, revendeuse, et Marie-Jeanne Legault dite Janneton, au carcan, au fouet, à la marque, pour avoir volé des légumes dans la Campagne du côté de Belleville

1765Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Alexis Dubois, apprenti-chapelier, au carcan, au fouet, à la Marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé des fruits à la halle

1765Arrêt de parlement qui condamne Pierre Bontems. Claude Girard, dit Lyonnais, et François Neveu au carcan, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir filouté de l'argent au jeu

1765Arrêt de parlement qui condamne Pierre Desgrennes, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé des robinets de Potain

1765Arrêt de parlement qui condamne Pierre Huette, bourgeois de Paris, au carcan et au bannissement pour 5 ans, en qualité d'usurier public

1765Arrêt de parlement qui condamne Pierre Parthois, François Noel et Jean Girard, maitre cordonnier, au carcan depuis 10 heures jusqu'à midi pendant 3 jours, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour suppositions de personnes

1765Arrêt de parlement qui condamne Pierre Prendpain, dit Lapierre, soldat, et Jean Ragon, garçon Meunier et soldat, au carcan, au fouet, et à la marque et aux galères pour 5 ans ; et Marie-Madeleine Boivin, fille marchande de volaille au bannissement pour 5 ans ; les premiers pour avoir volé des oies et la fille pour les leur avoir sciemment achetés

1766Arrêt de la cour du parlement qui condamne Pierre Recullé des Baratières, ci-devant notaire au Châtelet de Melun, au carcan pendant trois jours consécutifs, ayant écriteaux devant et derrière portant ces mots : Domestique escroc, séducteur, scandaleux... Du 8 octobre 1766

1766Arrêt de parlement qui condamne catherine Woutière, cuisinière sans condition, au carcan, au fouet, à la marque, et à être renfermée dans la maison de force de la Salpêtrière pour avoir volé un drap

1766Arrêt de parlement qui condamne François Barré, domestique sans condition, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé 6 mouchoirs sur un étendoir de blanchisseur

1766Arrêt de parlement qui condamne François Bidenne, prisonnier à la conciergerie, au carcan sur le préau de ladite prison, pour avoir formé une émeute, et avoir le couteau à la main, violenté et frappé un guichetier

1766Arrêt de parlement qui condamne François-Charles Liguier, praticien, et ci-devant employé aux lettres de regrat, au carcan, et au bannissement pendant 9 ans, pour avoir, s'annonçant comme encore employé, essayé d'extorquer différentes sommes, des pauvres régratiers et regrattères

1766Arrêt de parlement qui condamne Françoise Fontaine, femme de Jean Gaudin, maçon, au carcan, au fouet, à la marque, et à être bannie à perpétuité, pour avoir, par filouterie et autrement, tiré des marchandises de différents particuliers

1766Arrêt de parlement qui condamne François-René Chauguette, gagne-denier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé à l'hopital des gardes-françaises, 2 chemises et 4 mouchoirs

1766Arrêt de parlement qui condamne Jean-Joseph Sibour, dit Lafleur, gagne-denier sur les ports, et Pierre Gauthier, dit Lyonnais, compagnon corroyeur, au carcan, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé trois planches de sapin, dans un bateau chargé de bouteilles

1766Arrêt de parlement qui condamne Jean Monginot, compagnon savetier, au carcan, au fouet, à la marque, et aux galères pendant 9 ans, pour avoir volé une valise, qu'il avait détachée de derrière une voiture, sur le grand chemin de la Villette à Paris

1766Arrêt de parlement qui condamne Jeanne-Cecile Guillaume, fille fileuse de laine, au carcan, au fouet, à la marque et à être renfermée dans la maison de force de l'hopital général de la Salpêtrière, pendant 3 ans, pour avoir volé un mouchoir dans l'église de Sainte Geneviève, pendant le temps que la châsse était descendue

1766Arrêt de parlement qui condamne Jean-Pierre Gosselin, compagnon menuisier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé sept mesures d'étain dans l'hôtel royal des Invalides

1766Arrêt de parlement qui condamne Joseph Basfoy, domestique sans condition, au carcan, au fouet à la marque, et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé des mouchoirs dans les églises de Saint Roch et des Capucines

1766Arrêt de parlement qui condamne Louis Cerclé, charretier sur les ports, au carcan, à la marque et aux galères pendant trois ans, pour avoir volé une voie de bois à bruler, et l'avoir vendue à Pierre Lacroix, compagnon maçon, et ci-devant scieur de bois

1766Arrêt de parlement qui condamne Marie-Madeleine Mesnager, au carcan pendant 3 jours, au fouet, à la marque et à être détenue à l'hopital pendant 3 ans et Jean-Pierre Dardre, au fouet sous la custode, pour avoir volé au commencement de la récolte dernière des blés dans les champs aux gerbes et aux javelles

1766Arrêt de parlement qui condamne Marie Nicolas, femme de Georges Petit, au carcan ; Marie Badin et Anne Bonnet à assister à l'exécution de ladite Marie Nicolas, pour avoir causé une émotion populaire, à l'occasion de l'exportation d'une voiture de blé

1766Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Hussenot, ci-devant cavalier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 9 ans, pour avoir favorisé la désertion dans les troupes du roi

1766Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Jurey, garçon boucher, au carcan, au fouet, à la marque, et aux galères pour 3 ans, pour avoir volé un mouchoir, pendant le temps d'une exécution

1766Arrêt de parlement qui condamne Pierre Durand, garçon marchand de vin, à faire amende-honorable, au carcan, fouet, à la marque et aux galéres à perpétuité, pour avoir menacé par écrits de mettre tout à feu et à sang, si on ne lui déposait une somme considérable d'argent dans le lieu par lui indiqué

1766Arrêt de parlement qui condamne Pierre Reculle Des Baratières, ci-devant notaire au Chatelet de Melun, au carcan pendant 3 jours consécutifs, ayant écriteaux devant et derrière, au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité

1766Arrêt de parlement qui condamne Pierre Supote, garçon taffetatier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans, pour avoir volé un tablier à l'Hotel-Dieu

1766Arrêt... du parlement, qui condamne Jacques Grapotte... Joseph Deligne,... au carcan... et aux galères pendant neuf ans... pour avoir maltraité à coups d'épée un soldat...

1767kaakhore, eine schandhure, die den pranger verdienet

1767Arrest de la cour de parlement, qui condamne Damaze de Calmart Dumont de Montjolly, au carcan... au fouet, à la marque et aux galères... pour... ses escroqueries

1767Arrêt de parlement qui condamne Catherine-Florence Grangé, fruitière, au carcan ; au fouet, à la marque et à l'hopital pendant 5 ans, pour avoir volé dans l'Hotel-Dieu

1767Arrêt de parlement qui condamne Charles Fayet, au carcan, au fouet, à la marque, et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir volé des asperges dans les clos

1767Arrêt de parlement qui condamne Claude-François Dubois, gagne-deniers, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans, pour avoir volé des melons nuitamment dans un marais

1767Arrêt de parlement qui condamne Damaze de Calmart, Dumont de Montjolly, écuyer, au carcan pendant 3 jours consécutifs, au fouet, à la marque et aux galères pendant 9 ans, pour avoir affronté et ruiné plusieurs particuliers par ses escroqueries...

1767Arrêt de parlement qui condamne Françoise Caffin, commissionnaire, au carcan, au fouet, à la marque et à l'hôpital pendant 3 ans, pour avoir volé deux tabliers dans l'Hôtel-Dieu

1767Arrêt de parlement qui condamne François Michel, vendeur de fruits, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé l'esse et la rondelle d'une charrette qui était sur le carreau de la halle

1767Arrêt de parlement qui condamne Gaspard Baucheron, voiturier par terre, au carcan, et au bannissement pour 9 ans, pour avoir escroqué de l'argent à plusieurs particuliers, sous prétexte d'aller retirer aux barrières leurs denrées et marchandises

1767Arrêt de parlement qui condamne Grégoire Cottemartin, journalier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour vols à différents particuliers, dans le chateau de Bicêtre

1767Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Jeannot, domestique, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 9 ans, pour avoir volé du linge sur les étendoirs de blanchisseuses, près Neuilly

1767Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Le Rouget, garçon d'écurie, au carcan, au fouet, à la marque, et au bannissement pendant 9 ans pour avoir volé des chevaux et équipages à différents marchands de chevaux

1767Arrêt de parlement qui condamne Jean-Etienne Besson, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé, à la sortie de la comédie, une tabatière d'écaille à gorge d'or

1767Arrêt de parlement qui condamne Jean-Joseph Viart, cuisinier sans condition, au carcan, au fouet, à la marque, et au bannissement pendant 9 ans, pour avoir volé des boucles d'argent à des enfants à des enfants dans des allées

1767Arrêt de parlement qui condamne Jeanne Le Roy, couturière, au carcan, à la marque et à être détenue pendant 9 ans, pour avoir à l'aide d'un faux extrait mortuaire de son mari, contracté un second mariage ; et Jacques -Henri Le Texier à la marque et aux galères à perpétuité pour avoir fabriqué ledit faux extrait mortuaire

1767Arrêt de parlement qui condamne Joseph Masnier, domestique, au carcan, à la marque, et aux galères pendant 5 ans, pour avoir été insolent et violent envers ses maitres et maitresse

1767Arrêt de parlement qui condamne Marie Barbier, sans profession, au carcan, au fouet, à la marque et à la maison de force, pour avoir volé des légumes dans la campagne, près La Villette

1767Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Leblanc, commissionnaire, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 5 ans, pour avoir volé une tabatière de fer blanc

1767Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Jean Mary, marinier, au carcan, à la marque, et aux galères pendant 3 ans, pour avoir cherché à séduire une jeune fille orpheline, agée de 12 à 13 ans, en attentant à sa pudicité

1767Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Joseph Gosselin, gagne-denier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé des ferrures et autres ferrailles, dans les nouveaux bâtiments de l'hotel de Soissons

1767Jugement rendu par Monsieur de Sartine, lieutenant général de police, et messieurs les conseillers du Roi au Chatelet ... qui condamne le nommé Gabriel Colleta à être attaché au carcan en la place de Grève, flétri des lettres G A L. sur l'épaule droite et aux galères pendant neuf ans, pour avoir fabriqué de faux chiffres dans un billet de société de la loterie de l'école royale militaire

1767Arrêt de parlement qui condamne Véronique Barbier, fille chiffonnière, au carcan, au fouet, à la marque et à être détenue dans la maison de force de la Salpêtrière pendant 3 ans, pour avoir volé des légumes sur le territoire de Belleville

1768Arrêt de la cour de parlement (du 24 septembre 1768), qui condamne Jean-Baptiste Josserand, garçon épicier, Jean Lécuyer, brocanteur, et Marie Suisse, femme dudit Lécuyer, au carcan pendant trois jours consécutifs, condamne en outre ledit Josserand à la marque et aux galères pendant neuf ans, ledit Lécuyer aussi à la marque et aux galères pendant cinq ans, et ladite Marie Suisse à être renfermée pendant cinq ans dans la maison de force de l'hôpital général, pour avoir vendu des livres contraires aux bonnes moeurs et à la religion

1768Arrests de la cour des aides des 15 juin et 13 juillet 1768 dont le premier condamne le nommé Louis Claveau, journalier, appelé à l'emplacement des sels au grenier de Bouloire, en qualité et aux gages de travailleur, à être attaché au carcan pendant deux heures, un jour de marché, dans la place publique de ladite ville de Bouloire ; à être ensuite flétri d'un fer chaud avec l'empreinte des lettres G.A.L. et à servir le Roi pendant neuf ans sur les galéres, pour vol de sel, sédition et violence par lui commis à l'emplacement dudit grenier. Et dont le second permet au fermier de faire imprimer le premier et de le faire publier et afficher en ladite ville de Bouloire et partout où bon lui semblera dans l'étendue de la direction du Mans

1768Arrêt de la cour des Aides (des 15 Juin et 13 juillet 1768) dont le premier condamne Louis Claveau au carcan, à être flétri d'un fer chaud et à servir le roi pendant 9 ans sur les galères pour vol de sel, sédition et violence et dont le second permet au fermier de faire imprimer le premier

1768Arrêt de la cour des aides qui condamne Louis Claveau à être attaché au carcan pendant 2 heures, un jour de marché, dans la place publique de la ville de Bouloire ; à être ensuite flétri d'un fer à cheval avec l'empreinte des lettres G.A.L. et à servir 9 ans sur les galères, pour vol de sel, sédition et violence

1768Arrêt de parlement qui condamne Anne Gallien, femme de Nicolas Boigne, tailleur d'habits et autres femmes, au nombre de 9, au carcan dans la place publique de Troyes, pour avoir occasionné une sédition, en arrêtant des voitures de grains

1768Arrêt de parlement qui condamne Antoine Carpe, commerçant en vins ; Gorgonne Chaisneaux ; fille sans état ; Thérèse Assy, femme de Teissier, Anne Guesne, femme d'Antoine Gaye et Marguerite Annodon, veuve de Letellier, tous cinq au carcan, aux galères ou à la maison de force pendant 5 ans, pour avoir volé un nombre considérable de bijoux et effets

1768Arrêt de parlement qui condamne Antoine Chaperon, dessinateur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité ; et Jean Consisou, dit Pharisien, apprentif horloger, au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité, pour avoir conjointement avec Chaperon, fait un vol avec une fausse clef et quantité d'autres vols

1768Arrêt de parlement qui condamne Charles de Caudin, sous-brigadier de maréchaussée, Eustache Daune, ci-devant brigadier de maréchaussée et le nommé Robinot, ci-devant garde-chasse, à être attachés au carcan et aux galères pour prévarications, concussions, malversations et mauvais traitements envers des habitants

1768Arrêt de parlement qui condamne Charles-Gabriel Corasse, garde des bateaux pour les marchands de bois, et Jean-Baptiste Thibault, marinier, au carcan pendant 3 jours consécutifs, pour avoir volé du bois neuf nuitamment sur la rivière

1768Arrêt de parlement qui condamne Christian Hessé, garçon tailleur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé un paquet de linge sur des étendoirs de blanchisseuses

1768Arrêt de parlement qui condamne Claude-Etienne Vaquette, garçon jardinier, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 5 ans pour avoir volé des fleurs dans un jardin

1768Arrêt de parlement qui condamne Françoise Roberge au carcan, au fouet, à la marque, et à être renfermée dans la maison de force de l'hopital de la Salpêtrière pendant 3 ans, pour avoir volé du linge sur l'étendoir d'une blanchisseuse

1768Arrêt de parlement qui condamne François Lagogney, cocher de place, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir volé un mouchoir sur les remparts, à la parade d'un joueur de gobelets

1768Arrêt de parlement qui condamne Henri Trimolet, au carcan, et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir tendu un collet de fil de laiton jaune, sur une pièce de terre en jachères

1768Arrêt de parlement qui condamne Jacques Bru, dit Fricasse, brassier et jardinier, en la ville d'Agen et Guillaume Bru, dit Fricasse, métayer de Mamonnet du Mons, au carcan et en 10 livres d'amende envers le roi, pour tapage en foire et rébellion envers la maréchaussée en fonctions

1768Arrêt de parlement qui condamne Jacques Evreux, maçon, menuisier, carreleur et gratteur de poêles, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 9 ans, pour avoir volé dans différentes maisons

1768Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Balossier, huissier à Verge au chatelet de Paris, au carcan, à la marque, et aux galères pendant 3 ans, pour avoir commis des indécences envers une fille de 6 ans, qui en a même été blessée

1768Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Josserand, garçon épicier ; Jean Lécuyer, brocanteur et Marie Suisse, sa femme, au carcan ; Josserand et Lécuyer, à la marque et aux galères et Marie Suisse à être renfermée pendant 5 ans, pour avoir vendu des livres contraires aux bonnes moeurs

1768Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Tachard, compagnon boulanger, et Pierre Grizel, compagnon argenteur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 9 ans, pour avoir volé du linge sur des étendoirs de blanchisseuses

1768Arrêt de parlement qui condamne Jean Daniel le jeune, dit Vergiraud, laboureur, au village des Bourdignons, paroisse de Neuféglise, district de Montaigu, au département de Riom, au carcan, pour avoir fait rebellion contre la maréchaussée en fonctions

1768Arrêt de parlement qui condamne Jean-Louis Leblanc, frotteur au carcan, à la marque, et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé dans une maison ou il frottait au mois, 2 paires de manchettes

1768Arrêt de parlement qui condamne Jean-Marie Finet, fumiste, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 5 ans, pour avoir volé nuitamment, des fantons de cheminée aux bâtiments dépendant de la Nouvelle Halle

1768Arrêt de parlement qui condamne Jean Pinchot, faiseur de commissions, au carcan, à la marque et au galères pendant 3 ans, pour avoir volé des bouteilles de verre dans les bateaux, au port de la Grève

1768Arrêt de parlement qui condamne Marie-Louise Leguay, ouvrière pour les blanchisseuses, au carcan, au fouet, à la marque et à être renfermée dans la maison de force de l'hopital général de la Salpêtrière pendant 9 ans, pour avoir fait différents vols de linge

1768Arrêt de parlement qui condamne Marie-Rose Hicquet, veuve de Pierre Hüe, marchand forain, au carcan, au fouet, à la marque, et à être enfermée dans l'hopital général pendant 3 ans, pour avoir présenté un faux billet à ordre

1768Arrêt de parlement qui condamne Mathieu Poiré au carcan, à la marque et aux galéres pendant 3 ans, pour avoir braconné avec port d'armes

1768Arrêt de parlement qui condamne Noël Roche au carcan, dans la place Saint Pierre de Lyon, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans pour avoir volé dans les églises

1768Arrêt de parlement qui condamne Pierre Lefiot, notaire royal, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité pour avoir, conjointement avec sa femme, traité inhumainement, tous les jours, Anne Lefiot leur fille, et lui avoir causé la mort, en lui refusant les aliments nécessaires

1768Arrêt de parlement qui condamne Pierre Lenoble, dit Grospierre, manouvrier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé des artichaux dans les jardins

1768Arrêt de parlement qui condamne Thomas Blain, dit L'Eau, garçon couvreur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé du plomb sur le toit d'une maison

1768Arrêt de parlement qui condamne Thomas de Soiteze, gagne-denier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé des légumes dans les champs d'Aubervilliers

1769die schandstraffen sind unterschiedliche, als: an den pranger, oder vor der kirchen in die prechel stellen

1769[härtere Todesstrafe:] durch handabschlagung mit- oder ohne aufsteckung des kopfs, oder kopf, und hand, oder der hand allein auf ein rad, oder pfahl, oder anheftung der hand an den pranger

1769Arrêt de parlement qui condamne Claude Brochet, manoeuvre à couvreur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé 2 morceaux de plomb

1769Arrêt de parlement qui condamne Elisabeth Lacosse, ouvrière en linge, au carcan, au fouet, à la marque et à être enfermée pendant 5 ans pour avoir fait des escroqueries à différents marchands

1769Arrêt de parlement qui condamne Etienne Prot, et Jean ou Pierre Prot au carcan, à la marque et aux galères ; le premier à perpétuité et le second pendant 9 ans, pour avoir été malfaiteurs publics, avec excès et violences

1769Arrêt de parlement qui condamne François Humbert, Joseph Corbeau et Jean Colin, au carcan, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir été soldats tapageurs, rebelles et violents envers la maréchaussée en fonctions

1769Arrêt de parlement qui condamne François Totin, garçon jardinier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé nuitamment des artichauts dans différents potagers

1769Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Girard, maitre-tailleur d'habits ; au carcan, à la marque et aux galères pendant 9 ans, pour avoir été escroc public

1769Arrêt de parlement qui condamne Jean Broquet, dit Tourangeau, domestique de laboureur et journalier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé du linge sur les étendoirs de blanchisseuses

1769Arrêt de parlement qui condamne Jean-Charles Darin, apprentif peintre, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans pour avoir volé des mouchoirs sur des étendoirs de blanchisseuses

1769Arrêt de parlement qui condamne Jean-Charles-Jacques Amby, toilier sans ouvrage, au carcan, au fouet, à la marque, et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir volé des mouchoirs aux parades du quai de la mégisserie

1769Arrêt de parlement qui condamne Jean Gedeau et Pierre Hamelin, au carcan, pour rébellions et violences envers la maréchaussée en fonctions

1769Arrêt de parlement qui condamne Jean-Joseph Seigneur, charretier de profession, au carcan pendant 3 jours consécutifs, à la marque et aux galéres à perpétuité pour avoir été violent

1769Arrêt de parlement qui condamne Jean Moyne, cocher de place, au carcan et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir par obstination, estropié, un particulier

1769Arrêt de parlement qui condamne Joseph De la haye, gazier, au carcan, et au bannissement pour 3 ans, pour infidélité dans l'illumination publique

1769Arrêt de parlement qui condamne Joseph Dupuis, polisseur de marbre, au carcan, au fouet, à la marque, et aux galères pendant 3 ans pour avoir volé des mouchoirs à la foire Saint-Germain

1769Arrêt de parlement qui condamne Joseph Lefevre, garçon cordonnier, au carcan, au fouet, à la marque et à être banni pendant 3 ans, pour avoir volé des mouchoirs dans les poches de ceux qui assistaient aux parades du quai de la ferraille

1769Arrêt de parlement qui condamne Marc Boutoille, laboureur à Quétreque, au département de Boulogne-sur-mer, au carcan, pour avoir commis des excès et violences envers la maréchaussée en fonctions

1769(Arrêt de parlement qui condamne Marie-Geneviève Dupuis, femme de Andre Hennegrave drapier et soldat invalide, au carcan pendant 3 jours et au bannissement pendant 5 ans, pour avoir abusé comme domestique de la faiblesse d'esprit et de la confiance de son maitre en lui enlevant des effets.)

1769Arrêt de parlement qui condamne Marie-Louise Edmée Masson, fille couturière, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 9 ans pour avoir volé des robes et autres robes chez différentes personnes

1769Arrêt de parlement qui condamne Pierre Chauvière, dit Maudry, garçon pêcheur, et Jean Douceur, maitre pêcheur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans pour avoir volé du bois dans un chantier

1769Arrêt de parlement qui condamne Pierre Hardy, au carcan pendant 3 jours, à la marque et aux galères pendant 9 ans, pour avoir sous le nom du comte de Florence, fabriqué plusieurs lettres de change dont il s'est servi

1769Arrêt de parlement qui condamne Pierre Mouly, au carcan et en l'amende de 10 livres, pour avoir fait rébellion à la maréchaussée

1769Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Vincent Vendorme, garcon-jardinier-terrassier, au carcan, au fouet, à la marque, et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé nuitamment un cheval

1770Arrêt de parlement qui condamne Adrien Ducoin, domestique sans condition, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé des mouchoirs dans l'église de Notre-Dame

1770Arrêt de parlement qui condamne Angelique Petit, fille ouvrière en dentelles ; au carcan, au fouet, à la marque et à être enfermée pendant 3 ans dans la Salpêtrière, pour avoir volé un drap et une nappe à des étendoirs de blanchisseurs

1770Arrêt de parlement qui condamne François Colin, paveur, au carcan et au bannissement pendant 5 ans, pour avoir escroqué et vendu plusieurs petites voitures ou camions qui lui étaient confiées

1770Arrêt de parlement qui condamne Jacques Cornette au carcan, à la marque et aux galères pendant 5 ans et Jean-Pierre André aussi au carcan et au bannissement pendant 3 ans pour escroqueries et filouteries chez des marchands, avec suppositions de noms et fabrication de fausses lettres de change

1770Arrêt de parlement qui condamne Jacques James et Jean-Baptiste Meynier, au carcan au fouet, à la marque et aux galères, pour escroquerie et filouterie au jeu

1770Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Berthe, domestique sans condition, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour vol d'une chemise par lui commis à l'étendoir d'un blanchisseur

1770Arrêt de parlement qui condamne Jean Chavois, travaillant sur les ports, au carcan, au fouet, à la marque en la place près l'Eglise Saint-Nicolas-Des-Champs et aux galères pendant 5 ans pour vol de plusieurs mouchoirs et d'une tabatière

1770Arrêt de parlement qui condamne Jean-Jacques Roure, chapelier, au carcan et aux galères, pour désobéissance avec menaces envers son officier, et rébellion envers la maréchaussée en fonctions

1770Arrêt de parlement qui condamne Jean-Pierre Hardon, et Antoine Boulanger, charretiers de profession, au carcan pendant 3 jours consécutifs, pour infidélité dans la conduite de vins qui leur étaient confiés

1770Arrêt de parlement qui condamne Louis-Claude Milcent, vigneron au Petit-Charonne, à être attaché au carcan, au poteau de la justice dudit Charonne, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé des grains dans les champs

1770Arrêt de parlement qui condamne Louis François, domestique, au carcan, au fouet, à la marque dans la place de la Ville-L'Evêque, et au bannissement pendant 5 ans pour vol d'une montre d'argent

1770Arrêt de parlement qui condamne Marie-Françoise Dubail au carcan, au fouet, à la marque et à être enfermée pendant 9 ans pour avoir volé des légumes, des gerbes de grains, de la viande et un pain

1770Arrêt de parlement qui condamne Marie Madeleine Besnard et Marie-Jeanne Hameau, au carcan pendant 3 jours, pour infidélité par elles commises en glanant

1770Arrêt de parlement qui condamne Marie-Madeleine Lerot, fileuse de laine, au carcan, au fouet, à la marque et à être enfermée pendant 3 ans pour avoir volé un mouchoir dans l'Eglise de Notre-Dame

1770Arrêt de parlement qui condamne Michel Cusserne au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour vol par lui commis de mouchoirs sur des étendoirs de blanchisseuses

1770Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Nicolas Gauvin, garçon tabletier, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 5 ans pour avoir volé des mouchoirs dans le parvis Notre-Dame

1770Arrêt de parlement qui condamne Pierre Robinet et Hubert Cartier au carcan pendant 3 jours, à la marque et aux galères pendant 9 ans pour avoir braconné avec violence

1771Arrêt de parlement qui condamne Claude Martin, Tabletier, au carcan et au bannissement pendant 9 ans, pour avoir fabriqué nombre de lettres et billet faux au nom de plusieurs particuliers

1771Arrêt de parlement qui condamne Daniel Monsingeon, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir sollicité, excité et favorisé le dérangement de jeunes gens sous puissance de père et mère

1771Arrêt de parlement qui condamne Edme Girard, berger sans condition, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour vol par lui fait de 30 moutons

1771Arrêt de parlement qui condamne François Durand, écrivain, au carcan, au fouet, à la marque, et au bannissement pendant 5 ans pour vol d'un mouchoir à la foire Saint-Germain

1771Arrêt de parlement qui condamne Francois Laurent, garçon boulanger, au carcan en la place de grève et au bannissement pendant 3 ans pour avoir manqué de fidélité envers son maitre

1771Arrêt de parlement qui condamne Jacques-Denis Guillaume, marinier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans pour avoir volé un mouchoir dans l'église de Notre-Dame

1771Arrêt de parlement qui condamne Jean Deschamps, dit Berichon, manoeuvre à maçon, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans pour avoir volé différents outils dans les carrières

1771Arrêt de parlement qui condamne Laurent Guyot, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 5 ans pour avoir volé des mouchoirs et une tabatière de carton, le jour que l'on tirait un feu d'artifice à la place de Grève

1771Arrêt de parlement qui condamne Louis Boutillier Frachard et Marie-Catherine Arrand au carcan et au bannissement, pour plusieurs escroqueries faites à différents marchands

1771Arrêt de parlement qui condamne Marguerite Amyot, fille ouvrière en linge, au carcan, au fouet, à la marque et à être renfermée pendant 3 ans dans la maison de force de la Salpêtrière, pour avoir volé du linge dans l'hopital de la Pitié

1771Arrêt de parlement qui condamne Pierre Bank au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour plusieurs vols par lui commis

1771Arrêt de parlement qui condamne Pierre Roussel, jardinier et gagne-denier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé du linge à l'hôtel de l'école royale militaire

1772Arrêt de parlement qui condamne Armand-Joseph Michel, compagnon vitrier, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir volé une paire de bas de coton à la foire Saint-Ovide

1772Arrêt de parlement qui condamne Christophe Merard, manouvrier, au carcan en la place de Grève, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé des pièces de toiles et des mouchoirs, qui étaient dans un pré pour sécher

1772Arrêt de parlement qui condamne Claude Leroi à être attaché au carcan à un poteau planté en place de Grève, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : huissier souffleur d'exploits, prévaricateur et falsificateur de billet ; et au bannissement pour 9 ans

1772Arrêt de parlement qui condamne Edme Jacob, dit Dumont, vendeur de volailles, et Marie-Jeanne Deschampeaux, au carcan, au fouet, à la marque ; ledit Jacob aux galères pour 9 ans et ladite Deschampeaux à être renfermée pour 9 ans dans la maison de La Salpêtrière pour avoir volé nuitamment des barres de fer à des croisées

1772Arrêt de parlement qui condamne Françoise-Magloire Montaigne, au carcan pendant 3 jours de marché consécutifs et au bannissement pendant 3 ans, pour crime de bigamie

1772Arrêt de parlement qui condamne François-Léopold Antoine, marchand-forain, à être attaché au carcan en place de Grève, ensuite marqué et aux galères pendant 3 ans, pour avoir mendié avec insolences et menaces

1772Arrêt de parlement qui condamne François-Pierre Billard, ci-devant caissier général des postes, au carcan pendant un jour et au bannissement à perpétuité hors du royaume pour prévarications dans ses fonctions de caissier général des postes

1772Arrêt de parlement qui condamne François Vuary, porteur d'eau, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 3 ans, pour avoir volé un mouchoir dans la poche d'un particulier à la parade d'un joueur de gobelets sur le quai de l'école

1772Arrêt de parlement qui condamne Gabriel Borel, garçon marchand, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 5 ans, pour avoir volé des mouchoirs à la foire Saint Ovide

1772Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Baude, ouvrier sergier, à être attaché au carcan dans la place du marché de Reims pendant 2 heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : voleur d'échets de laine, infidèle à son maitre, et au bannissement pour 5 ans

1772Arrêt de parlement qui condamne Jean-François Jové, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé un mouchoir à la parade d'un spectacle sur le boulevard

1772Arrêt de parlement qui condamne Jean-Henri Meunier et Claude Leblanc au carcan et aux galères pour 9 ans, pour avoir, ledit Meunier, volé du vin chez un marchand de vin et ledit Leblanc pour avoir participé audit vol

1772Arrêt de parlement qui condamne Marie-Anne Pelletier au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 3 ans pour avoir volé un mouchoir à un spectacle de parade sur le boulevard

1772Arrêt de parlement qui condamne Marien Chambois, garçon tailleur, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir volé deux mouchoirs à la foire Saint Ovide

1772Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Hébert, garçon pêcheur et travaillant pour les maçons, au carcan, au Gros-Caillou, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé du linge sur un étendoir de blanchisseuse

1772Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Sellier et Gilles Baudet, à être attachés au carcan dans la place de Grève de Midi à 2 heures ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : Séditieux et rebelles envers les officiers de la justice royale et de la garde ; et au bannissement pour 3 ans

1772Arrêt de parlement qui condamne Pierre Charton au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans pour avoir volé une chemise et autres hardes, à un étendoir de blanchisseuse

1772Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Jean-Baptiste Bourgeois, scieur de long, au carcan et au bannissement pour 3 ans ; condamne pareillement François Douy et Jean-Louis Cheminade aussi scieurs de long, au carcan pendant 2 heures, pour rébellion envers la maréchaussée en fonctions

1772Arrêt de parlement qui condamne Simon Cocquart, garçon boulanger, au carcan en la place de Grève, pour excès, violences et voies de fait par lui commis, tant envers deux particuliers, auxquels il avait cherché querelle de propos délibéré, qu'envers la Garde

1772Jugement souverain rendu en la commission établie (pour juger les crimes de contrebande et faux-saunage) qui condamne Jean Lasseur, dit Mareige, aux peines du carcan et de neuf ans de galères, pour avoir en récidive vendu de la poudre de tourbe et de tan pour du tabac

1773Arrêt de parlement qui condamne Eustache Cotty au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 5 ans, pour avoir volé des mouchoirs pendant le temps d'une exécution à mort à la porte Saint-Antoine

1773Arrêt de parlement qui condamne Félix Bernard, dit Chateauvieux, à être attaché au carcan dans la place de Grève, ayant deux quenouilles à ses côtés et écriteau portant ce mot : Bigame ; et au bannissement pour 5 ans

1773Arrêt de parlement qui condamne François Loiseau, manoeuvre à maçon, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé un mouchoir dans l'église du Saint-Esprit pendant le service divin

1773Arrêt de parlement qui condamne Gabriel Prudhomme terrassier, à être attaché au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 5 ans, pour avoir volé du linge à des étendoirs de blanchisseuses

1773Arrêt de parlement qui condamne Germain Derly, gagne-deniers, à être attaché au carcan de la place du Pilori aux halles, ayant écriteau portant ces mots : Voleur d'oeufs sur le carreau de la Halle, ensuite au fouet, à la marque et au bannissement pour 5 ans

1773Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Debourges, dit Berry, garçon boulanger, au carcan en place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Garcon boulanger infidèle envers son maitre ; et au bannissement pour 3 ans

1773Arrêt de parlement qui condamne Jean Hue, charpentier et Jean-Pierre-Huau, dit Huard, couvreur, à être attachés au carcan dans la place publique de Chartres et au bannissement pour 5 ans du bailliage de Chartres et de la ville de Paris, pour rébellion envers la maréchaussée

1773Arrêt de parlement qui condamne Joseph Lapierre, Chauderonnier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans pour avoir volé plusieurs morceaux de cuivre à l'Hotel-Dieu

1773Arrêt de parlement qui condamne les nommés Gauthier et François Lebaux, dit Clermont, à être attachés au carcan sur le quai de la Mégisserie, ayant écriteau, portant ces mots : Voleur de charbon dans les bateaux

1773Arrêt de parlement qui condamne Louis Liétard, Jacques Poisson, Joseph Gabriel Breton et Philippe Xavier au carcan avec écriteau portant ces mots : savoir, Jacques Poisson ; Prisonnier, auteur et instigateur d'émeute et bris de prisons ; et les autres : Prisonniers complices d'émeute et bris de prisons ; ensuite à être flétris d'un fer chaud aux galères et au bannissement

1773Arrêt de parlement qui condamne Marie-Catherine Raillot femme de Charles Fauvel, couturière en linge, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 3 ans, pour avoir volé un mouchoir à une parade sur le rempart

1773Arrêt de parlement qui condamne Marie Dela au carcan et au bannissement pour 3 ans des bailliages de Vitry et de Vermandois et de la vicomté de Paris, pour avoir volé du raisin nuitamment sur le territoire de Mersi

1773Arrêt de parlement qui condamne Marie-Madeleine Grand'Manche, fille tricoteuse, au carcan, au fouet, à la marque, pour vol dans une chapelle de Notre-Dame et à être renfermée à la Salpêtrière pendant 9 ans

1773Arrêt de parlement qui condamne Marie-Thérèse Simon, revendeuse de pommes, au carcan, au fouet, à la marque et à être renfermée en la maison de force de La Salpêtrière pendant 5 ans, pour avoir volé du linge sur des étendoirs de blanchisseuses du coté des Invalides

1773Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Longuet, huissier à verge au Chatelet de Paris, à la résidence de Braine, à être attaché au carcan dans la place de Grève et au bannissement pour 5 ans, pour prévarications, abus, malversations et violences dans l'exercice de ses fonctions

1773Arrêt de parlement qui Condamne Pierre Alary, garçon tailleur, à être attaché au carcan, au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité, pour avoir volé, nuitamment chez un limonadier établi sur le rempart

1773Arrêt de parlement qui condamne Pierre Alary, garçon tailleur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité, pour avoir volé nuitamment chez un limonadier établi sur le rempart

1773Arrêt de parlement qui condamne Pierre Boulnois, domestique, à être attaché au carcan dans la place de Grève, ayant deux quenouilles à ses côtés et écriteau portant ce mot bigame, et au bannissement pour 5 ans

1773Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Lecomte, ouvrier gazier, à être attaché au carcan dans la place de Grève, au fouet, à la marque et aux galères pendant 9 ans, pour vols de différents effets et deniers comptants

1773Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Michel Billot à être attaché au carcan 3 jours consécutifs ayant écriteau portant ces mots : Escroc d'habitude envers les marchands et au bannissement pour 9 ans de la ville de Paris

1773Arrêt de parlement qui condamne Pierre Roussel, manoeuvre à maçon, à être attaché au carcan à la halle, ayant écriteau portant ces mots : voleur d'esse et d'arondelle à l'une des charrettes de la halle, ensuite au fouet, à la marque et au bannissement pour 3 ans

1773Jugement rendu en dernier ressort par monsieur de Sartine, conseiller d'Etat et lieutenant général de police,... qui condamne la veuve Stochdorph à être attachée au carcan en place de Grève par l'exécuteur de la haute justice... ayant écriteaux devant et derrière portant ces mots : "Marchande libraire faisant à Starsbourg, en récidive, le commerce de livres contraires à la religion et aux bonnes moeurs..." Du huit juillet 1773...

1773Arrêt du parlement en la Tournelle criminelle qui, faisant droit sur l'appel à minima, interjeté par M. Le procureur du Roi, de l'élection de la senten ce contradictoirement rendue au même siège, le 19 août 1772, au profit de Me Julien Alaterre, adjudicataire général des fermes, contre les ci-après nommés, condamne Pierre Faveret, terrassier et Louis Beauparain, vigneron au village de Lisse, à être attachés au carcan par l'exécuteur de la haute justice, ayant chacun un écriteau portant ces mots : rebelles envers les commis des aides

1773Jugement souverain rendu en la commission établie (pour juger les crimes de contrebande et faux-saunage) qui condamne Jean Lasseur, dit Mareige, aux peines du carcan et de neuf ans de galères, pour avoir en récidive vendu de la poudre de tourbe et de tan pour du tabac

1774Arrêt de parlement qui condamne Claude Chainal, commissionnaire, à être attaché au carcan dans la place de Grève, au fouet et à la marque et au bannissement pour 5 ans, pour avoir abusé de la confiance d'un banquier en essayant de détourner une somme de 4287 l. 15 s.

1774Arrêt de parlement qui condamne Claude Gavilliot, dit Liotot, garçon de cuisine sans condition, à être attaché au carcan, au fouet à la marque et aux galères pendant 9 ans pour vols commis à l'Ecole Militaire

1774Arrêt de parlement qui condamne Dominique Chaussivert, laboureur, au carcan dans la place publique de Nevers et au bannissement pour 3 ans du département de la maréchaussée de la ville de Nevers et du ressort de la ville de Paris, pour avoir été perturbateur de la tranquillité publique, rebelle, et violent envers la maréchaussée

1774Arrêt de parlement qui condamne Francois Blondeau, domestique sans condition, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans pour vol de linge et hardes dans une chambre où il s'est introduit à l'aide d'une fausse clef

1774Arrêt de parlement qui condamne Francois-Sébastien Gautier, compagnon charron, au carcan, à la marque et aux galères à perpétuité, pour excès, violences et voies de fait envers un lieutenant et des cavaliers de Robe-courte dans les fonctions de leur office

1774Arrêt de parlement qui Condamne Henri Meunier à être attaché au carcan pendant 3 jours sur le préau des prisons de la conciergerie d'Amiens, et en 3 livres d'amende envers le roi, pour avoir participé à l'effraction faite aux prisons d'Amiens, dont il s'est évadé avec 8 autres prisonniers

1774Arrêt de parlement qui condamne Jacques Benard, menuisier et Vincent Henry, garçon boucher, au carcan dans la cour du chateau de Bicêtre, ensuite au fouet, à la marque et aux galéres : Bernard à perpétuité et Henry pendant 5 ans pour avoir volé des effets dans ledit château de Bicètre

1774Arrêt de parlement qui condamne Jacques Meirano, Jean-Baptiste Zegri, Philippe Laval, dit Bonhomme et Jean-Esprit Desmarris dit Saint-Martin, au carcan et aux galères, pour filouteries et escroqueries pratiquées dans Paris ès environs, même en province

1774Arrêt de parlement qui condamne Jacques-Michel Dodard, huissier, au carcan et au bannissement pour 9 ans de la ville, prévôté et vicomté de Paris, pour crime de bigamie

1774Arrêt de parlement qui condamne Jean-Claude Allain, et Charles-André Allain, batteurs en grange, au carcan dans la place publique de la ville de Chartres pour avoir été rebelles aux ordres du roi et violents envers la maréchaussée en fonctions ; et les bannit pour 9 ans du ressort du balliage de Chartres et de la Vicomté de Paris

1774Arrêt de parlement qui condamne Jean-Claude Peransi, garçon perruquier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 9 ans pour avoir été trouvé saisi d'une redingote et d'une culotte volée dont il a rendu mauvais compte

1774Arrêt de parlement qui condamne Jean Lecomte, dit Barbillon, à être attaché au carcan, au fouet, à la marque et aux galéres pendant 3 ans pour avoir vendu et livré une thone Roannaise, qu'il savait ne point lui appartenir

1774Arrêt de parlement qui condamne Jeanne-Claude Guillot, dite Jeannette et Marie-Jeanne Bertignon, danseuses dans les cabarets de la Courtille à être attachées chacune à un carcan et à être renfermées pendant 3 ans à la Salpêtrière, pour excès, violences et voies de fait dans un cabaret envers le garçon

1774Arrêt de parlement qui condamne Jean-Noel Glinet, charretier au carcan, au fouet à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé deux chevaux et les avoir exposés en vente

1774Arrêt de parlement qui condamne Jean Nourry, manouvrier et Pierre Nourry laboureur, au carcan dans la place publique de Sens, avec un écriteau portant ces mots : Rebelle et violent envers la maréchaussée dans l'exercice de ses fonctions

1774Arrêt de parlement qui condamne Louise Epinette, femme de Jean Baudouin et Anne Petit femme de Mathurin Mouton, au carcan, dans la place de Logny et en 3 livres d'amende envers le roi, pour avoir coupé des épis de blé dans le terroir de la paroisse de Logny et en avoir volé dans les gerbes et dans les javelles

1774Arrêt de parlement qui condamne Louis Roussel, journalier, ci-devant postillon, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 3 ans, pour avoir volé des abricots dans un jardin

1774Arrêt de parlement qui condamne Noel Train, marinier, au carcan, à la marque et aux galéres pendant 5 ans, pour avoir commis des excès, violences et voies de fait envers le nommé Auger, brigadier du chateau de Bicêtre

1774Arrêt de parlement qui condamne Pierre Patran, garçon tailleur, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pour 3 ans, pour vol de fruits dans une cattière

1774Arrêt de parlement qui Condamne Roch Godefroy, marchand d'arbres et Nicolas Godefroy journalier, à être attachés à un carcan dans la place du village de Vitry, ensuite au fouet, à la marque et aux galéres pendant 5 ans, pour avoir volé différents arbres dans les pépinières de Vitry

1775Arret de la cour du Conseil provincial et supérieur d'Artois qui condamne Louis-François Deneux, demeurant au village de Lestrem au Carcan, au fouet, à la marque, et aux galères-pendant 5 ans, pour vol de bled dans les champs, pendant la nuit...

1775Arrêt de parlement qui condamne Antoine Penelle, compagnon tablettier, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour 5 ans, pour avoir volé du linge sur des étendoirs de blanchisseuses

1775Arrêt de parlement qui condamne Charles Gervais, dit La Giroflée, soldat au régiment Lyonnais, au carcan, à être flétri d'un fer chaud et aux galères pendant 3 ans pour rébellion et violence envers la maréchaussée

1775Arrêt de parlement qui condamne Denis Boudot, compagnon coutelier, au carcan dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Escroc public et au bannissement pour 9 ans de la ville de Paris

1775Arrêt de parlement qui condamne François Journeau, coiffeur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé du linge sur des étendoirs de blanchisseuses

1775Arrêt de parlement qui condamne Jacques Liste, tourneur, au carcan, ayant écriteau portant ces mots : voleur d'un drap à l'hopital Saint-Gervais ; au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans

1775Arrêt de parlement qui condamne Jacques Quirion, Louis Rabaul dit Laroche, et Jean-Louis Métayer, au carcan sur le préau des prisons de la ville de Niort, pour crime de guet-à-pens, machination pour évasion de prisons et attentats en la personne de la dame Joubert, geolière des prisons de Niort

1775Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Coste, cavalier de maréchaussée à Angerville, au carcan avec écriteau portant ces mots : Cavalier de maréchaussée, pour fausse indication suivie de capture et violences à Longjumeau et Joseph Minard, brigadier à être admonesté et en 3 livre d'aumônes

1775Arrêt de parlement qui condamne Jean-Benoist Manoury, coiffeur pour femmes, au carcan ayant écriteau, portant ces mots : Prisonnier violent et frappant de son couteau, ensuite au fouet, à la marque et aux galères pendant le temps de 9 ans

1775Arrêt de parlement qui condamne Jean-François Claret, frotteur, au carcan, dans la place de Grève, ensuite au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé dans une maison où il était frotteur au mois

1775Arrêt de parlement qui condamne Jean-Pierre de Belisson, aide à maçon, au carcan dans la place de Grève et au bannissement pour 5 ans de la ville de Paris, pour s'être fait passer pour un homme de qualité et avoir escroqué des deniers comptants

1775Arrêt de parlement qui condamne Joseph Belaton, au carcan pendant 3 jours de midi à 2 heures, ayant écriteau portant ces mots : Pour rébellion et insolence

1775Arrêt de parlement qui condamne Laurence Lairle, domestique et Etienne Vaublotacq, praticien, au carcan ayant écriteau, portant ces mots : Lairle ; fabricateur d'un faux billet à ordre ; et Vaublotacq, complice de fabrication d'un faux billet à ordre ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères

1775Arrêt de parlement qui condamne Louis de Salignac, Dominique Adelphe et François Atis au carcan, sur le préau des prisons du Fort-l'Evêque, ayant chacun écriteau portant ces mots : Prisonnier insolent et violent

1775Arrêt de parlement qui condamne Louis-Medard Frizon, cuisinier, sans condition, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans pour vol de linge à l'Hôtel-Dieu

1775Arrêt de parlement qui condamne Michel Gallet, charretier de vidangeur, au carcan à l'entrée du village de Vaugirard, à la marque et aux galéres pendant 3 ans pour avoir été rebelle avec insultes, voies de fait et violences envers la garde de Paris

1775Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Berdat, compagnon maçon et charpentier, au carcan dans la place de Grève, et aux galères pendant 3 ans pour crime de Bigamie

1775Arrêt de parlement qui condamne Pierre Girard au carcan dans la place des exécutions de la ville de Digne, et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir été violent et insolent envers la maréchaussée en fonctions

1775Arrêt de parlement qui condamne Pierre Semel père, et Pierre Semel fils au carcan, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir volé des grains nuitamment pendant la moisson

1775Arrêt de parlement qui condamne Séverin Létang au carcan et au bannissement pendant 5 ans, pour avoir escroqué de l'argent à différentes personnes en les faisant jouer et tirer à des loteries

1775Arrêt de parlement qui condamne une quidane, connue sous le nom de la femme des Ormes, au carcan et au bannissement pendant 9 ans, pour avoir escroqué différentes marchandises chez une lingère

1775Arrêt du Parlement qui condamne Jean-Baptiste Coste, cavalier de maréchaussée à Angerville, à être attaché au carcan, dans la place publique de Longjumeau

1776Arrêt de la cour des aides qui condamne Binet et Jean-Baptiste Lecomte, ci-devant employés dans les fermes du roi, à la marque et aux galères pendant 9 ans pour infidélités dans les fonctions de leurs emplois et Pipe Traingault, comme suborneur de Commis, au carcan pendant 3 jours de marché

1776Arrêt de parlement qui condamne André-François Curlando, Jean-Claude Clément, coiffeurs de femmes et Louis Letu, garçon boucher, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, pour avoir volé différents effets avec une clef limée en forme de rossignol

1776Arrêt de parlement qui condamne Antoine Boissy, journalier, au carcan à l'entrée de la forêt de Saint-Germain, avec écriteau portant ces mots ; Voleur de planches dans la forêt de Saint-Germain ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 5 ans

1776Arrêt de parlement qui condamne Antoine Guittoille au carcan, ayant écriteau portant ces mots : Particulier qui a exposé en vente, dans l'intérieur du chateau de Bicêtre, des plats d'argent volés ; à la marque et aux galères pendant 9 ans

1776Arrêt de parlement qui condamne Boniface Danneville, charretier et manoeuvre ; Pierre Henot, tailleur de pierres et Léonard Bedaut, dit Perrot, aussi tailleur de pierres, au carcan, au fouet, à la marque... et aux galères pendant 9 ans pour vol de volaille dans la maison d'un bourgeois de Passy

1776Arrêt de parlement qui condamne Claude Doussot, marchand, marchand mercier et Edmond Gautier, marchand de bijouteries, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 9 ans, pour avoir escroqué différents marchands

1776Arrêt de parlement qui condamne Dieudonné Etienne et Henri Labrut au carcan, au fouet, à la marque et aux galères, Labrut pendant 9 ans et Etienne pendant 3 ans, pour avoir volé différents effets chez un particulier pendant l'incendie arrivé à Saint-Dizier le 20 août 1775

1776Arrêt de parlement qui condamne Etienne Gauthier, garçon bourrelier, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 5 ans, pour avoir volé une housse de carrosse

1776Arrêt de parlement qui condamne François Besson, dit Belledame, au carcan ayant écriteau portant ces mots : Tendeur de collets ; et en 30 livres d'amende envers le sieur ayant la Haute Justice de Brie-Comte-Robert

1776Arrêt de parlement qui condamne Jean-François Petit, ci-devant domestique, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour avoir escroqué différentes marchandises et bijoux d'or, en se qualifiant de Comte de La Motte

1776Arrêt de parlement qui condamne Joseph Clément, ouvrier en soie, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 5 ans, pour vol de mouchoir par lui commis le jour des Rois derniers

1776Arrêt de parlement qui condamne Joseph Maurice et François Bonnet au carcan en place de Grève, avec écriteau portant ces mots : Voleur avec fausses clefs ; Marquis des lettres G. A. L. et aux galères à perpétuité, pour différents vols faits avec fausses clefs

1776Arrêt de Parlement qui condamne Pierre Chambault au carcan sur la place publique de la ville de Pithiviers, pour avoir abusé de la simplicité du nommé Etienne Jaunicot, meunier à Nanceray, et lui avoir escroqué une somme de 480 livres

1776Arrêt de parlement qui condamne Pierre Maréchal au carcan dans la cour du chateau de Bicêtre avec écriteau portant ces mots : Brocanteur d'effets suspecter dans l'intérieur du chateau de Bicêtre et au bannissement pour 9 ans de la ville de Paris

1776Arrêt de parlement qui condamne Pierre Monget, cocher de place, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 3 ans, pour avoir exposé en vente et s'être approprié 4 plats d'argent laissés par oubli dans le carrosse de place qu'il conduisait

1776Jugement de police... qui condamne Madeleine-Geneviève Craypay a être attachée au carcan... à être marquée... d'un fer chaud en forme de fleur de lys ... et à être renfermée à la maison de force de l'Hôpital général... pendant... trois ans, pour la falsification d'un billet de loterie

1776Jugement... de police... qui condamne Pierre Gilbert à être attaché au carcan..., à être conduit aux galères... pour avoir, à l'aide de faux billets de lotteries, surpris et escroqué de plusieurs buralistes... des sommes considérables de deniers comptants

1777Arrest de la Cour de Parlement qui condamne Joseph Gilles... à être attaché au carcan... devant la Comédie-Française, la Comédie Italienne et l'Opéra...

1777Arrest de la cour du conseil provincial et superieur d'Artois qui condamne Charles-Louis-Constant Dumont, tisserant demeurant au hameau de Luhem, paroisse de Busne, au carcan, à la marque et aux galeres pour 9 ans, pour avoir usé de pratiques superstitieuses...

1777Arret de la cour du Conseil provincial et superieur d'Artois qui condamne Joseph Buisson, dit Orange, manouvrier, demeurant au village de Fouquereulle à être appliqué au carcan et y demeurer attaché par le col pendant une heure et au bannissement pour cinq ans hors du ressort de la province d'Artois, pour s'être fait passer comme guérissant les sorts et sortilèges...

1777Arrêt de parlement qui condamne Charles-André de Marolles, au carcan en place de Grève et aux galères perpétuelles, pour vols de différentes pièces d'argenterie dans plusieurs auberges de Versailles, Roissy, Neuilly et Saint-Maur, dans lesquelles il commandait des repas en s'annonçant pour homme de qualité

1777Arrêt de parlement qui condamne Charles Camail, marchand de chevaux, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans, pour avoir volé dans la campagne de l'avoine en vert

1777Arrêt de parlement qui condamne Edme-François Millot et Marie-Berthelot au carcan, ayant écriteau portant ces mots : Séditieux, rebelles et violents envers la maréchaussée en fonctions, et les bannit l'une et l'autre chacun pour 9 ans

1777Arrêt de parlement qui condamne Edme Percheron, à être attaché au carcan dans la place de Sens avec écriteau portant ces mots : Séditieux et rebelle envers la maréchaussée et aux galères pour 3 ans

1777Arrêt de parlement qui condamne Etienne Berlet et Etienne Lanaure, garcons boulangers, au carcan, ayant chacun un écriteau, portant ces mots : Rebelle et violent envers la Garde

1777Arrêt de parlement qui condamne François Bobin au carcan dans la place publique de la ville de Poitiers, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de bestiaux et de lattes dans les bois ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité

1777Arrêt de parlement qui condamne François Teysson, fils cadet, dit Curretoupy, au carcan dans la place publique de la ville de Périgueux ayant écriteau portant ces mots : Rebelle et violent envers la maréchaussée en fonctions

1777Arrêt de parlement qui condamne Georges Laumonnier, garçon couvreur, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans, pour vol de plomb par lui commis au palais

1777Arrêt de parlement qui condamne Jacques-Alexandre Ruelle, dit Cadet, au carcan, ayant écriteaux portant ces mots : Prisonnier violent et frappant de son couteau, pour avoir frappé Joseph Richard, prisonnier d'un coup de couteau au côté droit

1777Arrêt de parlement qui condamne Jacques Blanchet et Jacques Boursault au carcan dans la place publique de la ville de Poitiers ayant écriteau portant ces mots : Escroc au jeu ; ensuite au fouet et à la marque et Blanchet aux galères pendant 3 ans et Boursault au bannissement pour 3 ans de la sénéchaussée de Poitiers et de Paris

1777Arrêt de parlement qui condamne Jacques Boulleau, Claude Vidy, Nicolas Naudin et Jeanne Lepage, femme de Jacques Filion, au carcan et au carcan et au bannissement pour 9 ans, pour usures et renouvelle les défenses d'exercer aucunes espèces d'usure

1777Arrêt de parlement qui condamne Jean-Antoine Riobon, au carcan, en place de Grève ayant deux quenouilles à ses côtés et écriteau portant des mots : Bigame ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères pendant 5 ans

1777Arrêt de parlement qui condamne Mathurin Déniau, au carcan dans la place publique de la ville de Blois ayant écriteau portant ces mots : Rebelle envers la maréchaussée

1777Arrêt de parlement qui condamne Michel Moulin, garçon boulanger, et Laurent Landré, gagne-denier, au carcan ayant écriteau portant ces mots : voleur de linge sur des étendoirs de blanchisseurs ; au fouet, à la marque et aux galères pendant 3 ans

1777Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Pelé au carcan, au fouet et à la marque dans la place publique de Sens et aux galères à perpétuité pour avoir volé des grains dans les champs et avoir tiré un coup de fusil sur deux particuliers qui veillaient à la conservation des grains

1777Arrêt de parlement qui condamne Philippe Vivien au carcan dans la place publique de la ville de Tours, au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans, ayant écriteau portant ces mots : Batteur de blé en grange, infidèle envers ses maitres

1777Arrêt de parlement qui condamne Pierre Leroy et Guillaume Monvieux, au carcan, au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : Compagnon Couvreur, voleur de plomb

1778Arrêt de la cour des Aides, qui condamne Gilbert Cusset, à être appliqué au carcan en la principale place publique de la ville de Montluçon, avec écriteaux... portant ces mots : collecteur infidèle

1778Arrêt de parlement qui condamne Claude Bayet, commissionnaire de vins, au carcan en place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Voleur dans les maisons ; ensuite à être flétri des lettres GAL. et aux galères pour 9 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne Dominique Pierre, manoeuvre à maçon, au carcan, au fouet, à la marque et au bannissement pendant 5 ans pour vol d'un mouchoir dans la poche d'un particulier à la foire Saint-Germain

1778Arrêt de parlement qui condamne Etienne Golin, Jean Renom et François Bonnard au carcan dans la place publique de la ville de Macon ayant chacun un écriteau portant ces mots : escroc au jeu et ensuite à être bannis pour 3 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne François Bourdier compagnon tailleur de pierres, au carcan dans la rue Royale de Tours ayant écriteau portant ces mots : ouvrier tailleur de pierres, qui a cassé méchamment des pierres dans les ateliers de la rue Royale

1778Arrêt de parlement qui condamne Francois Dolbeau, journalier, au carcan dans la place publique de la ville d'Angers ayant écriteau portant ces mots : Pour voies de fait et violences envers la maréchaussée

1778Arrêt de parlement qui condamne François Farrier, dit Joseph scieur de long, au carcan en la place publique des exécutions de la ville de Troyes, avec écriteau portant ces mots : Perturbateur de la tranquillité publique et violent envers la maréchaussée en fonctions ; à être ensuite flétri des lettres GAL. et aux galères pour 3 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne François Guilloux et Charles Mailloux au carcan pendant 3 jours consécutifs de marché de la ville de Meaux pour s'être attroupés dans la moisson dernière pour faire baccanale, avoir couru la campagne, fait cesser les travaux des moissonneurs, commis différents excès

1778Arrêt de parlement qui condamne Gaspard Geoffroy, dit Saint-Hyppolite, au carcan pendant 3 jours ayant écriteau portant ces mots : Pour fausse déclaration d'attaque et vol de nuit dans les rues

1778Arrêt de parlement qui condamne Gilbert Pinceton, au carcan dans la place publique de la ville de Montluçon, ayant écriteau portant ces mots : pour supposition de personnes

1778Arrêt de parlement qui condamne Hilaire Lerondeau au carcan ayant écriteau portant ces mots : Mendiant insolent et violent, puis à être flétri des lettres GAL. et aux galères pour 5 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne Hugues Larue au carcan ayant écriteau portant ces mots : voleur de mouchoirs à la sortie du spectacle ; puis à être flétri de la lettre V sur l'épaule droite et au bannissement pour 5 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Brunet, menuisier, au carcan ayant écriteau portant ces mots : Voleur de linges sur les étendoirs des blanchisseuses ; ensuite flétri des lettres GAL. et aux galères pour 5 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne Jean-Claude Frich garçon limonadier, au carcan ayant écriteau portant ces mots : voleur à la foire Saint-Germain ensuite marqué des lettres G.A.L. et aux galères pour 5 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne Jean-Jacques Marie, René Giraud et Pierre Coursier au carcan dans la principale place de Nanterre ayant écriteau portant ces mots : Escroc au jeu ; à être marqués sur l'épaule droite et aux galères pour 3 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne Jean-Louis Charbonnière, dit Vioud, garçon chapelier au carcan dans la place publique de la ville de Néronde, ayant écriteau portant ces mots : séditieux et violents envers les officiers le police en fonctions

1778Arrêt de parlement qui condamne Louis Veigneau, Louis Larpent et Pierre Brébant au carcan ayant chacun eux écriteau portant ces mots : manouvrier séditieux sur les ports du canal de Briare et Veigueau aux galères pour 3 ans ; Larpent et Brébout à être bannis pour 3 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne Madeleine Porcher, femme de Pierre Desestrées, au carcan, dans la place publique de la ville de Chartres, ayant écriteau portant ces mots : Voleuse de grains dans les champs pendant la récolte, ensuite à être flétrie de la lettre V sur l'épaule droite et renfermée à la Salpêtrière pendant 5 ans

1778Arrêt de parlement qui condamne Marie Houart, crieuse de vieux Chapeaux au carcan et à être renfermée dans la Salpêtrière pendant 9 ans pour avoir volé une quantité considérable de pains chez différents boulangers

1778Arrêt de parlement qui condamne Pierre Grisard, au carcan dans la place publique de la ville de Coiffy, ayant ecriteau portant ces mots : Employé violent

1778Arrêt de parlement qui condamne Vincent Millet, manouvrier, au carcan pendant 2 jours de marché, le 1er jour à Sens et le second à Cheroy, ayant écriteau portant ces mots : Braconnier violent et rebelle envers la maréchaussée en fonctions, et ensuite aux galères à perpétuité

1779Arrêt de la cour de parlement, chambre de la Tournelle, qui condamne Aaron-Abraham Gouguenheim et Hayem Berneheim, tous deux juifs de Courcelles-Chaussy, à être attachés au carcan depuis neuf heures jusqu'à dix, pendant trois jours de marché consécutifs, ayant chacun un écriteau portant ces mots : "Escroc public et faussaire"... Du 7 mai 1779

1779Arrest... de Parlement chambre de la Tournelle, qui condamne Aaron-Abraham Gouguenheim et Hayern Berneheim, tous deux juifs de Courcelles. Chaussy, à être attachés au carcan... pendant trois jours de marché. consécutifs, ayant chacun un écriteau portant ces mots : Escroc public et faussaire...

1779Arrêt de la cour de parlement qui condamne Maurice Albert et Jean Orilland, dit Langlois, au carcan dans la place publique de la ville de Saint-Martin, ile de Ré, avec écriteaux portant ces mots, savoir : Maurice Albert, suborneur de témoins, à la marque et aux galères pendant 9 ans, et Orilland ; faux témoin et aux galères pendant 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Agathe Belnot au carcan dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : dépouilleuse d'enfants, à être fouettée et marquée de la lettre V et enfermée pour 9 ans à l'hopital général de la Salpêtrière

1779Arrêt de parlement qui condamne Anne-Charles Eléonore Oudiette au carcan en place de Grève avec écriteau portant ces mots : Escroc public envers différents horlogers ; et au bannissement pour 9 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Antoine Jacquet au carcan, en la place publique de la ville de Tournus, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de blé dans le marché ; ensuite au fouet, à la marque et aux galéres pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Denis Gauvain, au carcan avec écriteau portant le mot : escroc, ensuite à la marque et aux galéres pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Etienne Guérin, journalier, au carcan dans la place publique de Viroflay, ayant écriteau portant ces mots : Voleur d'avoine dans les champs, au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne François Barbelet au carcan dans la place publique de la ville de Laon, avec écriteau portant ces mots : Voleur de bois, et au bannissement pour 3 ans ; et Remi Méttereau à assister à l'exécution

1779Arrêt de parlement qui condamne Francois-Didier Humbert au carcan, pendant 3 jours de marché consécutifs, dans la place publique de la ville de Chaumont en Bassigny, avec écriteau portant ces mots : Homme violent

1779Arrêt de parlement qui condamne François Petit fils, dit Sansonnet, à être appliqué au Carcan pendant 3 jours en la place du marché au blé de la ville de Troyes ayant écriteau portant ces mots : Filou escamoteur, au fouet, à la marque et au bannissement pour 5 ans du bailliage de Troyes et de la ville de Paris

1779Arrêt de parlement qui condamne François Touchard, au carcan, dans la place publique de Longjumeau, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : Rebelle et violent envers la maréchaussée en fonctions

1779Arrêt de parlement qui condamne Gaspard Joseph au carcan en place de Grève, ayant écriteau portant ces mots ; Rebelle et violent envers les officiers-gardes du commerce dans leurs fonctions ; fait défenses à Reine Chicot, veuve Joseph, de récidiver, sous peine de punition et décharge Nicolas-Joseph Bertaux de l'accusation

1779Arrêt de parlement qui condamne Gervais Maréchal père au carcan pendant 3 jours. consécutifs dans la place publique de Chateau-du-Loir, ayant écriteau portant ces mots : Escroc de marchandises sous le nom emprunté de roulier ; et aux galères pour 9 ans et condamne Jean Maréchal son fils à assister son père lors de l'éxécution de l'arrêt

1779Arrêt de parlement qui condamne Guillaume Martiniat au carcan en la place publique de la ville de Riom, ayant écriteau portant ces mots : Voleur d'une jument dans un pacage ; ensuite à la marque et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamné Guillaume Recolle, au carcan dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de linge sur des étendoirs ; à être fustigé de Verges et aux galéres pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Jacques-Bracquet au carcan, dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de cannes fait à l'étalage d'un marchand sur le quai de La Mégisserie ; puis à être fustigé de verges et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Jacques Deroy et Jean Madeline au carcan, ayant écriteaux portant ces mots : Compagnon couvreur voleur de plomb, puis à être fustigés de verges et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Jacques Desnoyers an carcan dans la place publique de la ville de Lusignan ayant écriteau portant ces mots : Voleur de Mousseline ; ensuite à être fustigé de verges et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Jacques Forichon dit Gauchier, au carcan, avec écriteau portant ces mots : Garde violent ; et au bannissement pour 9 ans ; et le déclare incapable d'exercer les fonctions de garde

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Lombard au carcan dans la place publique de Sainte-Menchould ayant écriteau portant ces mots : Voleur de gerbes dans les champs pendant la moisson ; ensuite au fouet, à la marque des lettres GAL, et aux galères pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Mahon compagnon Cordier, au carcan, dans la place Maubert, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de clefs aux ferrures des portes intérieures ; au fouet, à la marque et au bannissement pour 5 ans de la ville et Vicomté de Paris

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean Barbier au carcan, à la porte de la halle de la ville d'Auxerre, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : Voleur de blé dans la halle et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean Bourguignon au carcan dans la place de Gréve de midi à 2 heures, ayant écriteau portant ces mots : Escroc et domestique insolent envers son maitre, et au bannissement pour 3 ans de la ville de Paris

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean Catinat au carcan, dans la principale place du village de Courbevoie, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de linge sur des étendoirs de blanchisseuses ; à être fustigé de verges et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean et Pierre Pinneau au carcan, en la place publique de Laval, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de chevaux ; ensuite à la marque et aux galères pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean-François Dupuis au carcan, dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Voleur avec fausses clefs ; puis à être fustigé de verges et condamné aux galères perpétuelles

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean Morisseau dit La Cullière et Francois Picard au carcan dans la place publique de la ville de Poitiers, ayant écriteaux portant ces mots : escroc sur les grands chemins, au fouet, à la marque et aux galères, Morisseau pendant 5 ans et Picard pendant 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean-Pierre Herfitz au carcan pendant 3 jours avec écriteau portant les Mots : Escroc public ; ensuite à la marque et aux galères pendant 9 ans pour escroqueries envers plusieurs marchand

1779Arrêt de parlement qui condamne Jean With dit Gradit au carcan en la place publique de la ville de Limoges, ayant écriteau portant ces mots : soldat rebelle et violent envers la maréchaussée en fonctions ; et ensuite condamné aux galères perpétuelles

1779Arrêt de parlement qui condamne Joachim Vassort au carcan, en la place publique des halles de la ville de Chartres, avec écriteau portant ces mots : Voleur et fabricateur de faux billets, au fouet à la marque et aux galères pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Joseph Caiën, juif de nation, au carcan en la ville d'Auxerre, ayant écriteau portant ces mots : Filou et escroc ; et au bannissement pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Joseph Gilles, négociant en soieries, au carcan pendant 3 jours devant la Comédie française, la Comédie italienne et l'opéra, ayant écriteau portant ces mots : Voleur dans les spectacles, au fouet, à la marque et aux galères pour 9 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Julien Mabille, dit le Manceau, au carcan ayant un écriteau portant ces mots : Pour violences ; pour avoir été à la tête d'un attroupement, armé de haches, coupé plusieurs poches de blé dans des charrettes et contraint les charretiers à décharger le blé dans le chemin

1779Arrêt de parlement qui condamne Louis Grière au carcan en la place publique de Malsherbes, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de blé dans le marché ; à la marque et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Louis Issertine au carcan dans la place du Marché au blé de Clermont-Ferrand ayant écriteau portant ces mots : Voleur de blé à la halle et magasin public et à être fouetté et aux galères pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Louis Lamessine aù carcan en la place de la ville de Laon avec écriteau portant ces mots : Homme méchant et violent et au bannissement pour 9 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Louis Moutier et Jean Duclas, dit Saint-Aubin, au carcan ayant écriteau portant ces mots : Prisonnier ayant attenté à la sureté des prisons en la personne des guichetiers ; et bannit Louis Moutier pour 9 ans pour avoir vendu ou laissé en gage des cabriolets loués par lui

1779Arrêt de parlement qui condamne Louis Rottereau, fermier, au carcan dans la place publique de la ville de Tours, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de charrue dans les champs ; ensuite au fouet, à la marque des lettres GAL., et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Marguerite Tresmard au carcan, dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Voleuse à une boutique du marché du Saint-Esprit ; puis à être fouettée et marquée de la lettre V, et enfermée en la maison de la salpêtrière pendant 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Marie-Adélaïde Thiriaux dite Esther, au carcan dans la place de Grève ayant écriteau portant ces mots : Escroque ; et la bannit pour 5 ans pour avoir escroqué différents cabriolets et chevaux à des loueurs de carosses et des modes et dentelles à différents marchands

1779Arrêt de parlement qui condamne Marie Barbe Bourgine au carcan à la barrière des Gobelins ayant écriteau portant ces mots : Voleuse de Linge à l'étendoir d'une blanchisseuse ; ensuite à être fustigée de Verges et enfermée à l'hopital pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Marie Drothière, femme de Clément Chartou, couvreur, au carcan, sur le préau et à la porte de la conciergerie du palais, ayant écriteau portant ces mots : Pour avoir voulu favoriser l'évasion d'un prisonnier

1779Arrêt de parlement qui condamne Marie Ducasse, femme de Jean Cabanne, au carcan, en la place publique de la ville de Bayonne, ayant écriteau portant ces mots : Rebelle et violente envers la maréchaussée en fonctions ; et à être renfermée à perpétuité en la maison de force de la Salpêtrière

1779Arrêt de parlement qui condamne Marie-Françoise Carpentier, dite La Belle Femme, veuve d'André Boulogne et de Pierre Grard, et Marie-Gabrielle Wicart, veuve de Claude Sarre, au carcan ayant chacune écriteau portant ces mots : Voleuse dans les foires et marchés ; puis à être renfermées à l'hopital Carpentier à perpétuité et Wicart pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Mathurin Touzé au carcan dans la place publique de la ville de Mamers, ayant écriteaux portant ce mot : escroc ; ce fait, le bannit pour 9 ans, pour escroquerie de marchandises, avec de faux billets en forme de missives

1779Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Babin au carcan, dans la place publique de la ville de Meaux, ayant écriteau portant ces mots : Pour exposition de pièces de cuivre blanchies ; ensuite au fouet, à la marque et aux galéres pour 9 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Rousselot au carcan, dans la place du Marché au blé de la ville de Troyes, ayant écriteau portant les mots : Voleur de volailles ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Pasquet-Nicolas Desseny au carcan, dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots ; escroc envers des marchands ; puis à être fustigé de verges et ensuite condamné aux galères pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Paul Jorrand au carcan dans la place de Grève ayant écriteaux portant ces mots : Escroc chez les marchands ; ce fait, à être fouetté, marqué et aux galères pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Pierre Dutartre, dit Petrus, couvreur en chaume, au carcan dans la place publique de la ville de Mantes avec écriteau portant ces mots ; Braconnier voleur de nuit, armé et rebelle envers la maréchaussée, puis à être battu, flétri et à être conduit aux galères du roi comme forçat à perpétuité

1779Arrêt de parlement qui condamne Pierre et François Malleville au carcan, en la place publique de la ville du Mans ayant écriteau portant le mot : escroc

1779Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Joseph Lamant au carcan dans le parvis de l'église de Paris ayant écriteau portant ces mots : Voleur dans l'église ; ensuite au fouet, à la marque et aux galéres pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Quentin Thiroux, Jean François, Jacques-François Chaumont, Jean-Baptiste Ouen, dit Langlois et Etienne Pacquement, au carcan et aux galères, pour avoir excité une révolte dans les prisons du Grand Chatelet où ils étaient détenus

1779Arrêt de parlement qui condamne Pierre Verguiaud père, Jean Ballet père et Jacques Monnet père, au carcan en la place publique de la ville de Bellegarde ayant écriteaux portant ces mots : Voleur avec violences ; et : Voleur dans les campagnes ; puis au fouet, à la marque et aux galéres, Verguiaud à perpétuité ; Ballet et Monnet pour 5 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne René Chauvières, journalier, au carcan dans la place de Grève ayant deux quenouilles à ses côtés et écriteau portant le mot : Bigame, et au bannissement pour 9 ans, pour crime de bigamie

1779Arrêt de parlement qui condamne René Lair, au carcan, dans la place principale du village de Sèves, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de linge sur l'étendoir d'une blanchisseuse ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1779Arrêt de parlement qui condamne Toussaint-Amable Wailly au carcan dans la place publique de Brelle ayant ecriteau portant ces mots : homme querelleur et violent, pour querelle et violence par lui faites au sortir d'un cabaret

1779Jugement rendu par M. Le Noir,... Lieutenant général de police de la ville, prévôté et vicomté de Paris... qui condamne Jean-Jacques Duchesne, dit Touret, Rivière et Defer, ci-devant maitre de pension à Laigle et à présent sans état, à être attaché au carcan pendant trois jours consécutifs avec écriteaux... portant ces mots : (Falsificateur de billets de loteries ;) à la marque et aux galères, à perpétuité, pour falsifications de billets des loteries royales de France, de Piété et des Enfants-Trouvés...

1779Arrêt de parlement qui condamne Victor Retou au carcan dans la principale place du village d'Andrezy ayant ecriteau portant ces mots : Voleur de raisins nuitamment dans les vignes, au fouet à la marque et aux galères pour 3 ans

1780Arrest de la Cour du Parlement, qui condamne Jean-François Haquin à être attaché au carcan... avec écriteaux... portant ces mots : (Voleur aux spectacles)... extrait des registres du Parlement du quatre mars mil-sept cent quatre-vingt

1780Arrêt de la cour des aides qui condamne François Thenard, ci-devant cuisinier, Nicolas Vocard gagne-deniers et J. Japion à être attachés au carcan, pour avoir entré dans Paris, en fraude des droits du Roi de la chair crue

1780Arrêt de parlement qui condamne André Brunel au carcan dans la place publique de la ville de Montpellier, ayant écriteau portant ces mots : Particulier violent envers d'autres particuliers et violent envers la maréchaussée en fonctions et le bannit pour 5 ans du département de la maréchaussée de Montpellier et de la ville de Paris

1780Arrêt de parlement qui condamne André Henry au carcan dans la place publique de la ville de Tours, ayant écriteaux portant ces mots : Mendiant violent et insolent et à être flétri d'un fer chaud et conduit aux galères pour y servir pendant 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Anne Rodarie, femme de Jacques Barroult, au carcan dans la place publique de la ville de Riom, ayant écriteau portant ces mots : Pour exposition de pièces de cuivres blanchies ; ensuite au fouet, à la marque et à l'hôpital pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Barthelemi Dorat, gagne-deniers, au carcan, devant la principale porte de l'hôtel des Invalides, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de bas à l'hôtel royal des Invalides ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Catherine Lambert revendeuse de fruits, au carcan en la place de la Halle, ayant écriteau portant ces mots : Voleuse de fruits à la halle, puis au fouet, à la marque et à l'hopital pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Claude Canteloup et Pierre-Jacques Pinelle au carcan dans la place de Grève ayant écriteaux portant ces mots : Voleur de charette et cheval dans les rues de Paris ; puis à être marqués et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Claude et Jean-Baptiste Chèron, Jacques Germond et le nommé La Retraite, coutumeux, au carcan, dans la place publique de la ville de chateauneuf en Thimerais ayant écriteau portant ces mots : Distributeur d'écus de six livres faux ; puis au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité

1780Arrêt de parlement qui condamne Claude Guiot au carcan dans la place publique de la ville d'Yenville, ayant écriteaux portant ces mots : Escroc public. Décharge Noelle Gouache, femme de Claude Guiot, de l'accusation

1780Arrêt de parlement qui condamne Claude Lapaille et Philibert Plassard, au carcan, devant l'auberge du petit Paray à Longjumeau, ayant écriteaux devant et derrière portant ces Mots : Cocangeur et escroc sur les routes, puis à être fustigés de verges marqués et conduits à la chaine pour y servir le roi comme forçats sur ses galères pendant 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Dauphine Serre, femme de Vidal Viscomte, au carcan devant la principale porte de l'Hotel-Dieu de Clermont-Ferrand, ayant écriteaux portant ces mots : Voleuse de serviettes à l'hopital de l'hotel-Dieu ; ensuite au fouet, à la marque et l'hopital pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Durand Leblanc, commissionnaire ; Guillaume Hurel, compagnon maçon et Jean Sevaux, crocheteur, au carcan dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de plomb ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Edme Evrat, père, manouvrier et Marie-Anne Vallette, au carcan, en la place publique de la ville de Sens, ayant écriteau portant ces mots : Perturbateur du repos public et au bannissement pour 9 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Eloy Tramcourt et Louise Lecocq sa femme, au carcan, dans la place publique de la ville d'Amiens, ayant écriteau portant ces mots : Voleur ou Voleuse en foire ; ensuite à être marqués et Tramcourt aux galères pour 3 ans et sa femme à l'hôpital pour le même temps

1780Arrêt de parlement qui condamne Etienne Denise et Edme Bienne au carcan, en la place publique de la ville de Chaumont en Bassigny, ayant écriteaux portant ces mots : Homme violent et voleur de paisseaux dans les vignes ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Etienne Fremont dit Grenadier, au carcan, dans la place du lieu de Guerchy, ayant écriteaux portant ces mots : Homme violent ; ensuite à la marque et aux galères pour 9 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Francois. Delaveau au carcan, dans la place publique de la ville de Romorantin, ayant écriteau portant ces mots : Ouvrier infidèle chez les fabricants ; puis au fouet, à la marque et aux galères pour 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne François-Michel Thenault, au carcan dans la place publique de la ville de Chaumont en Bassigny, ayant écriteau portant ces mots : charretier escroc et commissionnaire infidèle ; puis à être marqué des 3 lettres GAL et conduit ès-galères du roi pour y servir le temps de 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne François Pistatour au carcan dans la place publique de la ville d'Aurillac, ayant écriteaux portant ces mots : Voleur en foire ; puis à être fouetté, marqué et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Herz Crelliamer, juif, au carcan, sur le préau de la foire Saint-Germain, avec écriteaux portant ces mots : Voleur de mouchoirs à la foire Saint-Germain ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jacques Moriceau et Marie Goubault sa femme, au carcan dans la place publique de la ville d'Angers, ayant écriteau portant ces mots : Escroc public exposant les mêmes enfants en plusieurs endroits ; et Moriceau aux galères pour 5 ans et Marie Goubault à l'hopital de la salpêtrière pour 9 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jacques Vaillant, au carcan, dans la place de Grève, ayant écriteaux portant ces mots : Homme violent ; puis à être flétri et conduit aux galères pour y servir comme forçat à perpétuité

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste-François Schet, marchand forain et Marie-Anne Lambert, couturière, au carcan dans la place de Grève, ayant chacun écriteaux portant ces Mots : Voleur ou voleuse en foire, puis au fouet, à la marque, ledit Schel aux galères pour 3 ans et ladite Lambert à l'hopital pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Jalicot au carcan dans la place publique de la ville de Moulins, ayant écriteau portant ces mots : Homme violent, et le bannit pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Lèger au carcan dans la place publique de la ville de Meaux, ayant écriteaux portant ces mots : pour vol, concubinage et supposition de légitimité d'enfant ; et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean Braudon au carcan dans la place publique de la ville de Saint-Germain-en-Laye, ayant écriteaux portant ces mots : Escroc chez les marchands ; et au bannissement pour 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean-François Haquin, au carcan avec écriteaux portant ces Mots : Voleur aux spectacles ; ensuite à être fustigé de Verges, flétri des 3 lettres G A L. et aux galères pour 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean, Jacques et Pierre Pescheux au carcan, dans la place publique de la ville de Provins, ayant écriteaux portant ces mots : Voleur de blé dans les champs ; puis à être fustigés et flétris et conduits aux galères du roi pour y servir comme forçats pendant 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean Lhuissier au carcan dans la place publique de la ville du Mans, ayant écriteau portant ces mots : Mendiant contrefaisant l'estropié, ce fait le bannit pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean-Louis au carcan à la halle, au pied du pilori, ayant écriteau portant ces mots : Voleur d'esses et arondelles à des charrettes et à être fustigé de verges et flétri des lettres G A L. et à servir le roi sur ses galères pendant 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean-Louis Bohaire au carcan sur le boulevard, près la porte Montmartre, ayant écriteau portant ces mots : Insolent et violent envers la Garde de Paris

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean Louvet, terrassier, au carcan, à la Petite Pologne, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : Voleur de linge sur les étendoirs de blanchisseuses ; puis au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Jean-Magdelon, poupetier, au carcan en la place publique de la ville du Mans, ayant écriteaux portant ces mots : Voleur en marché ; ensuite à la marque et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Louis Cadot au carcan dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de linge sur une charrette de Blanchisseuse ; ce fait, fouetté, marqué des 3 lettres G A L. et aux galères pendant 3 an

1780Arrêt de parlement qui condamne Louise Balanger ; Marie Deschamps ; Marie Boudet ; et Jeanne Deschamps au carcan dans la place publique de Fontenay-Le-Comte, ayant écriteau portant ces mots : Voleuse dans les boutiques des marchands ; puis à être fouettées marquis et enfermées à la Salpêtrière pendant 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Louis Menard au carcan au-devant du portail de Saint-Eustache, ayant écriteaux portant ces mots : Voleur dans une église ; et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Marie Buron, femme de Pierre Genut et Pierre Laffly au carcan dans la place publique de la ville de Tours ; puis à être marqués et fouettés et renfermée la femme Genest à la Salpêtrière pendant 9 ans et Pierre Laffly aux galères pendant 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Michel Poisson au carcan dans la place du marché à blé de la ville de Troyes ayant écriteau portant ces mots : Voleur de raisins dans les vignes pendant la nuit ; puis à être fouetté, marqué, et conduit aux galères du roi, pour y servir comme forçat le temps de 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Philippe Heleine, dit Maconnois, menuisier, au carcan dans la place publique de Trévoux ayant écriteau portant ces mots Perturbateur du repos public dans les fêtes et assemblées de paroisse et rebelle envers la Maréchaussée ; ensuite à la marque et aux galères pour 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Pierre Barbillon au carcan dans la place publique de la ville d'Enghien ayant écriteau portant ces mots : Voleur de nappes d'autel ; ce fait à être marqué et conduit ès galères du roi pour y servir comme forçat le temps de 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Pierre Dotte, voiturier, au carcan, dans la principale place du village de La Queue, ayant écriteaux portant ces mots : Voleur de bourées nuitamment dans une coupe de bois ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Pierre Drollet au carcan dans la place publique de la ville de Calais, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de moutons ; puis à être fouettés, marqué des lettres GAL. et mené ès galères du roi, pour y servir comme forçat le temps de 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Pierre-François Brisbarre au carcan sur la grande place de Montreuil-sur-Mer, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de montres d'or ; puis à être fouetté et marqué des lettres GAL, et conduit ès-galères du Roi, pour y servir, comme forçat, le temps de 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Pierre Keroy, domestique sans condition, au carcan, dans le préau de la foire Saint-Germain, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de mouchoirs à la foire Saint-Germain ; puis au fouet, à la marque et au bannissement pour 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Pierre Lamarré au carcan en la place publique d'Auteuil, ayant écriteaux, portant ces mots : Voleur de linge dans les séchoirs ; puis à être fouetté, à être marqué des lettres GAL, et conduit ès galères du roi, pour y servir 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Pierre Levieux et Martin Couppé au carcan dans la place publique de la ville de Chateauneuf-en-Thimerais, ayant écriteau portant ces mots : Voleur, escroc de marchandises et à être fouettés, marquès de la lettre V et bannis pour 5 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne René Grignon père, tessier, au carcan pendant 3 jours dans la place publique de la ville du Mans, avec écriteau portant ces mots : Rebelle aux mandements de la justice ; puis à la marque et aux galères pour 3 ans ; René Grignon fils ainé au bannissement pour 3 ans et ses autres fils à être admonestés

1780Arrêt de parlement qui condamne Tanche Couvé, veuve de Claude Vergeat, au carcan dans la place publique de la ville de Sézanne, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de gerbe dans les champs ; puis à être flétrie de la lettre V et enfermée à l'hopital pendant 3 ans

1780Arrêt de parlement qui condamne Thomas Choisselat au carcan, en la place publique de la ville de Troyes, ayant écriteau portant ces mots : Braconnier ayant tiré sur les gardes ; ensuite à la marque et aux galères à perpuité

1780 - 1795De par le roi, extrait du jugement prévôtal, qui condamne Edme Renvoyé à être mis au carcan... et Charles Lemaire, à un plus ample informé et prison de trois mois

1781Arrest de la cour du Parlement qui condamne Claude-Antoine Bourgeois... a être... attaché au carcan au Port de Marly-le-Roy... ; ce fait... servir le Roi comme forçat sur ses galères... Du 25 mai 1781

1781Arrêt de la cour de parlement, qui condamne François Maillaud, gagne-deniers et commissionnaire, à être attaché au carcan,... pendant 3 jours consécutifs, en la place de Grève... et à y demeurer... depuis midi jusqu'à 2 heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : commissionnaire infidèle, ayant porté au Mont-de-piété des effets par lui volés... Du 17 février 1781...

1781Arrêt de parlement qui condamne Alexandre Rigaud dit François au carcan en la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Porteur d'argent, infidèle ; puis au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité

1781Arrêt de parlement qui condamne André Delahaye, dit Credo, au carcan, dans la place du Martroy de la ville d'Orléans, ayant écriteau portant ces mots : Fauteur de débauches et prostitution publique, débauché scandaleux, infâme et rebelle à la justice ; puis au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité

1781Arrêt de parlement qui condamne André-Philippe Renard au carcan dans la place publique de la ville de Chartres, ayant écriteau portant ces mots : Homme violent ; et ce fait le bannit pour 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Antoine Bornert au carcan pendant 3 jours, ayant écriteau devant et derrière portant le mot : escroc ; puis à être marqué et aux galères pour 5 ans, pour avoir commis des escroqueries multipliées

1781Arrêt de parlement qui condamne Catherine Benoist au carcan ayant écriteau portant ces mots : Voleuse de légumes dans les marais ; et à être fouettée et flétrie d'un fer chaud et ensuite enfermée en la maison de la Salpêtrière pendant 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Charles-Jacques Pinguenet, au carcan dans la place Maubert, ayant écriteau portant ces mots : Homme d'affaires qui a diverti les deniers de sa caisse pour les employer en billets de loterie à son profit ; puis à être battu de verges, marqué des lettres GAL et conduit ès-galères du roi pour y servir pendant 9 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Claude-Antoine Bourgeois, garçon boulanger, au carcan au port de Marly-Le-Roi, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de bois dans un chantier ; à être battu de verges, flétri d'un fer chaud et conduit à la chaine pour servir sur les galéres pendant 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Claude-François Mengin au carcan dans la place publique de Bar-Le-Duc, ayant écriteau portant ces mots : Homme violent envers sa mère ; à la marque et aux galères pour 9 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Claude Goguenaille au carcan dans la place publique de la ville de Chaumont en Bassigny, ayant écriteau portant ces mots : Escroc et voleur en foires, puis à être fouetté et marqué et aux galères pour 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Denis Doucet au carcan, dans la place publique de la ville de Sens, ayant écriteau portant ces mots : Voleur dans l'hotel Dieu de Sens, puis à être fouetté, marqué des lettres G A L. et conduit ès galères du roi pour y servir comme forçat le temps de 5 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Edme Lechien au carcan dans la place publique de la ville de Sens, ayant écriteau portant ces mots : Homme violent, dangereux et perturbateur du repos public, et le bannit pour 3 ans du bailliage de Sens, de la ville de Paris et de la suite de la cour

1781Arrêt de parlement qui condamne. Etienne Louyot, domestique, au carcan, dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Domestique infidèle, ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans, pour vol de deux couverts d'argent

1781Arrêt de parlement qui condamne François Maillaud, gagne-deniers et commissionnaire, au carcan en place de Gréve, ayant écriteau portant ces mots : commissionnaire infidèle ayant porté au Mont-de-piété des effets par lui volés ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères à perpétuité

1781Arrêt de parlement qui condamne François Simon et Jean Tortiere au carcan, dans la principale place de Saint-Cloud, ayant écriteau portant ces mots : voleur de linge dans un séchoir de blanchisseuse ; puis au fouet, à la marque et aux galères pour 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Guillaume Poulet au carcan, à la porte de la halle au blé de la ville d'Auxerre, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de blé dans la halle ; puis à être battu de verges, flétri d'un fer et mené aux galères pour y servir pendant 5 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Hélène Blanquet, femme de Jean Lesage, au carcan dans la place publique de la ville de Montdidier, ayant écriteau portant ces mots : Voleuse de grains pendant la moisson, sous prétexte de glaner ; puis au fouet, à la marque et à l'hôpital pour 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Jacques Boucher au carcan dans la place de Grève ayant écriteau portant ces mots : Voleur de mouchoirs dans les poches, ce fait à être battu de verges, marqués de la lettre V, et banni pour 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Jacques Bouquet, au carcan dans la place publique de la ville de Saint-Pierre-Le-Moutier, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de blé ; puis à être fouetté, marqué et conduit ès-galères du roi pour y servir le temps de 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Jacques-Joseph Etienne dit Mauny, au carcan dans la place publique de la ville de Sainte-Menehould, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de toile étendue dans une prairie ; puis à être battu de verges, flétri d'un fer chaud et conduit ès galères du roi pour y servir pendant 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean-Baptiste Colas et Elie Juillet, sa femme au carcan, dans la place publique de la ville de Macon, ayant écriteau portant ces mots : Voleurs de fruits dans les champs ; puis à être fouettés et marqués, et colas aux galères pour 5 ans ; Elie Juillet à la Salpêtrière pour le même temps

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean Bonnard au carcan, en place de Grève, ayant écriteau portant ces mots ; voleur de nuit sur un étalage ; puis à être fouetté, marqué des 3 lettres GAL et condamné aux galères pour 5 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean Chabot au carcan dans la place publique de la ville de Chateauneuf en Angoumois, ayant écriteau portant ces mots : Voleur d'oignons et choux nuitamment dans les jardins ; puis à être fouetté, marqué des 3 lettres GAL et aux galères pour 5 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean Chapsal au carcan dans la place publique d'Aurillac, ayant écriteaux portant ces mots : Voleur en foire et audit lieu à être fouetté et fléttri des lettres GAL et aux galères à perpétuité

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean-François Colette au carcan en la place du marché de La ville de Troyes ayant écriteau portant ces mots : Insolent envers les personnes du sexe ; et au bannissement pour 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean-François Guyot dit Vanois au carcan, dans la place publique de la ville de Rochefort, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : Compagnon violent envers les compagnons étrangers et le bannit pour 5 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean Guenault à être attaché au carcan dans la place publique de Nogent-Le-Roi, ayant écriteau portant ces mots : Empoisonneur de bestiaux puis à être battu de verges, flétri d'un fer chaud, et conduit ès-galères du roi pour y servir à perpétuité

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean Hamel au carcan dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de plomb, puis à être fouetté et marqué des lettres GAL ; ce fait, à être mené ès galéres du roi pour y servir pendant 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean Lassimone dit Maréchal, au carcan dans la place publique de la ville de Gannat, ayant écriteaux portant ces mots : Pour avoir enlevé des bières dans une cimetière

1781Arrêt de parlement qui condamne Jean Metreau et Louis Mosset au carcan, dans la place publique de la ville de Poitiers, ayant écriteau portant ces mots : Voleur dans l'Eglise ; puis à être fouettés, marqués et aux galères pour 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Joseph Billet au carcan dans la place publique de la Ville de Bar-sur-Aube ; ayant écriteau portant ces mots : voleur et escroc sous des noms supposés ; et à être fouetté, marqué des lettres GAL et aux galères pour 9 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Louis-Gabriel Gros dit Bride-Les-Boeufs, Jean-Baptiste Bourdebure dit Montreau et Louis Gauthier, au carcan, dans la place publique de la ville de Sezanne, ayant écriteau portant ces mots : Prisonnier violent ; puis Bourdebure, au fouet, à la marque et aux galéres pour 3 ans et Gros au bannissement pour 9 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Martial Poignet au carcan dans la place publique de la ville de Fontenay-Le-Comte, ayant écriteau portant ces mots : voleur d'huile et d'eau-de-vie avec fausses clefs, puis à être marqué des lettres GAL et condamné aux Galères à perpétuité

1781Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Merle au carcan dans la place publique de la ville de Troyes ayant écriteaux portant ces mots : voleur de toile dans une prairie ; puis à être fouetté marqué des 3 lettres GAL et aux galéres pour 5 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Paul Lallemant au carcan, sur la place de La Couture, en la ville de Reims, ayant écriteau portant ces mots : Voleur en foire ; puis à être fouetté, marqué des lettre GAL et aux galères pour 3 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Pierre Carveneque au carcan pendant 3 jours dans la place publique de la ville d'Angers, ayant écriteau portant ces mots : Enroleurs avec violences et mauvais traitements

1781Arrêt de parlement qui condamne Pierre Durand au carcan dans la place publique des halles de la ville de Mayenne, ayant écriteau portant ces mots : voleur de chevaux ; puis à être fouetté et marqué des lettres GAL. et conduit ès galéres du roi pour y servir le temps de 5 ans

1781Arrêt de parlement qui condamne Pierre Fontaine fils, et Jacques Guichard au carcan, dans la place publique de la ville de Beauvais ayant écriteau portant ces mots : Ouvrier voleur dans une manufacture ; puis au fouet, à la marque des lettres GAL, et aux galéres pour 5 ans

1782Arrêt de la cour de parlement, qui condamne Mathurin Poupard, dit la Tête cassée, Jean Gallon, dit Langevin, Jean Dumois, dit Périgord, et Jean-Etienne Féty, à être attachés au carcan pendant trois jours de marché consécutifs par l'exécuteur de la haute justice... ayant chacun écriteau, devant et derrière, portant ces mots : "Perturbateur du repos public"... Du 22 octobre 1782

1782Arrêt de la cour de parlement qui condamne Mathurin Poupard,... Jean Gallon,... Jean Dumois,... et Jean Etienne Féty, à être attachés au carcan pendant trois jours... ayant chacun un écriteau... portant ces mots : Perturbateur du repos public...

1782Arrêt de parlement qui condamne André Brosse au carcan dans la place publique des halles de la ville de Bonnétable ayant écriteau portant ces mots : Prétendu sevin et sorcier ; décharge Fiacre Girou de l'accusation

1782Arrêt de parlement qui condamne Antoine Morin au carcan dans la place publique du bourg de Bellegarde, ayant écriteau portant ces mots : voleur de poisson ; à être fustigé, mené ès-galères du roi pour y servir le temps de 3 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Antoinette Josse, femme d'Amant Roche, au carcan, en la place publique des Taules de la ville de Riom, ayant écriteau portant ces mots : Voleuse dans le Marché ; ce fait à être flétrie de la lettre V et enfermée pour 3 ans, dans une maison de force

1782Arrêt de parlement qui condamne Benigne-Joseph Lalouette au carcan, au carrefour de la rue Grenetat, ayant écriteau portant ces mots : Escroc à la faveur de lettres faites ou supposées ; puis à être marqué des 3 lettres G.A.L, et conduit ès-galère du roi pour y servir comme forçat le temps de 5 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Catherine Léger, femme de Robert Loiselet, au carcan dans la place publique de la ville d'Essoyes ayant écriteau portant ces mots : Escroque ; décharge Jacques Laverdat, Elisabeth Geuthelot, sa femme, et Jean-Baptiste Laverdat des plaintes et accusations contre eux intentées

1782Arrêt de parlement qui condamne François Jullien au carcan, sur le port Saint-Nicolas, ayant écriteau portant ces mots : voleur de plomb sur le port Saint Nicolas ; à être flétri des 3 lettres GAL ; et mené ès galères du roi pour y servir comme forçat le temps de 3 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Guillaume Boissery au carcan dans la place du Palais Royal ayant écriteau portant ces mots : Voleur ayant porté à sa boutonnière, sans aucune qualité, un cordon rouge à peu près semblable à l'Ordre de Saint Louis ; à être flétri des 3 lettres GAL, et conduit ès galères du roi pour 5 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Guillaume Durand et Jeanne Hurte sa femme, au carcan pendant 3 jours de marchés consécutifs dans la place des Taulles de la ville de Riom, ayant écriteau portant ces mots : Filou public, puis à être flétris et ledit Durand condamné aux Galères pour 3 ans et Jeanne Hurte conduite à la Salpêtrière pour 3 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Jacques Courtin au carcan dans la place publique de la ville d'Auxerre ayant écriteau portant le mot : escroc. Et sur les plaintes et accusations intentées contre François Caprais Clinchant et Marie-Jeanne Bony, met les parties hors de cour et de procès

1782Arrêt de parlement qui condamne Jacques Curabet au carcan dans la place publique de la ville de Billom ayant écriteau portant ces mots : voleur de gerbes dans les champs pendant la moisson ; puis à être fouetté, marqué des 3 lettres GAL. et conduit ès galères du roi pour y servir le temps de 5 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Jacques Gadrapt au carcan dans la place publique de la ville de Poitiers, ayant écriteau portant ces mots : Homme violent et perturbateur du repos public ; ce fait, le bannit pour 9 ans de la sénéchaussée de Poitiers et de la Ville et Vicomté de Paris

1782Arrêt de parlement qui condamne Jacques Lefevre au carcan sur le port Saint Nicolas ayant ecriteau portant ces mots : Voleur de plomb sur le port Saint-Nicolas ; à être flétri des 3 lettres GAL ; et conduit ès galères du roi pour y servir le temps de 3 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Jacques Parisot au carcan en la place de Grève, ayant écriteau portant ce mot : Escroc ; ensuite au fouet, à la marque et aux galères pour 5 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Jean Fougeu, négociant, au carcan dans le place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Escroc public ; à la marque et aux galères pour 9 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Jeanne Margoutier, veuve de Marin Follet et Marguerite Follet, sa fille au carcan, dans la place publique de la ville de Chateauneuf-en-Thimerais, ayant écriteau, portant ces mots : Voleuse de grains pendant la moisson, sous prétexte de glaner, puis à être fustigées, flétries et renfermées 3 ans dans la Salpêtrière

1782Arrêt de parlement qui condamne Jean Therrot au carcan pendant 3 jours de marché consécutifs dans la place publique des Fontaines de la ville d'Auxerre, ayant écriteau portant ces mots : Banqueroutier frauduleux ; et au bannissement pour 3 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Joseph Fosset et Elisabeth Lombard au carcan, en la place publique de Sainte-Menehould, ayant écriteau portant ces mots : Voleur ou voleuse de gerbes pendant la moisson, puis à être fustigés et flétris et Fosset conduit aux galères pour 3 ans et Elis. Lombard à La Salpêtrière pour 3 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Louis Dharcourt au carcan, dans la place de Grève, ayant écriteau portant ces mots : Escroc chez les marchands à la faveur de fausses lettres ; puis à être flétri d'un fer chaud en forme des lettres GAL et conduit ès Galères pour y servir le temps de 9 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Louis Poitevin au carcan dans la place publique de la ville de Beauvais ayant écriteau portant ces mots : Voleur de grains dans les champs ; puis à être fustigé de verges, marqué des 3 lettres GAL. et conduit ès galères du roi pour y servir le temps de 3 ans

1782Arrêt de Parlement qui condamne Marguerite Bornier, femme de Noël Longchamp, au carcan dans la place publique de la ville de Laon, ayant écriteau portant ces mots : Voleuse en foire ; au fouet, à la marque et à l'hôpital pour 3 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Nicolas-François Chamilly au carcan, dans la pricipale place de Fresne-lès-Rungis, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de gerbes de blé dans les champs pendant la nuit ; puis à être fustigé, flétri et condamné aux galères pour 5 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Pierre Ballade au carcan en place de La Croix du Trahoir, ayant écriteau portant ces mots : Fabricateur de fausse lettre de change ; à la marque et aux galères pour 3 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Pierre Trouchard au carcan dans la place publique de Pamphon, ayant écriteau portant ces mots. Voleur de grains dans les champs ; puis à être fustigé et conduit ès-galères du roi pour 3 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne Pierre Verdier, dit Jean-Louis, au carcan, sur la place de Querhoent, ci-devant Montoire, ayant écriteau portant le mot : Filou ; et au bannissement pour 5 ans

1782Arrêt de parlement qui condamne René Leriche au carcan dans la place publique de la ville de Fresnay-Le-Vicomte, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de blé à la halle ; puis au fouet, à la marque et aux galères pour 5 ans

1783zu den in den meisten gerichten Deutschlandes annoch ueblichen leibesstrafen rechnet man; 1) den Staupenschlag, 2) das Brandmahl, 3) die Einziehung eines Theils des Vermögens, in so fern solche nicht ohnehin mit einer Lebens oder Leibstrafe verbunden ist, 4) den Verlust der Ehre, oder die Ehrlosigkeit, 5) Die Landesverweisung, 6) die stellung am pranger, oder schandpfahl [hierzu Anm. i (S. 128): ...man muss jedoch den blossen Strafpfahl mit dem eigentlichen Schandpfahl nicht vermengen. Die Stellung an den letzteren zeugt allemal von einem schweren Verbrechen und giebet zu erkennen, daß der Missethäter eine Leibesstrafe verdient habe. Mit der Stellung an den Schandpfahl ist gewöhnlich die Ehrlosigkeit verbunden, besonders, da solche von dem Büttel vollzogen zu werden pflegt. Zuweilen pflegtet mit der Stellung am Schandpfahl, oder Pranger auch das Anheften eines Zettels an der Brust, worauf die eigneltiche Missethat des Verurtheilten mit kurzen Worten beschrieben stehet, verbunden zu werden. Besonders pfleget man bey grossen Betrügern sich dieser Schärfung zu bedienen.], 7) der öffentlich zu leistende Widerruf, 8) die Verurtheilung zu den öffentlichen Arbeiten, 9) eine Geldbusse, in welche eine in den Gesetzen bestimmte Leibesstrafe verändert werden kann, 10) ein immerwährendes Gefängnis und ein solches, das mit einer Leibesstrafe im Verhältnis steht 11) ferner gehört hierzu das unehrliche Begräbnis. oder pranger auch das anheften eines zettels an der brust, worauf die eigentliche missethat des verurtheilten mit kurzen worten beschrieben stehet, verbunden zu werden

1783Arrêt de la cour de parlement, chambre de la Tournelle, qui condamne le nommé Jean-François Pillon à être attaché à un carcan planté sur la place du nouvel hôtel de ville, pour y demeurer l'espace de deux heures... les trois jours de marché qui suivront ledit arrêt, portant un chapeau de paille contenant ces mots : Maquereau public, même de sa femme, ensuite battu et fustigé nu de verges dans tous les lieux accoutumés de cette ville, et à l'un d'iceux flétri sur l'épaule dextre d'un fer chaud ayant pour empreinte une fleur de lis... Du 11 janvier 1783

1783Arrêt de la cour des monnoies qui condamne Ant. Chateau à être attaché au carcan pendant trois jours de marchés consécutifs sur la place du nouvel hôtel-de-ville de Metz, ayant écriteau portant ces mots : ?Escroc, vendeur de croix et de claviers d'argent doré pour des ouvrages d'or? ; et le bannit du ressort de la cour pendant six années

1783Arrêt de parlement qui condamne Marie Douget, femme du monde, au carcan, ayant écriteau portant ces mots : Violente à coups de couteau ; et à être marquée d'une fleur de lis et conduite en la maison de la Salpêtrière pour y être détenue le temps de 9 ans

1783Jugement des Présidens-Trésoriers de France, généraux des Finances grands voyers en la ville et généralité de Paris... qui condamne Julien Cruet, chef d'atelier employé au pavé de Paris au carcan, avec ecriteau devant et derrière, portant ces mots : ?Chef d'atelier, employé au Pavé de Paris infidèle et vendeur de pavés à son profit? et au bannissement pour 9 ans de la ville de Paris

1784In dem andern Falle, wenn nur Unterobrigkeiten von den ihnen nachgeordneten Personen auf eine thätliche Weise verunglimpfet worden sind, pflegen solche Frevler gewöhnlich, nach vorgängig geleisteter öffentlicher Abbitte, und nachdem sie einige Tage hinter einander am Pranger oder Pfahl jedesmahl eine Stunde öffentlich ausgestellet gewesen sind, entweder zum Festungsbau und Karrenschieben, oder Zucht= und Arbeitshaus, auf gewisse Jahre verurtheilet, oder in dem Falle, da die Handanlegung mit einer tödlichen Verwundung unter gravirenden Umständen verbunden gewesen seyn sollte, mit dem Tode bestrafet zu werden.

1784Arrêt de parlement qui condamne Claude Renard domestique, au carcan dans la place de grève ayant écriteau portant ces mots : voleur d'argenterie dans une maison où il servait son maitre à table ; puis à être battu de verges, flétri d'un fer chaud sur l'épaule droite et conduit ès galères du roi pour y servir comme forçat à perpétuité

1784Arrêt de parlement qui condamne Françoise Leduc ; Marie Piot ; Marie Guespin ; François-Girault ; Marie Rallet ; Perrine Peyneau ; Marie Bidault ; Renée Monnet ; et Marie Hallée au carcan en la place publique de la Ville d'Angers, ayant un écriteau portant ces Mots : Voleur, Maquerelle et raccrocheuse publique ; puis à être battues de verges flétries et renfermées pendant 9 ans

1784Arrêt de parlement qui condamne Pierre-Etienne Berger, architecte, au carcan, ayant écriteau portant ces mots : voleur dans les spectacles et autres lieux publics ; puis au fouet, à la marque et aux galères pour 9 ans

1784De par le Roi et Nosseigneurs les connétables et maréchaux de France. Jugement qui condamne Sanguinet l'aîné, Sanguinet cadet et, Tonnedon cadet... au carcan au bannissement pour 5 ans... Jean Poeymiron dit Tardan... au blâme et en 3 liv. d'amende, pour rébellion à la maréchaussée...

1785personenverzeichnis, bey welchen die groeßere infamie ueberhaupt statt hat ... leute, die den staubbesen empfangen oder am pranger gestanden haben

1785Arrêt de la cour des Aides qui condamne Marie-Jeanne Geny, femme Benatre, et Nic. Collard à être attachés au carcan dans la place publique de Châlons, ayant écriteaux portant ces mots : Affronteurs et vendeurs de poudre mixtionnée sous le nom de tabac

1785Arrêt de la cour des Monnaies qui condamne Catherine Gailliot à être attachée au carcan sur la place du nouvel hôtel-de-ville de Metz, ayant écriteau portant ces mots : Escroc, vendeuse de Christs et claviers de cuivre doré pour de l'or ; et la bannit pour neuf années du ressort de la monnaie de Metz

1785Arrêt de parlement qui condamne Antoine Boncoeur au carcan dans la place publique de Saint-Pierre-Le-Moutier, ayant écriteau portant ces mots : Voleur de cochons et d'un cheval, au fouet, à la marque des 3 lettres G A L et aux galères pour 9 ans

1785Arrêt de parlement qui condamne D. Bandequin à être attaché au carcan dans la place de Grève, ayant écriteau portant le mot ?Bigame? ; le bannit pour neuf ans de la ville et vicomté de Paris

1785Arrêt de parlement qui condamne François Metais à être attaché au carcan dans la place publique de Niort, ayant écriteau portant ces mots : ?Voleur en foire?, battu de verges, et conduit ès galères du roi pour y servir comme forçat l'espace de trois ans

1785Jugement du Châtelet qui condamne Jean-Simon Mozac à être attaché au carcan en place de Grève, et aux galères pour neuf ans, pour avoir fabriqué un grand nombre de Sociétés des loteries de piété et des enfants-trouvés

1786Arrêt de la cour des aides qui condamne Jean Pinot et Sylvain Pinot, à être attachés au carcan par l'exécuteur de la Haute justice, à la barrière du temple, pendant 3 jours consécutifs, ayant chacun écriteau devant et derrière, portant ces mots : Fauteurs de rébellion envers les commis aux entrées ; ce fait, bannis pour 3 ans du ressort de la cour

1786Arrêt de la cour des monnoies qui condamne Elisabeth Ambach au carcan, pour distribution de jetons de cuivre pour des louis d'or

1786Arrêt de la cour de parlement qui condamne Joseph Martin à être attaché au carcan... ayant écriteau... portant ces mots : Escroc au moyen de fausses lettres par lui fabriquées...

1786Arrêt de parlement qui condamne Blaise Chancel, gagne-deniers et Jean Tailland brocanteur au carcan pendant 3 jours consécutifs, ayant écriteau portant ces mots : Violent et rebelle envers la garde et chacun au bannissement pour 9 ans de la ville de Paris

1787Arrêt de parlement qui condamne Jean Chrétien au carcan dans la place publique de la ville du Mans ayant écriteau portant ces mots : Voleur et bigame, puis à être battu de verges, flétri d'un fer chaud et conduit ès galéres pour servir comme forçat pendant 9 ans

1787Arrêt de parlement qui condamne Nicolas Robert au carcan, pendant 3 jours consécutifs ayant écriteau portant ces mots : Voleur avec fausses clefs ; puis à être battu de verges et flétri d'un fer chaud ; puis à être conduit ès-galères du roi pour y servir pendant 9 ans

1788Arrêt de parlement qui condamne Louise-Antoine Fontaine, femme de François Frémain dit Jaquin, soi-disant Marie-Louise-Josèphe de Lespignière, comtesse de Morangiès, au carcan, ayant écriteau portant le mot bigame, à être flétrie d'un fer chaud et à être conduite en la maison de la Salpêtrière pour y être détenue à perpétuité

1788Histoire de Louise-Antoine Fontaine, condamnée à être attachée au carcan, ayant deux chapeaux, comme bigame, à être marquée à la fleur de lis, et à être conduite à l'hôpital pour le reste de ses jours...

1788kuppler und kupplerinnen ... sind mit anhaenkung des lastersteins offentlich vorzustellen

1788zu den kraenkenden [ehrenstrafen] gehoeren a) das gemeine Halseisen oder der Strafpfhal, wobei blos der Gerichtsdiener geschäftig ist. b) der lasterstein c) Die Flaschen, Geigen d) das rothe Gitter, Narren= Trillhäuschen e) Das Austrommeln

1789Arrêt de la cour de parlement qui condamne Claudine Gané, femme de Martin Pierret dit Chevalier, à être attaché au carcan, par l'exécuteur de la haute-justice, dans la place de gréve et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant le mot (escroque,) et audit lieu battue et fustigée nue de verges par ledit exécuteur, et flétrie d'un fer chaud en forme de la lettre V sur l'épaule droite, ce fait bannie pour 9 ans

1789Arrêt de parlement qui condamne Anne Astier à être attachée au carcan, par l'exécuteur de la haute-justice, dans la place publique des Taulles de la ville de Riom, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : (Voleuse en foire,) au fouet, à la marque de la lettre V et à l'hopital pour cinq ans

1789Arrêt de parlement qui condamne Charles-Nicolas Magnier dit Lardenois, à être par l'exécuteur de la haute justice, attaché au carcan, dans la principale place de la ville de Beauvais, un jour de marché, depuis midi jusqu'à 2 heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : (Fabricateur de faux billets à ordre,) à la marque des trois lettres GAL. et aux galéres pour trois ans

1789Arrêt de parlement qui condamne François Duverger à être attaché au carcan, par l'exécuteur de la haute-justice, à un poteau qui pour cet effet sera planté dans la place publique de la ville de Baugé, et y demeurer, un jour de marché, pendant 2 heures, ayant écrite au devant et derrière portant ces mots : (Voleur en foire,) et audit lieu battre et fustigé nu de verges, et flétri d'un fer chand en forme des 3 lettres GAL. sur l'épaule droite par ledit exécuteur ; ce fait, mené et conduit ès galéres du Roi, pour en icelles être détenu et servir ledit seigneur Roi, comme forçat pendant le temps et espace de 5 ans

1789Arrêt de parlement qui condamne Jean-Julien Séheut dit Jolicoeur, Jean Bidault, Jacques Grué dit La Terreur, et Pierre Courtois dit Sans-Chagrin, à être attachés au carcan, pendant 3 jours consécutifs, par l'exécuteur de la haute-justice, à des poteaux qui, pour cet effet, seront plantés dans la place publique des Fontaines de la ville d'Auxerre ; et y demeurer chacun desdits jours pendant deux heurs, ayant chacun écriteau devant et derrière portant ces mots : (Homme violent et perturbateur du repos public,) et audit lieu, le troisième et dernier jour, lesdits Séheut dit Jolicoeur, Bidault et Grue dit La Terreur, flétris chacun d'un fer chaud en forme des 3 lettres GAL. sur l'épaule droite par ledit exécuteur ; ce fait, menés et conduits ès galères du Roi, pour en icelles être détenus et servir ledit seigneur Roi, comme forçats, savoir : lesdits Séheut dit Jolicoeur et Bidault chacun pendant le temps et espace de 5 ans et ledit Grué dit La Terreur pendant le temps et espace de 3 ans et bannit ledit Pierre Courtois dit Sans Chagrin pendant le temps et espace de neuf ans

1789Arrêt de parlement qui condamne Jean Roger, à être attaché au carcan, par l'exécuteur de la haute-justice, dans la place publique de la ville d'Epernay et à y demeurer, un jour de marché, pendant deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ce mots : (Voleur de cheval,) au fouet ; à la marque des trois lettres GAL. et aux galères pour trois ans

1789Arrêt de parlement qui condamne Joseph Lambert à être attaché au carcan, par l'exécuteur de la haute justice, à un poteau qui pour cet effet sera planté dans la place publique de la ville de Vienne, et y demeurer un jour de marché, pendant 2 heures ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : (Perturbateur de la tranquillité publique, rebelle et violent envers la maréchaussée en fonctions,) et audit lieu flétri d'un fer chaud en forme des trois lettres GAL. sur l'épaule droite, par ledit exécuteur ; ce fait, mené et conduit ès galères du Roi, pour en icelles être détenu et servir ledit seigneur Roi, comme forçat, pendant le temps et espace de cinq ans

1789Arrêt de parlement qui condamne Louis Gallot à être attaché au carcan, par l'exécuteur de la haute-justice, à un poteau qui pour cet effet sera planté dans la place publique de la ville de Meaux, et y demeurer, un jour de marché, pendant deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : (Voleur de grains dans les champs pendant la nuit,) et audit lieu, battu et fustigé nu de verges, et flétri d'un fer chaud en forme des trois lettres GAL. sur l'épaule droite par ledit exécuteur ; ce fait mené et conduit ès-galéres du Roi, pour en icelles être détenu et servir ledit seigneur Roi, comme forçat pendant le temps et espace de 3 ans

1789Arrêt de parlement qui condamne Pierre Ouvrard, dit Capitaine, à être attaché au carcan, par l'exécuteur de la haute-justice, à un poteau qui pour cet effet sera planté dans la place publique de la ville de Montaigu, et y demeurer un jour de marché pendant 2 heures, ayant écriteau devant et derrière, portant ces mots : (Rebelle à la maréchaussée en fonctions et complice de l'enlèvement d'un prisonnier des mains de ladite maréchaussée,) et audit lieu flétri d'un fer chaud en forme des trois lettres GAL sur l'épaule droite, par ledit exécuteur ; ce fait, mené et conduit ès galères du Roi, pour en icelles être détenu et servir ledit seigneur Roi, comme forçat, pendant le temps et espace de trois ans

1789Jugement prévôtal rendu, en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, par messire Jean-Charles Papillon, écuyer... prévôt général de la compagnie de la maréchaussée... qui condamne Pierre-Jean-Baptiste-Nicolas Mary, écrivain, et Marie-Jeanne Trumeau, femme de Silvain Bertin, à l'amende honorable et à être pendus à la place de la porte Saint-Antoine, pour attroupement, émeute et sédition ; et Jean-Baptiste Lamarche, compagnon... Joseph Taupin, imprimeur en taille-douce ; Étienne Farcel, gazier ; Pierre Quentin, sculpteur, et Jean-Thomas Le Blanc, garçon bourrelier, arrêtés dans le lieu de la sédition, à l'amende honorable, au carcan et aux galères à perpétuité. Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée de l'Ile de France. Du dix-huit mai mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Charles-Gédéon de Lépine, marchand de chevaux, à être attaché au carcan dans la place de Grève, et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : "Donneur de faux avis." Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'Ile de France. Du vingt-neuf août mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Eugène-Éléonore Gervais, cuisinier, à être attaché au carcan dans la place du Palais-Royal, et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : "Perturbateur du repos public" ; de suite flétri des lettres G.A.L. sur l'épaule droite, et aux galères pour neuf ans. Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'Ile de France. Du dix septembre mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Jean-Baptiste de Combe de Saint-Genié, écuyer, à être attaché au carcan dans la place du Palais-Royal, et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : "Homme prenant faussement la qualité d'aide de camp du commandant général de la garde nationale parisienne" ; ce fait, banni pour trois ans. Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'Ile de France. Du dix septembre mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Marguerite Tauberelle, femme de Jean-Baptiste Bournonville, à être attachée au carcan dans la place de Grève, depuis midi jusqu'à deux heures, avec écriteau devant et derrière portant ces mots : "Femme violente et séditieuse", et, audit lieu, flétrie d'un fer chaud en forme d'une fleur de lys, sur l'épaule droite, et de suite conduite à l'hôpital, pour y être renfermée pendant trois ans. Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'Ile de France. Du vingt août mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Pierre Michelin à être attaché au carcan dans la place de Grève, depuis midi jusqu'à deux heures, avec écriteau devant et derrière portant ces mots : "Perturbateur du repos public", et de suite conduit au château de Bicêtre, pour y être renfermé pendant six mois. Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'Ile de France. Du vingt août mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu publiquement en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne André Muriat, manoeuvre à maçon, à être attaché au carcan dans la place de Grève, et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : "Colporteur criant de fausses nouvelles propres à alarmer". Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'Ile de France. Du douze novembre mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu publiquement en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Jean-Silvain Capron, marchand de quincaillerie, à être attaché au carcan dans la place de Grève, et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : "Homme séditieux." Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'Ile de France. Du dix-neuf novembre mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu publiquement en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Nicolas-Jacques-Louis, tourneur en fer et en bois, à être attaché au carcan dans la place de Grève, et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : "Homme tenant des propos séditieux." Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'Ile de France, du vingt-sept novembre mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu publiquement en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Noël-Guillaume Gramont, compagnon vitrier, et Catherine Drouet, culottière, à être attachés au carcan dans la place de Grève, et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteaux devant et derrière portant ces mots, à l'égard dudit Gramont : "Homme tenant des propos séditieux" ; et à l'égard de ladite Drouet : "Femme tenant des propos séditieux" ; décharge Nicolas Grenon, horloger mécanicien, et Louis Pruvost, maître tonnelier et fruitier, des plaintes et accusations contre eux intentées, et dit que leur écrou sera rayé et biffé. Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'Ile de France. Du vingt-sept novembre mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal rendu en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Charles-Gédéon de Lépine, marchand de chevaux à être attaché au carcan, dans la place de Grève, et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière, portant ces mots : (donneur de faux avis.) Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'île de France. Du vingt neuf août mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal, rendu en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Eugène-Eléonore Gervais, cuisinier a être attaché au carcan dans la place du palais royal et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : (perturbateur du repos public ;) de suite flétri des lettres G.A.L. sur l'épaule droite et aux galères pour neuf ans. Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'île de France. Du dix septembre mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal rendu en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Jean-Baptiste de Cambe de Saint-Genié,... a être attaché au carcan, dans la place du palais-royal et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : (homme prenant faussement la qualité d'aide-de-camp du commandant général de la garde national parisienne ;) ce fait, banni pour trois ans. Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'île de France. Du dix septembre mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal rendu, en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Marguerite Tauberelle, femme de Jean-Baptiste Bournonville, a être attachée au carcan dans la place de Grève, depuis midi jusqu'à deux heures, avec écriteau devant et derrière portant ces mots : (femme violente et séditieuse,) et au dit lieu, flétrie d'un fer chaud en forme d'une fleur de lys, sur l'épaule droite, et de suite conduite à l'hôpital, pour y être renfermée pendant trois ans. Extrait des registres du greffe de la prévôté et maréchaussée générale de l'île de France. Du vingt août mil sept cent quatre-vingt-neuf

1789Jugement prévôtal rendu en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Pierre Michelin à être attaché au carcan, dans la place de Grève depuis midi jusqu'à deux heures, avec écriteau devant et derrière portant ces mots : (perturbateur du repos public,) et de suite conduit au château de Bicêtre pour y être renfermé pendant six mois. Extrait des registres de la prévôté et maréchaussée générale de l'île de France. Du vingt août mil sept cent quatre vingt-neuf

1789Jugement prévôtal rendu publiquement, en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne André Muriat..., à être attaché au carcan dans la place de Grève... Extrait des registres du greffe de la prévôté... du 12 novembre 1789

1789Jugement prévôtal rendu publiquement en la chambre criminelle du châtelet de Paris, qui condamne Jean-Silvain-Capron... à être attaché au carcan dans la place de Grève... Extrait des registre du greffe de la prévôté... du 19 novembre 1789

1789Jugement prévôtal rendu publiquement en la chambre criminelle du châtelet de Paris, qui condamne Nicolas Jacques Louis..., à être attaché au carcan dans la place de Grève... Extrait des registres du greffe de la prévôté... du 27 novembre 1789

1789Jugement prévôtal rendu publiquement en la chambre criminelle du Châtelet de Paris, qui condamne Noël-Guillaume Gramont... et Catherine Drouet..., à être attachés au carcan dans la place de Grève... Décharge Nicolas Grenon... et Louis Pruvost..., des... accusations contre eux intentées... Extrait des registres du greffe de la prévôté... Du 27 novembre 1789

1789De par le Roi. Extrait du Jugement Prévotal, Qui condamne Edme Renvoyé à être mis au Carcan pendant deux heures,... & Charles Lemaire à un plus ample informé...

1789De par le Roi. Extrait du Jugement Prévotal, Qui condamne Edme Renvoyé à être mis au Carcan pendant deux heures,... & Charles Lemaire à un plus ample informé...

1789wenn andere stadtgesetze dem zanksüchtigen boshaften weibsstücke die reinigung öffentlicher kloacken, bald die stellung an den kaak, und tragung der hadersteine, haderflaschen u.s.w., auflegen, so verstattet unser gebot einem manne zur aufrechterhaltung seines ansehens, eine proportionirte züchtigung der vettel zu seiner selbststrafe

1790Arrêt de parlement qui condamne Jean Cochot... au carcan... dans la place publique de la ville de Meaux, et y demeurer un jour de marché, pendant deux heures, ayant écriteau devant et derrière, portant ces mots : (Voleur et escroc par supposition de lettres et de signatures) ; et audit lieu battu et fustigé nu de verges, et flétri d'un fer chaud, en forme des trois lettres GAL. sur l'épaule droite... ce fait, mené... ès-galères du Roi, pour... servir... comme forçat, pendant... neuf ans

1790Arrêt de parlement qui condamne Jean-Nicolas Landragin, brocanteur,... au carcan... dans la place de Grève, et y demeurer depuis midi jusqu'à deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : (Voleur saisi de fausses clefs et déjà banni de Paris) : et audit lieu, ayant la corde au col, battu et fustigé nu de verges et flétri d'un fer chaud en forme des trois lettres GAL. sur les deux épaules... ce fait mené et conduit ès galeres du Roi, pour... servir... comme forçat à perpétuité

1790Arrêt de parlement qui condamne Luc Commandeur... au carcan... dans la place publique de la ville de Pontoise, et y demeurer un jour de marché pendant deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots : (Escroc chez différents fermiers et laboureurs, par supposition et menaces de logement de gens de guerre) et audit lieu flétri d'un fer chaud en forme des 3 lettres GAL. sur l'épaule droite... ce fait,... conduit ès galères du Roi pour servir... comme forçat-pendant... cinq ans

1790Arrêt de parlement qui condamne Marie Daucher femme de Jean Mallet, à être attachée au carcan... dans la place publique de la ville de Riom, et y demeurer un jour de marché pendant deux heures, ayant écriteau devant et derrière portant ces mots (Voleuse en foire) ; et audit lieu battue et fustigée nue de verges, et flétrie d'un fer chaud en forme de... V sur l'épaule droite... ce fait, conduite en la maison de force de l'hopital général de la Salpêtrière et y être détenue et renfermée pendant... trois ans

1790Jugement en dernier ressort, rendu publiquement à l'audience du parc civil du Châtelet de Paris, la compagnie assemblée, qui condamne Pierre Curé à faire amende honorable devant la principale porte de l'église de Paris, où il sera conduit par l'exécuteur de la haute justice, dans un tombereau, ayant écriteaux devant et derrière portant ces mots : "Séditieux, perturbateur du repos public", à trois jours de carcan, à être battu nu, fustigé de verges, marqué des lettres Gal. sur les deux épaules, et aux galères à perpétuité, pour avoir proféré publiquement des propos incendiaires et séditieux, comme aussi d'avoir proféré contre la reine des propos criminels, attentatoires au respect dû à Sa Majesté, etc. Extrait des registres du greffe de la chambre du conseil du Châtelet de Paris, la compagnie assemblée. Du quinze mars mil sept cent quatre-vingt-dix

1790Jugement en dernier ressort rendu publiquement à l'audience du parc civil du Châtelet de Paris... qui condamne Pierre Curé, à faire amende de honorable devant la principale porte de l'église de Paris où il sera conduit par l'exécuteur de la haute-justice dans un tombereau, ayant écriteaux devant et derrière portant ces mots : (séditieux ; perturbateur du repos public), à trois jours de carcan, à être battu nud, fustigé de verges, marqué des lettres GAL. sur les deux épaules, et aux galères à perpétuité, pour avoir proféré publiquement des propos incendiaires et séditieux ; comme aussi d'avoir proféré contre la Reine des propos criminels attentatoires au respect dû à Sa Majesté, etc.

1798ehrlosigkeit. sie ist folge aller strafen, welche der schinder vollzieht, und deswegen auch von dem ausstellen an den pranger oder schandpfahl

1805der pranger oder schandpfahl ist derjenige erhabene ort, wo die missethaeter zur oeffentlichen schau ausgestellt, und an ein halseisen angeschlossen werden. damit muß man jedoch nicht den bloßen strafpfahl verwechseln. die stellung an den pranger oder schandpfahl zeigt allemal von einem schweren verbrechen und giebt zu erkennen, daß der missethaeter eine leibesstrafe verwirkt habe. Auch ist mit der Stellung am Schandpfahl gewöhnlich die Infamie verbunden, besonders da solche von dem Büttel vollzogen zu werden pflegt.

1827die criminalstrafen sind ... 5) pranger, 6) staatsbürgerliche degradation, d.h. unfähigkeit öffentliche aemter zu bekleiden

1827Jugement rendu par la Cour d'assises du département des Deux-Sèvres, séant à Niort, du 9 avril 1827, qui condamne à la peine de mort le nommé François Giraudeau, cultivateur, demeurant au village de Prin, près Mauzé, convaincu d'assassinat sur la personne de François Giraudeau dit La Fontaine, son oncle. [- Complainte à ce sujet - Trait de jalousie : assassinat commis à Reims, au mois de mars dernier, par le nommé Belcourt, sur son épouse. - Complainte à ce sujet. - Jugement rendu par la Cour d'assises du département de l'Orne, séant à Alençon, le 23 juillet 1826, qui condamne aux travaux forcés à perpétuité et à une heure d'exposition au carcan, la fille Colombe-Hiacinthe Peudefay, âgée de 31 à 32 ans, fausse religieuse, se disant soeur Placide, native de St Pierre-sur-Dives, près Falaise domiciliée à Cruley, près l'Aigle, atteinte et convaincue d'avoir étranglé l'enfant dont elle venait d'accoucher et de l'avoir ensuite précipité dans une manière - Complainte à ce sujet]...

1828im canton Uri giebt es ... bloß aufbewahrungsorte fuer angeklagte, aber keine strafanstalten, da man nur auf leibesstrafen, pranger, brandmark, einschiebung in fremden kriegsdienst, tragung von abzeichen, verweise, geldbussen und dergl., zu erkennen pflegt

1830vorn und hinten wurde die geige mit umhängung der entwendeten felderzeugnisse geschmückt

o.J.dee is eegen as F., hett up'n sünndach nich an'n kaak stahn wullt